NACQUART ET GONDREE

Wikipedia 1Robert

 

La  mission lazariste  à Madagascar De 1648 à 1674

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (malagasy58@gmail.c om - tany_masina@yahoo.fr)

ARRIVÉE  DES  FRANÇAIS

En   1642,   Rigault,   capitaine   de   marine,   obtient   de   Richelieu   la   concession   de  Madagascar  et  des  îles  adjacentes.

L’an   1642,   le   sieur   Rigault,   Capitaine   de   la   marine,   obtint   de   feu   Monseigneur  l’éminentissime   Cardinal   Duc   de   Richelieu,   chef   et   surintendant   de   la   marine,  navigation   et   commerce   de   la   France,   pour lui   et   ses   associés,   la   concession   et   le  privilège  d’envoyer  seuls,  en  l’île  de  Madagascar  et  d’autres  îles  adjacentes,  pour  là,  y  ériger   colonies   et   commerce   ainsi   qu’ils   adviseront   bon   être   pour   leur   trafic   et   en  prendre  possession  au  nom  de  Sa  Majesté  Très Chrétienne, laquelle  concession leur fut octroyée  pour  dix  années,  à  l’exclusion de tous  autres,  sous  la  permission  des  associés  qui,  pour  cet  effet,  formèrent  une  compagnie ;  et  la  concession  fut  confirmée  par  Sa  Majesté  Très Chrétienne  et  fut  enregistrée  au  greffe  de  son  Conseil  d’Etat,  et  l’année  suivante  confirmée  derechef  par  Sa  Majesté  à  présent  régnant.

(Extrait   de   la   confirmation   par   le   Roi   Louis   XIV   de   la   lettre   patente   accordée   au  Capitaine  corsaire  Rigault  par  Richelieu  au  nom  de  Louis  XIII).

Dés   le   mois   de   mars   1642,   Jacques   Pronis   et  Foucquenbourg   partent   avec   une  douzaine   de   Français.   Après   avoir   pris   possession   pour   le   Roi   de   France   des   îles  Diego  Roïs  ou  Rodrigue  et  Mascareigne,  de  Sainte‑Marie  de  Madagascar  et  de  la  baie  d’Antongil,  Pronis  vient  s’établir  avec  ses  compagnons  à  Sainte-Luce.  Quelques  mois  plus  tard, arrivèrent  soixante dix  personnes  envoyées  par  la  Compagnie.

Le   coin   de   Sainte‑Luce   est   insalubre.   Pronis   décide   de   changer.   Ils   s’établissent   à  l’endroit  que l’on  appellera  Fort‑Dauphin.  (Nom  donné  par  Pronis  en  l’honneur  du  futur  Louis  XIV). Mais  Pronis  va  commettre  toute  une  série  d’erreurs  et  d’exactions :  il  puise  dans  les  réserves  du  Fort  pour  nourrir  la  ‘parenté’  de  sa  femme  (il  a  épousé  une  Malgache).  

Protestant,  il  fait  le  prêche  tout  haut  pendant  que  les  Français  font  les  prières  dans  la  chapelle.   Toute   la   parenté   de   sa   femme   était   bien   accueillie   à   l’habitation,   y  séjournait,  ne  faisait  rien  et,  dans  le  même  temps,  Pronis  exigeait  des  colons  français  un  travail  intense,  les  nourrissait  mal.  Quand  les Grands  du  pays  lui  demandaient  ce  que  lui  étaient  les  Français,  il  leur  disait  que  c’étaient  des  esclaves.

En   1645,   suite   à   un   cyclone,   les   colons   présentent   plusieurs   requêtes   à   Pronis,   le  priant  de  ménager  les  vivres.  En effet,  Pronis  allait  jusqu’à  envoyer  de  la  nourriture dans  le  village  des  parents  de  sa  femme.  Pronis  prit  mal  cette  requête  et  diminua  l’ordinaire  du  riz.

Pour  les  colons,  c’en  était  trop.  Un  complot  est  mis  en  place.  En  février  1646,  Pronis  est  emprisonné  et  mis  aux  fers.  Il  sera  libéré  quelques  mois  plus  tard  grâce  à  l’arrivée  d’un  navire.  Il  envoya  en  exil  certains  ligueurs  et  fit  mettre  aux  fers  les  autres.

Pronis  s’aliéna  également  les  indigènes  à  la  suite  d’un  trafic  de  traite  d’esclaves.

La  Compagnie de l’Orient,  instruite  par  l’un  des  capitaines  revenu  de  Madagascar  des  atrocités  et  des  malversations  de  son  représentant,  si  préjudiciables  au  bon  ordre  de  la  Colonie,  comprit  que  ses  intérêts  périclitaient  à  Madagascar  et  que  le  moindre  retard  consommerait  la  ruine  de  l’établissement.  Elle  en  confia  le  gouvernement  à  Monsieur   de   Flacourt,   l’un   de   ses   associés,   qui   voulut   bien   accepter   ce   mandat  difficile  et  se  prépara  immédiatement  au  départ.  La  Compagnie de l’Orient  voulut  réparer   sa   faute   première,  qui   avait   été   de   ne   pas   asseoir   sa   colonie   sur   la   base  nécessaire   de   la   religion : ’si   l’Eternel   ne   bâtit   la   maison,   ceux   qui   la   bâtissent  travaillent  en  vain’  (psaume  126).

La   Compagnie   résolut   donc   d’envoyer   à   Madagascar   des   prêtres   zélés,   par  l’entremise  du  Cardinal  Bagni,  Nonce  apostolique auprès  de  la  Cour  de  France,  qui  s’adressa à  Monsieur  Vincent  pour  les  obtenir.

