Le Sampy

wikipedia.jpgdada.jpgLes Idoles Royales

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (malagasy58@gmail.com)

sampy-5.jpg

Sampy :

-          Ramahavaly, dont c’est la mission principale, flairer tous les sortilèges qui sont "sous terre" sur le chemin que suivra le roi.

-          Ratendro fait exécuter par le prince un sacrifice hors du commun, le plaçant en position de roi-dieu-devin.

Ramboasalama (Andrianampoinimerina), devin célèbre et fort écouté, conseille au prince de demeurer et d’offrir un sacrifice aux dieux.
En arrivant en bas d’Ambohimanga, côté Nord, le jeune prince est interpellé par Ratendramboangy, il est supposé faire ce sacrifice directement à "Andriamanitra" Dieu, sans passer par les ancêtres afin que les ancêtres d’Andrianjafy ne puissent intervenir, c’est une cérémonie hors de la normale, et que seul un grand devin peut conseiller : "Va sacrifier un bélier aux cornes retournées en arrière, c’est à Mangabe que tu devras accomplir ton sacrifice, et tu utiliseras pour cela le "Sikidy qui dépasse la connaissance des ancêtres". En devin avisé, Ratendro fait exécuter par le prince un sacrifice hors du commun, le plaçant en position de roi-dieu-devin. Un roi ne se déplace pas simplement. Les idoles doivent scruter la route, en tête est le sampy Ramahavaly, dont c’est la mission principale, flairer tous les sortilèges qui sont "sous terre" sur le chemin que suivra le roi.

"Lorsque le roi est arrivé à l’emplacement du camp, il fait aussitôt abattre des bœufs pour le peuple. Et le camp était ainsi : lui était au milieu, dans une enceinte en bois, les idoles sur les côtés des portes et à l’ intérieur. Les deux portes étaient l’une à l’ Est, car c’est là qu’on prie le soleil, le roi sort par là quand il va prier et offrir un sacrifice aux idoles, l’autre à l’ Ouest, car c’est par là qu’il sort pour se livrer à la joie ou pour faire un kabary au peuple.

On exalte les idoles.
Nul n’ était sans idole autrefois.
Les rois avaient douze saintes idoles.
Toutes les idoles étaient saintes ,
mais voici celles qui avaient été choisies
par les souverains comme idoles royales.
Les ancêtres.

"Dans toutes les campagnes, les idoles ont toujours été près du roi pour le sanctifier et le protéger. C’est le roi qui décide quelle idole va participer à ses "guerres"…
Et que " Ceux qui ont des idoles les prennent avec eux, il nous faut partir en campagne" disait le roi. Pour sanctifier les idoles, on faisait sortir un bœuf qui gratte la terre de ses cornes pour le sacrifier aux idoles, car disait-on, on va réaliser l’ unité du royaume.
Ces idoles ont chacune un jour particulier pour accepter le sacrifice du boeuf, une fois abattu, on offre à l’idole une paire de perles et une paire d’ anneaux d’ argent. Et le roi dit : "Je vous offre ceci afin de vous sanctifier, pour que je puisse acquérir le royaume".

 

Le sacrifice.
On fait passer l’ idole au dessus de bœuf qui gratte la terre, après quoi le gardien de l’ idole sanctifie le roi en lui remettant une piastre entière et un bœuf volavita.
L’idole est présentée au dessus de la gorge du bœuf qui vient d’être ouverte, avec ces paroles : "Nous vous indiquons ô sainte idole, ce que nous voulons, protégez notre roi et faites qu’il s’ empare du royaume". Le roi aussi l’ invoque directement : "Je vous invoque, ô toutes les saintes idoles, puisse le royaume me revenir, faites que j’en sois le seul roi et que je l’ agrandisse, et qu’il me revienne tout entier". L’idole va avoir un morceau de la bosse pour faire de l’ Huile que l’ on va mettre dans u ne lampe, qui brillera toute la durée de la vampagne, nuit et jour. Personne, même les gardiens, n’ont le droit de l’éteindre.
Les idoles exaltées, on ba attendre le jour propice fixé par le devin astrologue. En cet instant, le roi va excuser ceux qui souhaitent rester pour des raisons familiales. Cette époqie est celle du flou merveilleux, où même les animaux parlent un langage intelligible aux hommes.

Dès le 2 août 1828, six jours après la mort de son mari, Ranavalona 1ère donna l’ordre de faire périr tous les parents, mère, frères, cousins de Radama. Seul son neveu put s’enfuir aux Comores.

Refus de recevoir l’envoyé de l’Angleterre Robert Lyall, levée de 14 000 soldats pour empêcher les français de s’établir en un point quelconque du littoral, persécution violente et continue des chrétiens, expulsion des missionnaires, recours aux talismans et amulettes de ses ancêtres pour guérir d’une maladie, traite des esclaves, exaltation dans les ordres, les contrordres, les châtiments ordalies par le poison, institution des corvées et des travaux forcés pour les européens comme pour les malgaches.

 

Aussitôt au pouvoir, RANAVALONA II  la reine proclame un édit, interdisant le culte des idoles. Première Reine Chrétienne de Madagascar Ranavalona II était aussi une souveraine intelligente et active par les lois qu’elle promulguait et les décisions personnelles qu’elle avait prises de rompre avec l’idolâtrie.

 Le 3 septembre 1868, sur la place d'Andohalo, eut lieu le couronnement de la princesse Ramoma, sous le nom de Ranavalona II, la première à se faire couronner en tant que reine chrétienne à Madagascar. À la place des idoles royaux, la population vit une Bible à la portée de sa main, placée sur une table, tandis que trois pasteurs, dont Andriambelo, l'assistèrent.

 La reine Ranavalona II faisait beaucoup pour asseoir la religion chrétienne dans le pays. Durant toute l'année 1869, le pouvoir se lança dans la destruction des sampy (idoles)--à commencer par ceux du souverain--puis ordonna la liquidation collective de ces talismans que détenaient les familles et les clans. La religion protestante gagna du terrain parmi les dignitaires du régime et dans la population dans son ensemble.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×