ADVENTISME A MADAGASCAR

Wikipedia 1Robert

la foi adventiste est né à Madagascar en 1917

Eglise adventiste

recueillis pâr Robert ANDRIANTSOA (malagasy58@gmail.com - tany_masina@yahoo.fr)

ADVANTISTA

Advantista, l’Eglise Adventiste du septième jour fondée dans l’Etat de New York dans les années 1840, déclarée officiellement aux Etats-Unis en 1846, et qui a son centre mondial à Washington, a fait de nombreux fidèles à Madagascar, où elle constitue une fédération.

L'Eglise Adventiste du septième jour existe à Madagascar depuis 1923, elle a été reconnue comme Eglise en 1963 par le gouvernement malgache et la plus gra&nde Eglise Adventiste dans l'Océan Indien est celle de Mandrosoa Ambohijatovo.

Histoire de l’adventisme à Madagascar

L'article ci-dessous est traduit de « Seventh-day Adventist Encyclopedia », second edition, Review and Herald Publishing Association, 1996, vol. 11, p. 3-5 (avec l'aimable autorisation des éditeurs).

« L’intérêt pour la foi adventiste est né à Madagascar en 1917. Cette année-là, André Rasamoelina, inspecteur des écoles protestantes, rencontra un jeune homme qui s’appelait Tuyau et avait assisté à plusieurs réunions adventistes à l’Île Maurice. Son intérêt éveillé, Rasamoelina écrivit à Paul Badaut, missionnaire adventiste pionnier œuvrant à Maurice et dont Tuyau lui avait donné l’adresse. Badaut fit parvenir à la Conférence générale le nom et l’adresse de Rasamoelina et le 8 décembre 1918, J. L. Shaw écrivit à ce dernier, joignant à sa lettre plusieurs numéros de la revue Present Truth. Leur correspondance se poursuivit pendant l’année 1919 et le Département des missionnaires à domicile envoya à Rasamoelina diverses publi­cations, dont un exemplaire de Vers Jésus, livre d’Ellen White. Rasamoelina en fit la traduction en malgache en 1920-21, pendant ses heures de loisir. En juillet 1922 Marius Raspail, missionnaire adventiste basé à Maurice, passa 10 jours avec lui pour lui donner des cours d’étude de la Bible. Raspail revint lui rendre visite deux fois en 1924. Il fut décidé de publier sa traduction de Vers Jésus en malgache, la Conférence générale y contribuant à hauteur de 800 dollars. En 1925 une petite librairie s’ouvrit rue Romains Desfossés à Tananarive, pour commercialiser les 5 000 exemplaires de cette édition, prêts le 22 juin cette année-là.

En février 1926, Raspail et son épouse quittèrent l'Ile Maurice pour s'installer comme missionnaires à Madagascar. Pour mener des réunions d'évangélisation, il fallait une autorisation administrative, que l'on ne pouvait obtenir qu'en produisant une pétition signée par 10 membres d'Eglise. Cela étant impossible, des brochures furent traduites en malgache, imprimées et vendues à la librairie. Les conversations avec les clients se transformant en séances informelles d'étude de la Bible, il y eut bientôt assez de personnes gagnées à la cause pour qu'une pétition demandant l'ouverture d'une mission puisse être signée. La première école du Sabbat officiellement autorisée fut tenue au domicile des Raspail, le 2 octobre 1926. Le premier numéro du magazine missionnaire Témoin (intitulé de nos jours Ny Vavolombelona) sortit de presse en mars 1927.

Pendant l'année 1927 des chapelles furent ouvertes à Toamasina, principal poste colonial de Madagascar, situé sur la côte est, à Manjakaray et à Tsararay, et le premier culte de baptême fut conduit par Raspail. André Rasamoelina fut l'un des quatre candidats baptisés ce jour-là.

A la fin du mois d'octobre 1927, Marius Raspail partit pour l'Europe et le français Joseph Bureaud fut nommé directeur de l'oeuvre à Madagascar, assisté d'Albert Long, un italien, et d'actifs laïcs malgaches. Le 15 avril 1928, 18 personnes furent baptisées. Au printemps 1928, J. C. Raft, secrétaire du champ missionnaire de la Division européenne fit une visite de cette mission et organisa du 7 au 9 mai une rencontre de ses travailleurs, à laquelle A. Rasamoelina et C. M. Ramiakabola participèrent en tant qu'autochtones. Fin 1929, l'Eglise adventiste comptait 102 membres à Madagascar.