C’est  ainsi  que  la  mission  de  Madagascar  fut  offerte  en  1648  à  Monsieur  Vincent.  Il  le  dit dans  une  répétition  d’oraison  le  30  août 1657 : «Nous ne pensions pas à Madagascar, lorsqu’on nous   en   est   venu   faire   la  proposition.  Et  voici  comme  le  tout  est  arrivé. Messieurs  de  la  Compagnie des Indes  de  cette  ville,  c’est-à-dire  ces  Messieurs  qui  se  sont  associés  ensemble  pour  la  négociation  en ce pays‑là,  y  ayant  envoyé  un  prêtre séculier,  qui  ne  s’y  comporta  pas  bien,  ils  crurent  qu’ils  ne  pourraient  mieux  faire, pour  avoir quelques  prêtres  religieux  qui  fussent  de  vie  exemplaire,  que  de  s’adresser  à   Monseigneur   le   nonce   du   Pape,   qui   était   en  cette  ville.   Ils   le   firent ;   ils   lui   en  parlèrent ;  et  ce  bon  seigneur,  pensant  et  repensant  qui  il  leur  pourrait  donner  pour  cela,  jeta  les  yeux  sur  la  pauvre  et  chétive  Compagnie  et  conseilla  à  ces  Messieurs  de  nous  en  parler,  leur  disant  que  lui‑même  de son  côté  nous  en  parlerait,  qu’il  croyait  que   la   Compagnie   ferait   cela   avec   bénédiction.   Ces   Messieurs   vinrent   ici   nous   en  parler ;  Mgr  le  nonce  nous  en  parla  et  même  nous  en  conjura ;  nous  assemblâmes  quelques­‑uns   des   anciens   de   la   Compagnie ;   bref,   on   résolut   d’entreprendre   cet  emploi,  et  pour  cet  effet  nous  jetâmes  les  yeux  sur  deux  des  meilleurs  sujets  de  la  Compagnie,  nos  bons  défunts  MM.  Nacquart  et  Gondrée,  dont  le  premier  était  d’une conduite  et  prudence  admirables,  qui  avait  un  esprit  apostolique, grand  jugement ;  l’autre  aussi  fort  vertueux,  d’une  humilité  et  douceur  bien  grandes.  Nos seigneurs la  Congrégation  de  la  Propagation  de  la  Foi  nous  envoyèrent  les  facultés  nécessaires  et  louèrent  même  la  Compagnie  de  son  zèle.  Or,  cette  Congrégation  est  celle  en  qui  réside  le  pouvoir  d’envoyer  dans  ces  Missions,  le  Pape,  en  qui  seul  réside  le  pouvoir d’envoyer  par  toute  la  terre,  lui  ayant  donné  le  pouvoir  de  le  faire  et  de  vaquer  à  cela.  

Les   évêques   n’ont   pouvoir   que   dans   l’étendue   et   la   circonférence  de   leurs  archevêchés  ou  évêchés ;  mais  cette  Congrégation  a  ce  pouvoir  du  Pape,  de  pouvoir envoyer  par  toute  la  terre,  et  elle  nous  envoie»

Ayant  eu  les  demandes  de  la  Compagnie de l’Orient  et  du  Nonce,  Monsieur  Vincent  convoque   quelques   anciens   de   la   Congrégation   et ensemble ils décident  d’entreprendre  la  mission  de  Madagascar.

Le  départ  des  missionnaires  fut  si  précipité  que  Monsieur  Vincent,  n’ayant  pas  le  temps  de  recourir  à  Rome,  se  contente  de demander  les  pouvoirs  à  Nicolas  Bagni,  Nonce  en  France.

Le   Nonce   ignorait   que   la   Propagande   réservait   la   mission   de   Madagascar   aux  Carmes   Déchaussés   et   leur   avait   déjà   accordé  toutes   les   facultés   nécessaires.   Par  décret  du  20  juillet  1648,  la  Propagande  suspendit  les  pouvoirs  donnés  par  le  Nonce  à  Messieurs Nacquart  et  Gondrée.  Toutefois,  pour  ne  pas  les  condamner  à  une  oisiveté  forcée,  elle  leur  permit  d’exercer  toutes  les  fonctions  curiales,  pour  les  catholiques  de l’île  seulement,  jusqu’à  ce  que  les  Carmes  eussent  renoncé  à  leurs  droits.  La situation  fut   régularisée   par   le   désistement   de   ces   religieux   et   un   nouveau   décret   de   la  Propagande  remit  tout  en  ordre.

Lorsque   tout   fut   arrêté,   Monsieur   Vincent   annonça   la   nouvelle   mission   à   la  Compagnie  en  ces  termes : «Voilà  un  beau  champ  que  Dieu  nous  ouvre,  tant  à  Madagascar  qu’aux  îles  Hébrides  et  ailleurs.  Prions  Dieu  qu’il  embrase  nos  cœurs  du  désir  de  le  servir ;  donnons‑nous  à  lui  pour  en  faire  ce  qu’il  lui  plaira.  Saint‑Vincent  Ferrier  s’encourageait  à  la  pensée  qu’il  devait  venir  des  prêtres, lesquels  par  la  ferveur  de  leur  zèle  embraseraient  toute  la  terre.  Si  nous  ne  méritons  pas  que  Dieu  nous  fasse  la  grâce  d’être  ces  prêtres‑là,  supplions le  qu’au  moins  il  nous  en  fasse  les  images  et  les  précurseurs.  Mais  quoi  qu’il  en  soit,  tenons  pour  certain  que  nous  ne  serons  point  véritablement  Chrétiens,  jusqu’à  ce  que  nous  soyons  prêts  de  tout  perdre  et  de  donner  même  notre  vie  pour  l’amour   et   pour   la   gloire   de   Jésus-Christ,   nous   résolvant   avec   le   Saint-Apôtre   de  choisir  plutôt  les  tourments  et  la  mort  même  que  d’être  séparés  de  la  charité  du  divin  Sauveur».

