L'Ombiasy

wikipedia.jpgdada.jpgLe sorcier, le guérisseur

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (malagasy58@gmail.com)

 

 

Les Malgaches ont depuis des générations appris à connaître les plantes et leurs propriétés afin d'utiliser celles-ci à des fins médicales. Ainsi dans la plupart des villages, on trouve des personnes qui possèdent certaines connaissances ou qui sont censées posséder des pouvoirs de guérison, à base de matières naturelles et notamment de plantes. Ils sont connus pour avoir la faculté d'entrer en contact avec les ancêtres qui leur dicteront les méthodes à employer, afin de guérir telle ou telle maladie ou manifestation clinique. Ces personnes sont appelées "Ombiasy", "Olona be hasina" (personnes aux grandes vertus). Les sorciers jouent évidemment un rôle important au sein de la communauté tant sur le plan politique que social. Il existe une deuxième catégorie de sorciers appelés "Mpamosavy", qui au contraire pratiquent une forme de magie noire et usent de sortilèges à des fins malfaisantes. Ils sont de ce fait craints et méprisés par la population. L'accès au tombeau familial leur est d'ailleurs interdit.

Une étude statistique montre d’abord l’importance des traitements pour la libération des esprits mauvais (de type lolo, angatra, ambalavelona…), de ceux contre les souffrances imputées aux esprits, à la malveillance, à la jalousie, et de la résolution des difficultés de la vie quotidienne. Ensuite viennent les problèmes conjugaux, ainsi que la sorcellerie, surtout celle qui est provoquée par des éléments ingérés, mode d’interprétation qui domine sur les Hautes Terres. Les questions relatives au couple incluent les charmes d’amour (comment retenir, attirer ou faire revenir un conjoint, etc.), ainsi que les problèmes de fécondité (comment avoir un enfant). Les indispositions communes, tels que les maux de tête, de dents, d’estomac, de cœur, ou encore le manque d’appétit font partie de la liste. Parmi eux figurent les malaises des enfants qui semblent liés aux interventions des esprits sur eux. Rakoto a aussi inclus ce qu’il appelle, sans préciser, les « nouvelles » maladies. Fait-il allusion aux pandémies de la période moderne comme le sida ? Enfin, tout comme ses prédécesseurs du xixe siècle, il a également recours au fanandroana, l’astrologie, pour rétablir un mauvais destin.

Les remèdes

Les plantes constituent la base des remèdes utilisés par les tradipraticiens. Toutefois, d’autres composants, comme des éléments et des substances du corps humain (crasse, sueur, poils) ou animal (peau, plumes), la terre, la pierre, le métal ou encore des perles peuvent être ajoutés à ces ingrédients. Tous ces éléments portent des noms évocateurs de leur action sur les maladies. Le mode d’utilisation (en fumigation, en bain…) n’est pas toujours précisé, tout comme le coût, qui n’est pas systématiquement indiqué.

Par la traduction des noms de plantes, avait établi les relations entre les traitements et les effets « désirés/obtenus » par les tradipraticiens.

Quelques exemples illustrant des cas d’action thérapeutique ou de sorcellerie :

  • 1 : ody voankanina (litt. : « remède quand on est frappé par [la sorcellerie par] la nourriture »).

On doit employer ensemble ce qui suit :
Miaro tena (litt. : « se défendre »)
Fanalavorika (litt. : « enlever la sorcellerie »)
Resonjo (lat. : Arum colocasia)
Aoka (nom d’un arbre, litt. : « assez »)
Avozo (lat. : Cinnamomum camphora L. ; tubercule odoriférant, comme le gingembre)
Ambolazo (lat. : Calliandra alternans ; buisson planté comme une haie pour se défendre des personnes malveillantes, connu pour ses propriétés anti-sorcellerie)
Manina (litt. : « regret, chagrin »)
Mandravasarotra (lat. : Cinnamosma madagascariensis ; litt. : « détruit ce qui est difficile »)
Fanalatampoka
(litt. : « enlève ce qui arrive soudainement »)
Mangina (litt. : « silence »)
Fanalasimba (litt. : « enlève ce qui est abîmé »)
Borona
Tsimahalatsaka (litt. : « n’arrive pas à “ingurgiter”, ne réussit pas »)
Landemy (lat. : Anthocleista rhizophoboides ; litt. : « qui rend faible »)
Maroka.

