L'Alahamady Be

wikipedia.jpgdada.jpgLe bain royal chez les Merina

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (malagasy58@gmail.com)

 

 

Cette cérémonie qualifiée plus tard de « Bain Royal » se déroule normalement en début d’année – le mois de Février – car elle correspond aux festivités du nouvel an européen. Elle est célébrée avec faste depuis près de trois cents ans par les ZanadRanavalona d’Anosimanjaka. C’est un véritable culte qui est rendu à Ranavalotsimitoviaminiandriana leur aïeule, surnommée Nenibe.

Ranavalomanjakatsimitoviaminiandriana serait la fille du roi merina Andriamasinavalona ayant régné entre 1675 et 1710 et d’une ondine (zazavavindrano) originaire d’Iharamy, un village près d’Ambohimanambola. Elle a vécu à Alasora avec son père. Plus tard elle a choisi de s’établir à Aminampanga, un îlot entouré d’étang, qui est devenu plus tard Anosimanjaka (l’îlot qui détient le pouvoir). Son époux était peu connu. Elle eut quatre filles et cinq garçons dont les descendants se sont éparpillés un peu partout dans la région. Ses filles ont donné naissance à d’illustres princes. Entre autres, Ramanitrandriantsimitovy, mère de Rasoherina, grand-mère d’Andrianampoinimerina.

 

Chaque année, à Anosimanjaka , durant les trois premiers jours de l’Alahamady, le culte de Nenibe , une importante cérémonie rituelle et religieuse drainant des milliers de personnes , est célébré en grande pompe . Les Zanadranavalona apportent régulièrement diverses offrandes : parfum, bonbons, miel, banane et se plient le jour du Fandroana au sacrifice rituel de deux « omby volavita » c’est-à-dire des boeufs à robe rouge avec des tâches blanches sur les pattes. Après le sacrifice, la viande appelée « hena manitra » est distribué à l’assistance ; des fidèles recueillent le sang dans des récipients, d’autres se contentent de mouiller l’index et d’en mettre sur le front. La tête revient au plus vieux des Zanadranavalona tandis que la partie supérieure de la bosse est déposée dans le Tranomanara.

Trois endroits servent de lieux de culte : le Tranomanara ou maison froide où sont gardées les reliques de la Reine. On y sollicite sa bénédiction. Au sud ouest, Ambatondrafotsy, un rocher qui surplombe le puits ; jadis cet endroit avait servi de point d’eau à la reine, ainsi cette source aurait des pouvoirs thérapeutiques. Enfin à l’est du puits, sur le flanc de la colline, Ampamolesana. C’est là que la Reine filait la soie. Un autel y est érigé pour recevoir des offrandes. On y allume du feu avant l’invocation et certains fidèles entrent en transes et communiquent directement avec la Reine. Un autre endroit mérite aussi l’attention : le Fihasinana ; c’est un autre puits situé au nord de l’entrée d’Anosimanjaka. L’eau sert au bain des boeufs lors de la cérémonie.

Mais le culte de Nenibe existe aussi au quotidien. Tous les jours sauf le mardi , des gens viennent à Anosimanjaka pour demander la bénédiction de la Reine. Ils s’y rendent pour se purifier ; ils apportent des récipients pour mettre de l’eau que les officiants doivent bénir avant d’être bu. Des malades viennent chez les « Mpitaiza » ou le devin Beaucoup prélèvent un peu de « tany masina »(terre sacrée) pour se protéger du mal et glissent des requêtes ecrites dans un cercueil du Tranomanara. Vénération ou adoration ? Beaucoup d’âmes bien pensantes accusent les ZanadRanavalona d’être des idolâtres. Foncièrement traditionaliste, cette caste nobiliaire est très respecteuse des traditions précisément des « fady » :ainsi la consommation d’ail, d’oignon, de viande de chèvre et de porc est interdite. Le port de cuir de caîman ou d’armes à feu est défendu.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : vendredi, 28 Septembre 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site