Saint Vincent de Paul à Charles Nacquart

Voici  la  première  lettre  de  Monsieur  VINCENT se Paul dans  laquelle  il  parle  de  Madagascar.  Celle‑ci  est  adressée  à  Monsieur Charles NACQUART  qui  sera le  premier,  avec  Monsieur  GONDRÉE,  à partir  dans  la  Grande  île. « Monsieur, Il y a longtemps, Monsieur, que Notre-Seigneur a donné à votre cœur les sentiments pour lui rendre quelque signalé service ; et quand on fit à Richelieu l’ouverture des missions parmi les gentils et idolâtres (3), il me semble que Notre-Seigneur fit sentir à votre âme qu’il vous y appelait, comme pour lors vous me l’écrivîtes, ensemble avec quelqu’autre de la famille de Richelieu. Il est temps que cette semence de la divine vocation sur vous ait son effet. Et voilà que M. le nonce, de l’autorité de la Sacrée Congrégation de la Propagation de la Foi, de laquelle notre Saint-Père le Pape est chef, a choisi la compagnie pour aller servir Dieu dans l’île Saint-Laurent, autrement dite Madagascar ; et la compagnie a jeté les yeux sur vous, comme sur la meilleure hostie qu’elle ait, pour en faire hommage à notre souverain Créateur, pour lui rendre ce service, avec un autre bon prêtre de la compagnie. O mon plus que très cher Monsieur, que dit votre cœur à cette nouvelle ? A-t-il la honte et la confusion convenables pour recevoir une telle grâce du ciel ? Vocation aussi grande et aussi adorable que celle des plus grands apôtres et des plus grands saints de l’Église de Dieu ; desseins éternels accomplis dans le temps sur vous ! L’humilité, Monsieur, est seule capable de porter cette grâce ; le parfait abandon de tout ce que vous êtes et pouvez être, dans l’exubérante confiance en votre souverain Créateur doit suivre. La générosité et grandeur de courage vous est nécessaire. Il vous faut une foi aussi grande que celle d’Abraham; la charité de saint Paul vous fait grand besoin ; le zèle, la patience, la déférence, la pauvreté, la sollicitude, la discrétion, l’intégrité des mœurs et le grand désir de vous consommer tout pour Dieu vous sont aussi convenables qu’au grand saint François Xavier. Cette île [est] (5) sous le Capricorne. Elle a 400 lieues de long et environ cent soixante de large (6). Il y a des pauvres gens dans l’ignorance d’un Dieu, que l’on trouve pourtant fort simples, bons esprits et fort adroits. Pour y aller, on passe la ligne de l’équateur. Ceux qui ont la direction de cette île sont des marchands de Paris, qui sont comme les rois du pays. La première chose que vous aurez à faire, ce sera de vous mouler sur le voyage que fit le grand saint François Xavier, de servir et édifier ceux des vaisseaux qui vous conduiront ; y établir les prières publiques, si faire se peut ; avoir grand soin des incommodés et s’incommoder toujours pour accommoder les autres ; porter le bonheur de la navigation, qui dure quatre ou cinq mois (8), autant par vos prières et la pratique de toutes les vertus, que les mariniers feront par leurs travaux et l’adresse ; et à l’égard de ces messieurs (9) leur garder toujours grand respect ; être pourtant fidèle à Dieu pour ne pas manquer à ses intérêts, et jamais ne trahir sa conscience par aucune considération, mais se prendre soigneusement garde de ne pas gâter les affaires du bon Dieu, pour les trop précipiter ; prendre bien son temps et le savoir attendre.

Quand vous serez arrivé en cette île vous aurez :