  • 2 : acceptation et charme d’amour (pour gagner les faveurs d’une personne).

Remède rapide :
Andriamahery (nom d’un bois, litt. : « celui qui est puissant »)
Mazaka [makazaka] (non identifié, litt. : « qui peut porter »)
Mavory [mahavory] (non identifié, litt. : « qui peut réunir »)
Tafita (non identifié, litt. : « qui réussit »)
Mahatana (non identifié, litt. : « qui peut tenir/retenir »)
Tsy tery lalana (litt. : « dont le chemin n’est pas étroit »)
Malai-misaraka (plante et perle, litt. : « qui ne veut se séparer »)
Velo-miririnjonjo (litt. : « vivant et sain »)
Manarim-bintana (perle, litt. : « qui relève le destin »)
Mampody (litt. : « qui fait revenir à la maison »)
Famolaka (litt. : « qui domestique »)
Fanala simba (litt. : « qui enlève ce qui est abîmé »)
Ta(n)gogo (arbuste, litt. : « qui réunit »)
Landemy (Anthocleista rhizophoboides, litt. : « qui rend faible »)
Mode d’emploi : il faut s’en frotter les 10 doigts de la main, les 10 phalanges, et on pile aussi les plantes citées, on les mélange, puis on en met dans son repas ou dans son café.

  • 3 : remède pour entraîner le désordre.

Terre déterrée par des chiens
Balle de riz
Poils de chat noir
Valalan’alika (espèce de sauterelle, appelée « sauterelle de chien »)
Pilon et mortier qui se battent
Terre oma tena « qui se mange »
Reste d’os mangé par un chien
On les répand ou on les enterre auprès de la maison de la personne ciblée. 

Dans cet exemple de traitement négatif, le chien, animal abhorré par les Malgaches, est évoqué trois fois. En fait, les composants comme la balle de riz qui vole au vent, le chat noir souvent associé au sorcier, tout comme l’efficacité évoquée par les mots ou les noms, traduisent indubitablement le désordre, la séparation. Cet effet est tout aussi évident avec l’exemple suivant.

  • 4 : couple (de mariés) à séparer et à « embrasser » pour ne qu’ils ne soient plus mariés.
  • 5  Scopus umbretta.
  • 6  Considéré comme un oiseau de mauvais augure.
  • 7  Abinal et Malzac (1970 [1888]) indiquent un nom proche : Raiheka, arbre de construction (famelona,
  • 8  Il s’agit de terre prélevée sur le lieu de culte de ces zanahary, près de chez Rakoto.

Trano tany foana (maison en briques crues abandonnée)
Trano takatra foana (nid abandonné de l’oiseau takatra)
Ordures emportées par le tourbillon
Votry foana (termitière vide)

Lalamaty (litt. : « sentier “mort”, qui n’est plus utilisé »)
Fandrava (litt. : « qui détruit »)
Tsimahatombina (litt. : « qui ne peut rester en place »)
Eau du fleuve (évoque le départ)
On fait cuire le tout, puis on jette vers le sud le reste de l’eau avec laquelle on vient de se baigner, ou bien on en asperge le lit conjugal.
Raihaka (arbre non identifié)
De la terre sainte de grand-mère Ramaitsoakanjo et Randrianiony, et de la terre tsipaka (litt. : « qui n’atteint pas »).

La notation des ingrédients des traitement souligne seulement à nos yeux la composition, par l’assemblage des substances et des noms qu’on leur donne, d’un texte d’efficacité.

Ancêtres

Dans les rites thérapeutiques, des ancêtres sont toujours invoqués. Ce sont presque toujours des anciens princes, dont l’histoire s’est perdue dans des mythes et légendes. Il apprend qu’ils sont invoqués juste après Andriamanitra Andriananahary, c’est-à-dire le dieu créateur, et qu’ils sont « nommés fils de Dieu ».

Ces prières demandaient d’ailleurs la protection contre la grêle, le vent, les criquets, la bénédiction pour une bonne récolte.