La Mission de l'Union de l'Océan Indien, formée de Madagascar, de l'Ile Maurice, de la Réunion et des Seychelles, devient opérationnelle le 1er janvier 1936, avec ses bureaux situés à Tananarive (nom actuel : Antananarivo) et Joseph Bureaud comme premier président. C'est à la même période que E. Bénézech, arrivé sur la grande île en 1929, fut nommé président de la Mission de Madagascar. La maison d'édition malgache avait été fondée en 1930 et on lui adjoignit une imprimerie en 1950.

Le travail éducatif a joué un grand rôle à Madagascar. La première école primaire adventiste fut créée au début des années 30 à Andina sous la direction d'André Rasamoelina. Celui-ci fut appelé, après la guerre, à prendre en charge la première école primaire de Tananarive, avec l'aide de Berthe Ranorohanta.

L'Ecole de formation de l'Union de l'Océan Indien fut établie en 1938 (c'est maintenant l'Ecole secondaire adventiste de Soamanandrariny). D'autres écoles ont suivi : l'Ecole adventiste d'Ankazambo, sur la côte ouest de l'île, en 1951 ; l'Ecole d'Ivoamba, près de Fianarantsoa, pour la Mission malgache sud, en 1970 ; l'Ecole d'Ambatoharanana, qui fonctionne maintenant sans internat, près de Toamasina, sur la côte est de Madagascar, en 1954 ; et une école primaire sans internat près de Fort Dauphin, en 1965. Malheureusement, à cause de la baisse du nombre des élèves résultant de l'ouverture d'écoles secondaires publiques, plusieurs écoles adventistes ont dû être fermées depuis.

Le pays fut divisé, d'abord en trois districts en 1949, puis en sept missions locales en 1960. En 1972 une nouvelle réorganisation fit de Madagascar un pays doté de trois missions.

Le travail radiophonique adventiste débuta, pour Madagascar, le 7 décembre 1946, avec des émissions en français animées par Jean Zurcher et commençant par ces mots : "Voici notre émission adventiste". En trois ans, Jean Zurcher prononça sur les ondes 149 conférences sur divers sujets bibliques. Le 5 novembre 1949 vinrent s'y ajouter un programme de la Voix de l'espérance ainsi qu'une émission éducative de Maurice Tièche. Mais dès 1948 J. Rajoelison avait commencé une émission en malgache, qui se poursuivit sur un rythme hebdomadaire pendant 10 ans avant que son frère Rabarijoel prenne le relais. Cette émission se maintient de nos jours tous les samedis soir, de 18 heures à 18 heures 30. En 1947, Zurcher mit sur pied un cours d'étude de la Bible par correspondance, en malgache, dont la direction fut assurée par la suite, et pendant des années, par Berthe Ranorohanta. Ce cours est proposé en malgache et en français. Depuis le début de l'année 1993, l'Eglise adventiste produit une émission retransmise par la télévision publique malgache le troisième dimanche de chaque mois.

Les débuts de l'oeuvre médicale adventiste à Madagascar remontent à 1969 avec l'ouverture du Dispensaire d'Ambatoharanana, dirigé par Mildred Vel, originaire des Seychelles. De ce modeste commencement, on est passé à un dispensaire de 10 lits, flanqué d'une maternité forte elle aussi de 10 lits. En 1974, on a commencé la construction d'un hôpital à Andapa, dans la partie nord-est de Madagascar. Une clinique dentaire fut overte en 1975. Depuis 1992, fonctionne à Manjakaray un dispensaire très fréquenté. Cette année-là, un cabinet dentaire moderne a été installé dans les locaux de la Mission de l'Union de l'Océan Indien."

Extrait de l'article "Madagascar" de "Seventh-day Adventist Encyclopedia", second edition, Review and Herald Publishing Association, 1996, vol. 11, p. 3-5
Traducteur : Claude Fivel-Démoret
Site de l'éditeur :
www.ReviewandHerald.com

Les débuts de l’adventisme à Madagascar (1926-1947), racontés par Robert Gerber

« L'arrivée du premier missionnaire adventiste à Madagascar remonte au mois de mars 1926. C'est alors que Marius Raspal et sa femme débarquèrent sur ce vaste territoire, que les martyrs de l'Evangile arrosèrent de leur sang pendant les cruelles persécutions ordonnées par la reine Ranavalona I, au XIXe siècle.