1° à vous régler selon que vous pourrez. Il faudra peut-être vous diviser, pour servir en diverses habitations ; il faudra vous voir l’un et l’autre le plus souvent que vous pourrez, pour vous consoler et vous fortifier. Vous ferez toutes les fonctions curiales à l’égard des Français et des idolâtres convertis. Vous suivrez en tout l’usage du concile de Trente et vous servirez du rituel romain. Vous ne permettrez qu’on n’introduise aucun usage ; et si déjà il y en avait, vous tâcherez doucement à ramener les choses à ce point. Pour cela, il sera bon que vous emportiez au moins deux rituels de Rome. Le capital de votre étude, après avoir travaillé à vivre parmi ceux que vous devrez converser en odeur de suavité et de bon exemple, sera de faire concevoir à ces pauvres gens, nés dans les ténèbres de l’ignorance de leur Créateur, les vérités de notre foi, non pas par des raisons subtiles de la théologie, mais par des raisonnements pris de la nature; car il faut commencer par là, tâchant de leur faire connaître que vous ne faites que développer en eux les marques que Dieu leur a laissées de soi-même, que la corruption de la nature, depuis longtemps habituée au mal, leur avait effacées. Pour cela, Monsieur, il faudra souvent vous adresser au Père des lumières et lui répéter ce que vous lui dites tous les jours: Da mihi intellectum ut sciam testimonia tua. Vous rangerez par la méditation les lumières qu’il vous donnera, et pour montrer la vérité du premier et souverain Être et les convenances pour le mystère de la Trinité, la nécessité du mystère de l’Incarnation, qui nous fait naître un second homme parfait, après la corruption du premier, pour nous réformer et redresser sur lui. Je voudrais leur faire voir les infirmités de la nature humaine par les désordres qu’eux-mêmes condamnent; car ils ont des lois, des rois et des châtiments. Quoiqu’il y ait quelques livres qui traitent ces matières, comme le catéchisme de Grenade ou autre, que nous tâcherons de vous envoyer, je ne puis que je ne vous répète, Monsieur, que le meilleur sera l’oraison: Accedite ad eum et illuminamini ; s’abandonner à l’esprit de Dieu, qui parle en ces rencontres. S’il plaît à sa divine bonté vous donner grâce pour cultiver la semence des chrétiens qui y sont déjà et qui y vivent avec ces bonnes gens dans la charité chrétienne, je ne doute nullement, Monsieur, que Notre-Seigneur ne se serve de vous de delà pour préparer à la compagnie une ample moisson. Allez donc, Monsieur, et, ayant mission de Dieu par ceux qui vous le représentent sur la terre, jetez hardiment les rets. Je sais combien votre cœur aime la pureté. Il vous en faudrafaire de delà un grand usage, attendu que ces peuples (15) viciés en beaucoup de choses, le sont particulièrement de ce côté-là, jusque-là que l’on dit que les maris mènent leurs propres femmes aux Européens, pour avoir des enfants d’eux. La grâce infaillible de votre vocation vous garantira de tous ces dangers. Nous aurons tous les ans de vos nouvelles, et nous vous en donnerons des nôtres. Encore qu’il ne faille point d’argent en ces pays pour y vivre, néanmoins, Monsieur, la compagnie a ordonné qu’on vous envoyât cent écus en or pour les nécessités qui peuvent survenir. Nous vous enverrons aussi une chapelle complète, deux rituels romains, deux petites Bibles, deux conciles de Trente  deux images de tous nos mystères, qui servent merveilleusement à faire comprendre à ces bonnes gens ce qu’on leur veut apprendre, et qui se plaisent à en voir. Nous avons ici un jeune homme de ce pays-là, d’environ vingt ans, que Monseigneur le nonce doit baptiser aujourd’hui. Je me sers d’images pour l’instruire, et il me semble que cela lui sert pour lui lier l’imagination. Je ne sais s’il ne serait pas nécessaire de porter des fers pour faire des pains à dire la sainte messe, des épingles, des étuis de poche, chacun trois ou quatre, des huiles saintes pour le baptême et l’extrême-onction, chacun un Busée (18) quelques Introduction à la vie dévote des abrégés des vies des saints. Vous avez une obédience (20) de nous, un plein pouvoir de Monsieur le nonce, lequel a grandement cette œuvre à cœur. Avec cela je me donne absolument à vous, sinon pour vous suivre en effet, d’autant que j’en suis indigne, au moins pour prier Dieu, tous les jours qu’il plaira à Dieu de me laisser sur la terre, pour vous, et, s’il plaît à Dieu me faire miséricorde, pour vous revoir dans l’éternité et vous y honorer comme une personne qui sera placée par la dignité de sa vocation au nombre des personnes apostoliques.Je finis, prosterné en esprit à vos pieds, demandant qu’il vous plaise aussi m’offrir à notre commun Seigneur, afin que je lui sois fidèle et que j’achève en son amour le chemin de l’éternité, qui suis dans le temps et serai à jamais, Monsieur, votre très humble et obéissant serviteur".

VINCENT DEPAUL

Celui que nous vous destinons est M. Gondrée, lequel vous avez peut-être vu à Saintes, où il a demeuré, étant encore clerc; c’est un des meilleurs sujets de la compagnie, en qui la dévotion qu’il avait, entrant en icelle, se conserve toujours; il est humble, charitable, cordial et zélé; bref il est tel que je ne puis vous en dire le bien que j’en pense. Quelques marchands partiront d’ici mercredi ou jeudi pour aller à La Rochelle, où l’embarquement se doit faire. S’ils désirent passer à Richelieu, Monsieur Gondrée pourra aller avec eux pour vous y aller joindre, et eux s’en iront devant disposer leur vaisseau et vous attendre vers le 15 ou le 20 du mois prochain, auquel temps ils doivent faire voile (21). Je vous supplie, Monsieur, de vous tenir prêt. Nous ajouterons aux livres déjà nommés la vie et les épîtres de l’Apôtre des Indes .

Ne divulguez ceci, s’il vous plaît, non plus que nous ne l’avons encore divulgué de deçà.

L’un des messieurs à qui cette île est donnée par le roi s’en va au voyage ; il fera votre dépense sur mer et sur les lieux. Vous verrez sur les lieux si, avec le temps, vous y pourrez avoir du bien, pour vous y entretenir en votre particulier. Il y fait si bon vivre que cinq sols de riz, qui tient lieu de pain, suffisent pour nourrir cent hommes par jour. Que vous dirai-je davantage, Monsieur, sinon que je prie Notre-Seigneur, qui vous a donné part à sa charité, qu’il vous la donne de même à sa patience, et qu’il n’y a condition que je souhaitasse plus sur la terre, s’il m’était loisible, que celle de vous aller servir de compagnon à la place de M. Gondrée.

Monsieur   VINCENT écrit   alors à   Monsieur   GAUTIER,   supérieur   à   Richelieu,   pour   lui  annoncer  le  prochain  départ  de  Monsieur NACQUART.