 Comme pour les plantes, les noms de zanahary semblent agir de manière peformative par leur seul énoncé, comme une action. Destiné à être propice à celui qui le porte, le nom propre personnel, est composé comme une conjuration et un souhait. Les noms d’ancêtres fondateurs sont invoqués près de la divinité centrale de l’hénothéisme malgache, Andriananahary-Andriamanitra, puis leur histoire s’efface et ne reste que leur qualité de dieux ou d’esprits ancestraux divinisés zanahary. Enfin, des zanahary portant des noms semblables se trouvent enracinés dans le territoire des pratiquants, territoire structuré autour de sources et de sommets contenant des tombeaux, où résident ces esprits ancestraux. C’est le cas de Rafaramahery (litt. : « Dernière née qui a de la force ») qui réside dans un lieu de culte proche de chez Rakoto.

Les esprits de la nature, vénérés comme les ancêtres, sont assimilés aux anciennes populations repoussées par cette nouvelle vague de peuplement : les

vazimba, kalanoro ou angalampona. Ces derniers peuvent hanter les vivants et leur délivrance relève du travail des tradipraticiens.

Tous les éléments constitutifs du cosmos - puissances surnaturelles, ancêtres, humains, animaux, plantes, sites naturels… - s’ordonnent selon les règles du zodiaque malgache, vintana (« destin »), dans un mouvement perpétuel et seulement transparent pour Dieu, Zanahary. Ainsi, le destin de chacun résulte de l’application, à tous les moments de l’existence des principes du zodiaque, dont l’astrologue (mpanandro), et le devin- guérisseur (ombisasy ) sont les interprètes.

Zodiaque Malgache ou « Vintana »
Les douze signes du zodiaque sont organisés en quatre destins principaux portant chacun deux destins secondaires, comme le montre l’almanach malgache. Ils structurent l’espace de la vie sociale, qu’il s’agisse de construire une maison ou un parc à bœufs, d’élever un tombeau, d’organiser un rituel….

Le plus important des douze signes, celui du Bélier (Alahamady, en haut, à droite) correspond au nord–est. C’est la direction vers laquelle on se tourne pour s’adresser à la divinité, l’orientation du sacré.

Charme « Ody »
Le charme, assemblage d’éléments symboliques du cosmos, de plantes et d’objets divers enfermés dans un coffret ou une corne de zébu, est toujours, par sa composition, une réponse particulière à la question posé : qu’il s’agisse d’accroître son troupeau, de retenir une épouse volage, de s’opposer à ses ennemis, ou d’obtenir une promotion.

Jours « Fastes » et « Néfastes »
 Le moindre événement est placé sous l’influence de plusieurs destins. Celui du jour proprement dit, celui de la période du mois (décan), celui du signe zodiacal du mois, celui de l’année.

Suivant la conjonction de ces destins, la journée sera faste ou néfaste. Entreprendre une action importante un mauvais jour est "fady" (interdit) et attire le malheur non seulement sur le responsable, mais aussi sur son lignage.

« Ombiasy » et divination
A l’inverse du possédé, siège humain d’une puissance qui intervient directement, le devin-guérisseur sollicite l’intercession des puissances quand un problème (malheur ou maladie) lui est posé.

Il établit son diagnostic en lisant les figures formées par des graines jetées sur une natte. Cette technique de divination "Sikidy" d’origine arabe indique la plante ou le talisman requis comme traitement.

Calendriers
Trois calendriers régissent la vie des Malgaches : le calendrier officiel (grégorien), le calendrier agricole, lié au cycle solaire qui rythme les travaux des champs, et le calendrier des destins, de 355 jours. C’est ce calendrier, luni-solaire et d’origine arabe, qu’utilisent les devins pour déterminer le moment favorable pour chaque activité et adresser les horoscopes.

ALAMAHADY (Al-h’amal) : Bélier
ADAORO (Auh-thaûr) : Taureau
ADIZAOZA (Al-dzaûza) : Gémeaux
ASOROTANY (As-sarat’ân) : Cancer (ou écrevisse?)
ALAHASATY (Al-asad): Lion
ASOMBOLA (As-sunbula): Vierge (ou épi ?)
ADIMIZANA (Al-mizan) : Balance
ALAKARABO (Al-aqrab) : Scorpion
ALAKAOSY (Al-qaûs) : Sagittaire (ou arc du stagiaire ?)
ADIJADY (Al-djadi) : Capricorne (ou chevreau)
ADALO (Ad-dalû) : Verseau
ALOHOTSY (Al-h’ût): Poisson

Orientation de la maison traditionnelle des Hauts-Plateaux
Les points cardinaux possèdent chacun une force symbolique, et l’on se situe, ses objets, soi-même, sa maison, par rapport aux directions et leur signification.
Précisons que les maisons modernes ne suivent plus tout à fait ces normes, le schéma ancien s’appliquant davantage aux maisons traditionnelles. Celles-ci sont orientées nord-sud, l’unique porte d’entrée se trouvant à l’ouest.

