VICTOR SARTRE

Wikipedia 1Robert

un évêque catholique français, personnage marquant de l’histoire de l’Église de Madagascar

Victor sartre

 

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (malagasy58@gmail.com - tany_masina@yahoo.fr)

     Victor Alphonse Marie Sartre est un évêque catholique français, personnage marquant de l’histoire de l’Église de Madagascar. Il a consacré toute sa vie à l’évolution du peuple malgache. Né le 23 septembre 1902 à Saint-Denis-en-Margeride, en Lozère (France), il est décédé le 13 octobre 2000 à Analamahitsy (Madagascar) à l’âge de 98 ans. Il était le doyen des évêques français1.  

Biographie

     Les Mémoires de Monseigneur Sartre déroulent aux yeux du lecteur un itinéraire exceptionnel d'un missionnaire intégral. Voici un enfant de Lozère, venu tardivement aux études, qui bride les étapes au Petit Séminaire, entre chez les jésuites, révise la philosophie, approfondit la théologie. confirme, au Troisième an de spiritualité, son désir de sainteté. cueille une couronne de docteur à Rome, atterrit enfin à Madagascar au Grand Séminaire de la Grande île. Très vite, les occupations pleuvent, les responsabilités aussi. Le pied est mis à l'étrier des charges hiérarchiques avec la nomination de Vicaire général à Tananarive, puis Vicaire apostolique, bientôt évêque. premier archevêque de Madagascar. Lorsque sonne l'heure de l'indépendance pour Madagascar, Monseigneur Sartre offre sa démission à 58 ans et cède la place à un successeur malgache, qui sera le Cardinal Jérôme Rakotomalala, premier Prince de l'Eglise à Madagascar. Cette joie du sacrifice s'accompagne de l'amertume de devoir quitter l'Île Rouge, devenue sa patrie. Le Cameroun profitera de son expérience. À la tête du Grand Séminaire d'Otélé, avec une équipe bien soudée, il relance l'institution. Les locaux devenus vétustes et trop éloignés des milieux urbains, il faut construire un nouveau centre d'accueil. Un spacieux bâtiment sort de terre en trois ans. Pendant le Concile, à la Commission pour les Missions, Monseigneur Sartre donne toute sa mesure dans l'élaboration du décret conciliaire Ad Gentes. Une courte station à la Réunion, et le voilà de retour à Madagascar, 10 ans après l'avoir quitté. Nouvelle expérience pastorale: en brousse d'abord, puis dans la Maison de retraite, Saint Ignace. L'écrivain consacrera beaucoup de temps à Saint Paul, J Berthieu, V Rasoamanarivo. Le confesseur, le conseiller spirituel réconfortera beaucoup de monde. Une expérience exceptionnelle. Un dynamisme apostolique qui fait franchir les obstacles. Tout est plus facile quand on a décidé de choisir "le plus parfait"

Jeunesse

Né le 23 septembre 1902 à Saint-Denis-en-Margeride, en Lozère (France) dans une famille paysanne de 11 enfants dont 2 prêtres et 3 religieuses. Il entre en 1917 au petit séminaire de Marvejols (Lozère) puis en 1921 au grand séminaire de Mende (Lozère).

Il entre au Noviciat des Jésuites de Mons-Caussens (Gers) en 1924 puis en 1926 au Juvénat de Florennes (Belgique). Il étudie la philosophie au Scolasticat de Vals-près-le-Puy (Haute-Loire) de 1927 à 1929.

En 1929 et 1930, il entre à la Régence de Tivoli – Bordeaux (Gironde) puis retourne en Belgique pour étudier la théologie à Enghien de 1930 à 1934. Il sera ordonné prêtre dans la Compagnie de Jésus le 28 août 1932 à l'âge de trente ans.

De 1935 à 1937, il entre au biennium et est agrégé de théologie à la Grégorienne à Rome.

Évêque à Madagascar

En juin et juillet 1937, il fera un pèlerinage sur les Lieux Saints à Jérusalem avant de s’embarquer pour Madagascar le 11 août 1937 où il exercera en tant que professeur de théologie pour les Scolastiques et les Séminaristes de 1937 à 1942.

De 1942 à 1948, il est nommé Recteur du Collège Saint Michel (Madagascar), supérieur Général des Jésuites et vicaire apostolique d'Antananarivo et évêque de Vaga, sur l'île de Madagascar, alors colonie française.

Le 17 juillet 1948, il est nommé évêque de Antananarivo.

En 1955, l'évêché d'Antananarivo devient archevêché, et Victor Sartre en est le premier archevêque.

Alors que les Malgaches demandent l'indépendance, Monseigneur Sartre écrit au pape Jean XXIII, en décembre 1959, qu'il « offrirait volontiers sa démission pour laisser la place à un prêtre du pays »2. Il démissionne ainsi le 12 janvier 1960 pour laisser sa place à Mgr Jérôme Louis Rakotomalala. Il est alors nommé archevêque titulaire de Beroë (un diocèse disparu), et quitte Madagascar pour Rome afin de préparer le Concile Vatican II en tant que membre de la Commission préparatoire des Missions de 1960 à 1962 avant de participer lui-même au IIe concile œcuménique du Vatican (Vatican II) de 1962 à 1965.

Pendant le concile, il va au Cameroun de 1963 à 1965 comme simple missionnaire et Recteur du Grand Séminaire d'Otélé.

De 1968 à 1970, il passe quelque temps sur l'île de la Réunion comme opérarius, avant de revenir à Madagascar où il exercera plusieurs missions :

  • Professeur au Grand Séminaire d’Ambatoroka
  • « Apprenti » broussard – comme il l'a défini lui-même – à Imerintsiatosika
  • Vicaire à Ambatolamby puis à la disposition de la région

Il a pris sa retraite à la Maison Saint Ignace en 1984 tout en continuant à aider les Malgaches. Il est décédé le 13 octobre 2000 à Analamahitsy à 98 ans. Les Malgaches lui ont réservé des funérailles grandioses.

Décorations

Écrits

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mardi, 14 Février 2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×