« La grâce de Notre-Seigneur soit avec vous pour jamais!

J’écris à M. Nacquart par M. Gondrée, qui part aujourd’hui dans un coche pour Richelieu, afin de se rendre ensemblement à La Rochelle avec ces messieurs qui les doivent mener aux Indes, environ le 20e du mois prochain.

Dans   sa   lettre   du   22   mars, Monsieur   VINCENT annonçait   à   Monsieur   Nacquart   une  obédience.  

OBÉDIENCE POUR CHARLES NACQUART ET NICOLAS GONDRÉE, ENVOYÉS A L’ILE DE MADAGASCAR (30 mars 1648)

Vincentius a Paulo, superior generalis congregationis Missionis, dilectis in Christo confratribus D. D. Carolo Nacquart et Nicolao Gondrée, nostrae congregationis sacerdotibus, salutem in Domino.

Cum, juxta insti. tutum nostrum, saluti animarum quocumque Deus vocaverit procurandae vacare peculiari rationc teneamur, praeser

tim in locis ubi major inest necessitas et alii desunt evangelici operarii; scientes autem apud Indias, maxime apud insulam Madagascar, alias Sancti Laurentii, penuriam operariorum maximam esse et messem copiosam tum erga catholicos in fide fovendos, tum etiam erga

ethnicos ad fidem catholicam vocandos, cum maxime ad missionem hanc ab Illustrissimo et Reverendissimo Domino Domino Nuntio apud regem nostrum christianissimum Apostolico, necnon ab honorabi, libus viris illis ad quos per tractatum cum rege christianissimo spectat pro temporalibus Indiae, requisiti atque rogati fuerimus, nos, divinae vocationi obedire cupientes, ac in vestra pietate, doctrina, experientia et animarum zelo confidentes, vos ad dictam insulam et alias Indiae partes misimus ac per praesentes mittimus, ut, juxta instituti nostri functiones, saluti ani, marum totis viribus, cum gratia Dei, incumbatis. Quapropter Dominos Dominos nostros antistites, parochos, caeterosque Ecclesiarum praepositos [rogamusl utvobis seu cuilibet vestrum missam celebrare, sacramenta pœnitentiae et Eucharistiae, praesertim viris illis qui vobiscum ad dictam insulam transmeant,

ministrare et caetera nosbri instituti munia obire permittant, cum vos ab omni ecclesiastica censura immunes esse constet. Insuper omnes

reges, principes, proreges, praetores, primates civitatum, confinium praefectos, custodiis urbium ac viarum praepositos in Domino rogamus ut per suas provincias et terras atque portus maritimos, libere et tuto eundi et redeundi facultatem ac favorem dignentur

impertiri, propter arnorem illius qui est Rex regum, Dominus dominantium, ad quem interea pro felici illorum statu, una cum congregatione nostra, devotas preces effundemus. In quorum omnium fidem praesentes propria manu subsignavimus ac sigillo nostromuniri curavimus. Datum Parisiis, tertio calendas aprilis, anno millesimo sexcentesimo quadragesimo octavo ».

Dès  la  réception  de  la  lettre  le  nommant  à  Madagascar,  le  missionnaire  donne  ses  réactions.  Il  se  sent  indigne d’une  telle  mission.  Il  aimerait  avoir  un  troisième  confrère  avec  lui  et  propose  le  nom  de  Monsieur  MAILLARD  qui  brûle  du  désir  d’aller  servir  à  Madagascar.  

Dans  sa  lettre,  Monsieur  NACQUART  pose  toute  une  série  de  questions.  A  leur  lecture,  nous  sommes  surpris  de  constater  qu’aucune ne concerne  le  genre  de  vie  et  les  mœurs  des Malgaches;  ce  qui  semble  l’inquiéter  ce  sont les  détails  matériels  et  la  conduite  à  tenir  en  mission.

CHARLES  NACQUART  A  SAINT  VINCENT Du  1er  avril  1648.