Sont placés, avec leurs destins, dans les quatre coins de la maison :
- Alahamady (premier mois lunaire de l’année) dans le coin Nord-Est (également le coin des ancêtres, une direction sacrée)
- Asorotany dans le Sud-Est
- Adimizana dans le Sud-Ouest
- et Adijady dans le Nord-Ouest
Les autres 8 mois, avec leurs deux destins, sont placés sur les murs, par deux.

Lorsque les maisons ne disposent que d’une seule pièce, l’espace est répartie selon le schéma. Tout se passe autour du pilier central, l’andry, également symbole du père. Au pied de celui-ci, se prépare la cuisine, également symbole de foyer et d’union.
La partie NE est réservée aux aïeux, aux grands-parents, aux ancêtres. C’est ici qu’on couche le mort avant de le déposer dans le tombeau familial.

Les maisons typiques des Hauts-Plateaux sont souvent surmontées d’un étage auquel on accède par un escalier extérieur. Elles sont ornées d’un balcon en bois fermé par une balustrade et soutenu par des piliers en brique. 

Le rôle du mpanandro
     Le mpanandro est donc consulté pour les décisions essentielles afin de déterminer les jours de « bonne destinée » ou encore les jours néfastes, soit ceux durant lesquels on ne doit rien accomplir. 
Il indique les jours favorables d’après l’âge de la lune, tenant ainsi compte du déroulement du mois lunaire avec l’enchaînement des 28 destins. Il connaît ainsi le commencement de la nouvelle lune et la fin de son dernier quartier, les divisions de chacun des douze mois de l’année en cours (tonon’andro), les destins (tonom-bintana) qu’ils soient forts, favorables ou malheureux. 

    Il se base sur le destin au jour de la naissance d’une personne, et distingue ainsi pour le déroulement de la vie de celui-ci, les périodes favorables ou non. Il a ainsi besoin de juste savoir sous quel destin est né(e) celui/celle pour lequel on vient le consulter, s’il s’agit d’un grand destin majeur (renivintana) ou un destin mineur (zana-bintana), et en cas de mariage, si les destins ne sont pas opposés. D’après ces indications, il déduira les jours propices pour chaque événement.

 

«Mpisikidy, Mpanandro, Mpimasy, Ombiasy … leur pouvoir chez les Malgaches ?...  »   

     Conditionnée par le caractère faste ou néfaste du moment où l'on entreprend une action, les devins jouent un rôle très important dans la vie des Malgaches. Le mpanandro est consulté à chaque événement important (mariage, enterrement, le famadihana ou retournement des morts, pose de la première pierre d’une construction, etc..). Le mpisikidy est un spécialiste de la géomancie, technique de divination à partir de figures tracées sur le sable. L'ombiasa a des pouvoirs plus étendus : c'est le gardien des connaissances rituelles et religieuses.

 "FANANDROANA : Les malgaches et les astres...    "

      Les hommes n’ont pas uniquement besoin de vivre tout simplement, mais de vivre heureux, avec un corps sain et un esprit tranquille. Un corps sain s’obtient avec une alimentation bien équilibrée et des exercices corporels. Pour un esprit tranquille, un corps sain n’est pas suffisant, car même si la nourriture est succulente et exquise, un esprit troublé  se nourrira avec difficulté.

   La tranquillité de l’esprit dépend des personnes qui vivent avec nous et de nos relations, car l’homme n’est pas né pour vivre seul. Une expression malgache dit que c’est mieux d’être deux plutôt que seul parce que si on tombe , on peut être relevé, c’est bien d’être trois que deux parce que si on se dispute , on peut être séparé, et un seul doigt ne peut pas attrapé un poux. Toutefois il ne suffit pas d’être nombreux dans la vie, mais l’entraide est le plus important.

     Les talents de chacun ne sont pas pareils, mais se complètent selon le dicton suivant : « Celui qui ne sait pas faire une soubique, un beau panier, sait doser le riz ».

     L’existence de force inégale, et les connaissances variées font que chacun a son

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mardi, 13 Août 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site