Marius Raspal (1879-1945)

L'article ci-dessous est traduit de « Seventh-day Adventist Encyclopedia », second edition, Review and Herald Publishing Association, 1996, vol. 11, p. 419 (avec l'aimable autorisation des éditeurs). Site de l’édteur : www.ReviewandHerald.com

 Missionnaire et administrateur français. En 1903, alors qu'il était au service militaire dans l'armée française, Marius Raspal accepta la foi adventiste et il fut baptisé. Deux ans plus tard il fréquenta l'école de l'Union latine en Suisse et il fut engagé par la dénomination en 1908. En 1909 il se maria avec Blanche Nathalie Bernard. Il passa une grande partie de sa vie comme missionnaire dans de nouveaux territoires de mission. En 1921, l'année de sa consécration, il se rendit à l'Ile Maurice et y dirigea l'Oeuvre adventiste. Pendant son séjour à Maurice il effectua quelques visites missionnaire à Madagascar, et en 1926 il devint le directeur de la mission malgache et le premier pasteur adventiste à s'y établir. En 1929, il rejoignit la Mission du Cameroun qui venait d'être rattachée à la Division Sud-Européenne. Il y organisa la mission adventiste et y baptisa les premiers convertis. En 1935 il retourna dans son pays natal.

La poursuite d'une activité missionnaire dans la grande île par le moyen d'assemblées religieuses exige une autorisation gouvernementale. Pour l'obtenir, il faut une pétition portant la signature de dix personnes membres de l'Eglise qui sollicite le permis en question. A leur arrivée, le missionnaire et sa femme étaient les seuls adventistes de l'île, et ils ne pouvaient à eux deux entreprendre une campagne d'évangélisation. Il fallait donc recourir à une autre méthode pour commencer, et l'on estima que nos publications ouvriraient efficacement la voie. On procéda immédiatement à la traduction et à l'impression de traités ; une librairie fut ouverte en harmonie avec la loi. La page imprimée préparait les cœurs à la réception de l'Evangile et provoquait à la librairie, entre vendeurs et acheteurs, des conversations qui étaient de véritables études bibliques. Bientôt il y eut à Tananarive suffisamment de personnes gagnées au message adventiste et prêtes à signer une pétition en faveur de l'ouverture d'une Mission adventiste. Les premières réunions eurent lieu une année après l'arrivée du missionnaire ; le temple de Manjakaray fut inauguré le 27 août 1927, et quelques semaines plus tard, le 9 octobre exactement, les premiers néophytes furent baptisés.
Le missionnaire recevait maintenant des appels de divers endroits. Des pétitions en règle permirent graduellement l'ouverture de nouveaux lieux de culte. Le mouvement adventiste prenait rapidement de l'extension à Madagascar. D'autres missionnaires arrivèrent bientôt pour seconder les efforts du pionnier ; des aides indigènes prêtèrent leur concours dès le début. Il y avait 102 membres d'église à la fin de 1929, 240 en 1933, 308 l'année suivante, 466 en 1940.
En 1929, Joseph Bureaud succéda à Marius Raspal à la direction de la Mission de Madagascar ; Elisée Bénézech le remplaça en 1936. L'œuvre scolaire mérite une mention spéciale. L'école primaire d'Ankadifotsy, à Tananarive, s'ouvrit en 1934. L'année suivante elle groupait déjà une centaine d'élèves. Le comité de la Mission décida de louer un bâtiment plus vaste et d'élever le niveau de l'enseignement. La réputation de l'école ne cessa de croître, vu les grands succès remportés aux divers examens d'Etat. Depuis des années l'école accueille jusqu'à sept cents élèves. Mentionnons enfin l'école biblique, pour la formation de missionnaires. Elle fut fondée en 1938 à Soamanandra­riny, à 6 kilomètres de Tananarive.
Au 31 décembre 1947, la Mission de Madagascar groupait 25 églises avec 573 membres ; elle comptait en même temps 24 écoles du sabbat avec 1230 élèves. »

Robert Gerber, le mouvement adventiste, éd. Les Signes des Temps, Paris, 1950, p. 182-184

Des livres sur Madagascar...

Un fonds de livres sur Madagascar a été constitué aux Archives dans le but de pouvoir étudier le contexte de l'histoire de l'Eglise adventiste à Madagascar.

MadIl s'agit de livres sur la religion, l'histoire et la géographie. Le noyau de départ de ce fonds documentaire est constitué de livres ayant appartenu à Edgar Villeneuve (1912-1986), missionnaire adventiste à Madagascar de 1935 à 1973, et donnés aux Archives par son fils René Villeneuve. Ce fonds de livres s'enrichit régulièrement des dons de René Villeneuve. L'inventaire peut être consulté dans le catalogue de la Bibliothèque Alfred Vaucher ( www.bibavaucher.net), dans le module "recherche par centres d'intérêt" (cliquez sur "Fonds Madagascar") ou dans le module "recherche par sujet" (sujet Madagascar). Les livres portent la cote A MAD.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site