« Monsieur Votre  sainte  bénédiction,  s’il  vous  plaît ! Il  me  semble  en  lisant  et  relisant  la  vôtre  que  les  termes  d’icelle n’étaient  point  d’un  homme  mais  des  paroles  de  l’esprit  de  Dieu,  qui  me  communiquent,  à  la  vérité,  que  c’est  son  bon  plaisir  de  se  servir  de  moi  en  une  si  noble  et  relevée  vocation  dont  à  la vérité,  je  me  reconnais  très  indigne,  et  n’y  ai  pas  senti  de  répugnance  de  la  part  de  la  chose,   sinon   que   j’aurais   bien   désiré   et   souhaiterais   bien   encore   d’être   sous   la  conduite   de   quelqu’un   et   n’avoir   point   de   direction,   dont   je   me   vois   totalement  incapable,  faute  de  vertu  et  de  prudence  et  de  science,  ce  qui  me  donne  très  grande  appréhension   de   gâter l’œuvre   de   Dieu   et   d’empêcher   beaucoup   sa   gloire,   qu’un  autre  procurerait  bien  plus  avantageusement,  et  serais  en  grand  repos  de  n’avoir  qu’à  obéir.  Hélas!  J’ai  bien  de  la  peine  de  me  persuader  que  ce  soit  à  moi,  pauvre Charles  Nacquart,  que  s’adresse  cette  signification  du  dessein  de  Dieu.  Oh  bien!  Pourtant,  puisque  vous  me  tenez  lieu  de  père  sur  terre,  après  celui  que  j’ai  au  ciel,  je  n’en  doute  pas. Que   M.   Gondrée   vienne   quand   il   lui   plaira;   j’irai   avec   lui   comme   un enfant  perdu,  à  l’aveugle  pour  découvrir  si  cette  terre  est  de  promission.  Et  quoique  j’aie  vu  ma  main  toute  lépreuse,  je  me  confie  que  Dieu  nous  donnera  sa  verge  toute  puissante pour   opérer   ce   qu’il   lui   plaira.   Mais   au   moins,   si   vous   n’envoyez   un   supérieur,  ajoutez,  s’il  vous  plaît,  un  troisième  compagnon,  afin  que  ce  triple  cordon  soit  plus  fort  et  indissoluble.  Vous  n’en  avez  peut-être  pas  à  nous  donner,  dites‑vous.  Vous  n’avez  qu’à  mettre une  lettre  ici  à  M.  Maillard  qui,  s’il  vous  en  souvient, il  y  a  deux  ans,  vous  le  demanda  aussi  instamment  que  pas  un  et  qui  tout  présentement,  comme   j’avais   la   main   à   la   plume,   ayant,   par   quelque   conjecture   soupçonné,   par  quelque  chose  qu’il  a  reconnu  de  M.  Gautier,  n’a  prié  instamment  de  vous  dire  qu’il  y  a  encore  son  cœur  plus  porté  que  jamais,  si  vous  le  trouvez  bon.  En  vérité  aussi  je  crois   qu’il   aurait   beaucoup   de   grâces,   à   raison   de   sa   vertu   et   douceur   et   autres  qualités,   par   lesquelles   nous   ne   serions   qu’un   cœur.   Si   vous   dites   qu’il   est   trop  nécessaire   pour   procureur   à   Richelieu,   il   a   mis   tout   en   si   bon   ordre   qu’un   autre  n’aurait   pas   peine   de   lui   succéder;   ce   frère   Vageot   qui   a   l’estomac   dévoyé   pour  l’étude,  peut-être  s’en  acquittera  bien.  Donnez-le‑nous  et  pour  supérieur;  il  n’est  point  capable de  vanité.  Il  y  a  des  hommes  qui  s’enivrent  d’un  verre  de  vin  et  qui   se   noient   dans   4   doigts   d’eau.   La   moindre   fumée   d’honneur   est   capable   de  m’étourdir.  Je  puis  dire:  qui  datus  est  mihi  stimulus  carnis,  en  entendant  l’autre  sexe;  ce  qui  me  fait  appréhender  d’être  quelquefois  seul.  Comme  vous  dites,  il  ne  coûtera  pas  plus  3  que  2;  mais  fiat  voluntas  Domini!  Mais  voici  des  demandes,  au  cas  que  vous  confirmiez  en  moi  votre  première  proposition. Faudra‑t‑il  choisir  un  lieu  de  résidence  duquel,  comme  d’un  centre,  nous  allions  à  la  circonférence  de  l’île  faire  des  missions,  comme  en  ce  pays,  pour  y  revenir?  Y a‑t‑il  là  des  villes,  des  paroisses,  des  églises,  d’autres  prêtres  que  nous  d’autre  religion  de  controverse?   Y   a‑t‑il   d’autres   seigneurs   que  les   Français,   dont   il   faille   dépendre?  Comment   faut‑il   faire   les   fonctions   curiales?   De   même   qu’en   ce   pays?   Faut‑il  observer   nos   mêmes   cérémonies   entièrement,   et   il   n’y   a   pas   (7)   de   livre   de   plain‑chant?  Dirons‑nous  la  messe  tous  les  jours  dans  le  vaisseau?  Aurons‑nous  partout  de   la   matière   de   consécration?   Si   nous   n’avons   qu’une   chapelle,   comment   faire,  quand  nous  serons  divisés?  N’y  a‑t‑il  point  d’obstacles  à  notre  religion  pour  toutes  nos  fonctions,  nos  habits  de  prêtres ?  Faut‑il  avoir  des  bonnets  carrés,  des  surplis?  Pourrons‑nous   établir   des   confréries   de   la   Charité,   recevoir   des   exercitants?  Comment  réglerons‑nous  notre  temps  sans  horloge  ou  montres?  Pourriez‑vous  nous  envoyer   le   règlement   de   la   Mission   comme   on   y   a   mis   la   dernière main ? Pourrons‑nous   admettre   des   compagnons   de   ce   pays,   ou   pour   être   prêtres   et  instruire?  Y  a‑t‑il  des  évêques,  ou  aurons‑nous  quelques  coadjuteurs  d’ici  ou  de  là?  

Le   frère   J.   Bance  s’était   offert,   comme   vous   savez.   Faut‑il   accepter   quelque  fondation  pour  notre  subsistance  en  particulier  et  faire  bâtir  sans  vous  en  avoir  écrit?  Cela  serait  bien  long.

Il  y  aurait  possible  d’autre  chose  à  vous  proposer,  auxquelles  vous  suppléerez  en nous  donnant  de  nouveaux  avis,  si  vous  n’y  avez  déjà  pourvu  par  M.  Gondrée.  Vous  aurez  encore  assez  de  temps  pour  répondre  à  la  présente,  avant  que  nous  partions,  si vous  en  prenez  la  peine,  par  la  première  poste,  à  quoi  nous nous  attendrons.  Aurons‑nous   un   encensoir,   de   l’encens,   un   soleil   pour   honorer   Notre‑Seigneur au   Saint  Sacrement  de l’autel?  L’aurons‑nous  toujours  consacré  dans  le  vaisseau?  Tâcherons‑nous  de  faire  faire  des  confessions  générales  à  tous  ceux  du  vaisseau?  Ferons‑nous  lecture  de  table  sur  le  chemin et  là?  Pourrons‑nous  avoir, sur  le  chemin  et  au  pays, la liberté  de  garder  l’ordre  de  la  journée  d’un  missionnaire,  faire  des  conférences  entre  nous  et  en  faire  avec  ces  messieurs  du  vaisseau,  s’ils  y  sont  disposés,  et  aussi,  dans  le  pays,   aux   enfants,   aux   hommes ?   Si   nous   avions   des   indulgences   beaucoup   à  distribuer   et   des   messes   privilégiées,   des   prières   de   40   h,   etc.,   cela   exercerait   la  dévotion.

J’attendrai  la  vôtre  pour  vous  dire  adieu  et  faire  mon  testament  avant  que  mourir  moralement  à  tout  le  pays.  Offrez‑nous  derechef  aux  prières  de  la  compagnie,  sans  lesquelles  j’aurais  bien  moins  de  confiance  pour  une  telle  entreprise,  à  laquelle  ces  marchands  qui  y  vont  pour  le  temporel  me  serviront  d’aiguillon  ou  de  confusion,  si  je  ne  fais  pour  la  gloire  de  Dieu  et  le  salut  des  âmes  autant  comme  eux  pour  leur  trafic, quoique  je  craigne  extrêmement  de  me  perdre,  sachant  mes  infirmités  et  l’incapacité  à  la  conduite  des  âmes.  Notre‑Seigneur me  veuille  tenir  la  main  et  me  donner  ce  que  vous   m’avez   déjà   souhaité   et   que   vous   lui   demanderez   avec   tant   d’autres bonnes  âmes,  dont  par  vous  je  mendie  le  secours.

Je  suis,  en  son  amour,  inviolablement  et  de  tout  mon  cœur,  en  celui  de  sa  sainte  Mère  et  de  saint  Joseph,  Monsieur  et  très  honoré Père,  votre  très  humble  et  très  obéissant  et  très  affectionné  fils".

CHARLES  NACQUART

Y  a‑t‑il  danger  d’écrire  un  petit  mot  à  mon  père  pour  lui  demander  sa  bénédiction  et  qu’il  fasse  prier  Dieu  pour moi ?

Le  21  mars  1648,  Monsieur  GONDRÉE  part  rejoindre  Monsieur

NACQUART  à  Richelieu.  

Il   fait   route   avec   plusieurs   agents   de   la   Compagnie‑de‑

l’Orient.   Monsieur   de   BLOYE   a  rencontré   un   prêtre   qui   semble   présenter   toutes   les   qualités   requises   pour   servir   à  

Madagascar.  Monsieur  GONDRÉE  fait  part  de  cela  à  Monsieur  VINCENT.

NICOLAS GONDRÉE, PRÊTRE DE LA MISSION, A SAINT VINCENT

De Tours, ce 3 avril 1648.

Monsieur,

Votre bénédiction!

Je suis arrivé à Tours heureusement, en la compagnie de Monsieur de Bloye, qui nous conduit, par l’ordre de M. de Flacourt II ne pouvait nous donner un homme de meilleure conduite, non seulement pour le temporel, mais aussi pour le spirituel. Je vous puis assurer que j’ai reçu de lui autant d’édification comme jamais j’ai reçu de personnes de sa condition, chantant et excitant les autres soir et matin et à toute

heure à la dévotion. J’espère que Dieu se veut servir de lui en Madagascar; car il m’a fait paraître autant d’ardeur comme je pourrais espérer, et autant de désir d’amplifier la gloire de Dieu en ces peuples, non seulement par les autres les défendant par son autorité, mais aussi par les instructions familières qu’il a dessein de leur faire. II

commence déjà sa mission, enseignant à communier, le Pater et le Credo; en un mot, c’est un soleil au milieu de plusieurs étoiles; et moi ne suis que ténèbres, à cause de mes imperfections, au milieu de ces lumières. Il voudrait que plusieurs ecclésiastiques voulussent se donner à Dieu pour la conversion de l’île; ce qu’il m’a manifesté; car ayant fait rencontre d’un honnête prêtre qui cherchait condition, il fut

ravi de connaître la bonne volonté qu’il avait de servir à Dieu en ce pays, et après avoir sondé son intérieur, qui est très bon car il nous proteste que ce n’est point son intérêt propre qui le fait aller en ce quartier, mais la pure gloire de Dieu, avec désir de souffrir, d’obéir, de travailler et d’endurer le martyre s’il en est de besoin. Béni soit Dieu de lui avoir communiqué cet esprit ! Il espère de vos nouvelles le plus tôt que vous pourrez car il pourra acheter quelque rafraîchissement pour cela, pourvu que vous le fassiez trouver bon à Monseigneur le nonce (2), à qui, comme à vous, Monsieur, [je suis] votre très humble serviteur.

N. GONDRÉE

Monsieur de Bloye, M. Galiot, M. Rufin et le reste de notre bande se recommandent à vos saintes prières et à celles de toute la compagnie. Vous pensez que nous allions seulement deux missionnaires, mais ils m’ont assuré que nous ne serions point seuls;

et en quoi ils nous pourront assister, ils feront de bon cœur, et que, pour couronner leur travail, ils vous iront saluer, comme quelqu’uns m’ont promis, afin de remercier Dieu de leur voyage faisant une bonne retraite, comme quelqu’uns ont déjà fait.

Plaise à Dieu qu’ils puissent exécuter ces desseins.! Monsieur de Bloye vous prie de prendre la peine d’adresser les vôtres à M. Henry,

dans La Rochelle, où il a mené ce bon prêtre, qui m’a montré toutes ses lettres en bonne forme. Ce bon prêtre m’a fait vous dire qu’il attend avec impatience vos réponses; et nous sommes dans les mêmes désirs de savoir les succès de cette affaire.

Le nom de ce bon prêtre est Abraham Louvel, de l’évêché du Mans.

Monsieur, je ne vous envoie la présente que pour satisfaire à la volonté de M. de Bloye, qui l’a ainsi désiré pour savoir votre volonté touchant ce bon prêtre, qui a été vicaire en quantité de villes, parait trop fin, un peu ignorant, a été refusé à Orléans; bref, je ne pense point que nous nous puissions accommoder avec lui. Nous attendons vos réponses.

 

Charles Nacquart naquit à Treslon, petite ville du diocèse de Soissons. Il entra à la Congrégation de la Mission à Paris le 6 avril 1640 et, ses études terminées, il fut envoyé à la résidence lazariste de Richelieu dans le diocèse de Tours.

Le P. Nacquart avait été remarqué par ses supérieurs pour ses qualités de douceur, de calme, son esprit judicieux et pondéré, et il avait exprimé le désir de partir en terre lointaine. Aussi, Saint Vincent de Paul le désigna en même temps que le P. Gondrée pour partir à Madagascar, à la demande de la Compagnie Française des Indes Orientales. Selon les accords, ces deux missionnaires devaient donner les secours de la religion aux Français transportés dans l'île et amener les habitants de la contrée à embrasser le catholicisme.

Les deux prêtres s'embarquèrent à La Rochelle le 21 mai 1648, en même temps que M. Etienne de Flacourt, nouveau Gouverneur de Fort-Dauphin. Ils arrivèrent dans cet établissement le 4 décembre 1648, trouvant la colonie dans un état pitoyable tant sur le plan matériel que moral. Une chapelle y avait été construite par un prêtre séculier, M. de Bellebarbe qui, en raison des divisions opposant les Français entre eux, n'avait pu mener aucune action.

Le P. Nacquart se rendit compte de la tâche immense qui l'attendait. Afin de se mettre en contact avec les habitants du pays, il se mit à travailler avec acharnement pour apprendre la langue locale. Il composa même un "petit catéchisme avec les prières du matin et du soir, que les Missionnaires font et enseignent aux néophytes et catéchumènes de l'Isle de Madagascar, le tout en français et en cette langue." Ce document fut publié par de Flacourt en 1657.

Dans son action missionnaire, le P. Nacquart s'attachait surtout à la formation des enfants, se montrant très prudent pour le baptême des adultes. Il était aidé dans sa tâche par un colon français plein de bonne volonté, François Grandchamp, qui parlait le malgache et participait à son enseignement évangélique. Sa collaboration fut particulièrement précieuse lorsque, à la suite du décès du P. Gondrée, survenu en mai 1649, le P. Nacquart se trouva seul.

Pendant les premiers mois de l'année 1650, il mena une activité intense. En janvier, il fit une excursion à trois jours de Fort-Dauphin dans la vallée de l'Ambolo. En février, il bénit la première pierre de la future église Notre-Dame. Pendant tout le carême, il prépara intensément les candidats au baptême, à la Communion et au mariage, régularisant la situation des Français qui avaient épousé des femmes Malgaches. Pour pouvoir connaître les livres des Ombiasy, il s'était même mis à apprendre l'arabe.

Au mois de Mai, il s'était rendu à dix lieues de Fort-Dauphin mais revint de cette tournée extrêmement fatigué et tomba malade. Lors de la Fête de l'Ascension, le 26 Mai, il remplit son ministère auprès des Antanosy et des Français mais, trois jours après, il mourait, ayant à peine vécu un an et demi en terre malgache.

Évoquant sa mémoire dans son "Histoire de la Grande Ile de Madagascar," M. de Flacourt a écrit au sujet de celui qui fut véritablement le premier missionnaire à Madagascar et qui aurait baptisé plus de 400 personnes:

C'était un homme de bon esprit, zélé pour la religion, et qui vivait exemplairement bien, qui avait déjà de la connaissance de la langue à suffisance pour instruire les habitants du pays, à quoi il prenait grande peine de s'employer continuellement, et a été de nous fort regretté, d'autant qu'à son imitation beaucoup de Français tâchèrent de bien vivre.

Raymond Delval

Bilan de l'évangélisation du sud malgache par les Lazaristes

La tentative d'évangélisation du sud malgache par les lazaristes de Fort-Dauphin (1648-1674) constitue une brève et dramatique séquence d'histoire. Elle accompagne une colonisation ponctuée de dévastations et de tueries qui s'achève par le massacre de plus de la moitié des colons français et par l'abandon de la place. "Vingt-cinq prêtres et douze frères [y] ont laissé leur vie, écrit Philippe Chan-Mouie (1996, p. 14), victimes d'un climat [...] insalubre provoquant de fortes fièvres de paludisme. D'autres [...] ont été empoisonnés ou massacrés." (Les Mémoires de la congrégation de la Mission font état du compte suivant : la Mission de Madagascar a "coûté à la Compagnie, les 25 ans qu'elle dura, 31 prêtres et 10 frères, outre la perte de 4 prêtres séculiers" - 1866, tome IX, p. 593.)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mardi, 14 Février 2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×