EGLISE DE JESUS-CHRIST DE MADAGASCAR

Wikipedia 1Robert

union des trois Eglises : FKM – FPM – FFM

Fjkm uni1

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (malagasy58@gmail.com - tany_masina@yahoo.fr)

L’Eglise Réformée de Madagascar (FJKM)

L’Eglise Réformée de Madagascar s’appelle «Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara FJKM (Eglise de Jesus Christ à Madagascar)» depuis l’année 1968 où l’on a unifié les trois eglises protestantes nées des trois mouvements missionnaires protestants provenant de l’Europe au 19ème siècle (London Missionary Society, Friends Foreign Missionary, Mission Protestante Française ou Société des Missions de Paris).

Proclamation officielle de l'unité des trois Eglises du nord de Madagascar (Église de Jésus Christ à Madagascar)

Fjkm titus rasendrahasinaL'Eglise de Jésus-Chrisqt à Madagascare n'existerait pas, si la direction des trois Eglises qui se sont unies n'était pas devenue indépendante des Sociétés de Mission et des missionnaires. A ne voir que la date d'érection de la FJKM en 1968, on pourrait dire qu"elle est la cadette des Eglises, mais en fait, par les missionnaires de la LMS dont est née l'Eglise des martyrs, elle en est l'aînée.

Le Pasteur Titus Rasendrahasina devint en 1953 président du Comité de l'Eglise unie à la LMS. Il fut le premier Malgache à tenir ce poste lorsque la direction de l'Eglise passa aux nationaux, et c'est en octobre 1862 qu'elle prit le nom de d"Eglise du Christ à Madagascar" (FKM). La passation des pouvoirs dans la FFMA (l'Eglise des Amis : Quakers) s'était faite en 1956, et le premier président Malgache en fut le pasteur Andrianaly Ratavao (1959). Indépendante en avril 198 avec le pasteur J.B.Ralambomahay, l'Eglise unie à la MPF fut nommée "Eglise Evangélique à Madagascar" (FPM'.

L'union des trois Eglises ne fut pas une tâche aîsée. Le Copmité pour l'Union formé en 1950 comprenait des délégués des trois Eglises malgaches et étrangers, auxquels fut adjoint un représentant du "Isan'enim-bolana d'Imerina". Il fallut 18 ans de travail avant que ne soit- constituée la FJKM. Le premier président de la FJKM, Titus Rasendrahasina, évoquant brièvement les sentiments mêlés qu'engendrèrent les difficultés pour arriver à l'unioàn des Eglises, déclarait : "Tandisque se poursuivait le travail du comité, dans les dix ans qui précedèrent l'union projetée, on ne cessait pas de dire, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des Eglises concernées ; on n'y arrivera pas à cvause de ceci, à cause de cela...Certains allaient encore plus loin et annonçaient : même si on réussit l'union, elle ne durera pas et on vera à nouveau des séparations".

Fjkm titus rasendrahasina2

Les présidents des églises constituantes. A gauche : pasteur Titus Rasendrahasina (FKM ou Eglise du Christ à Madagascar) qui devient président de l'église unie. Au centre, le pasteur Victor Rakotoarimanana (FPM ou Eglise protestante à Madagascar) qui devient secrétaire général de l'Eglise Unie. A droite : pasteur Rakotondranosy (FFM ou Eglise Frenjy Malagasy). Sur la table est posé un exemplaire de la première bible traduite en langue malgache imprimée à Tananarive en 1835 par des missionnaires congrégationalistes anglais.

La FJKM approuve par la Constitution sa FOI :
– en un Dieu unique se faisant connaître par la Trinité
– en un Dieu, Le Créateur,
– en un Dieu qui s’incarne en Jesus Christ,
– que l’Esprit Saint est Dieu,
– à la Parole du Seigneur selon la Bible et l’Inspiration du Saint Esprit ;
– aux deux Sacrements: Le Baptême et la Sainte Cène.

Etant membre de la grande Famille des Eglises Réformées, la FJKM a comme doctrine fondamentale, la Théologie de Jean Calvin ou le Calvinisme.

Cette doctrine se définit par les disciplines suivantes :

A) La Parole du Seigneur: Predication de l’Evangile et Enseignement Biblique.

B) La Liturgie Réformée avec les deux Sacrements : baptême et Sainte Cène.

C) Le Catéchisme où l’on enseigne:

1) la Bible et l’histoire du Salut
2) La Confession de foi: le Symbôle des Apôtres,le Symbôle de Nicée Constantinople (381), le symbôle de l’Eglise Réformée (XVIé siècle), la Confession Biblique.
3) La Loi du Seigneur (les Dix Commandements)
4) Le Notre Père,
5) L’histoire de l’Eglise,

D)-Structure et disciplines dans l’Eglise.

Pasteur Charles Rakotonirina, Président du Synode Régional Paris

L'Eglise de Jésus-Christ à Madagascar est la deuxième plus grande dénomination chrétienne à Madagascar. La FJKM est l'église nationale de Madagascar, mais ce ne est pas l'église établie de l'Etat.

Histoire

Fondée en 1968 en tant que dénomination protestante réformée par l'union de trois églises née du travail de la London Missionary Society, le Paris Missionary Society et l'Association Missionnaire amis étrangers, le FJKM compte aujourd'hui 3,5 millions de fidèles à environ 5800 paroisses et 56 Synodes nationale et gère 552 écoles.

L’église de Jésus-Christ à Madagascar n’existerait pas, si la direction des trois Eglises : FKM – FPM – FFM, qui se sont unies n’était pas devenue indépendante des Sociétés de Mission et des missionnaires. A ne voir que la date d’érection de la FJKM en 1968, on pourrait dire qu’elle est la cadette des Eglises, mais en fait, par les missionnaires de la LMS (London Missionary Society) dont est née l’Eglise des martyres, elle en est l’aînée.

La Constitution garantit la liberté religieuse. Suite à la réélection du président Ravalomanana à la fin de 2006, le 4 avril 2007 un référendum constitutionnel a été approuvé qui, parmi d’autres modifications, élimine la séparation explicite de l’Eglise et l’Etat.

Ceci, comme a commenté le président Ravalomanana, n’indique cependant pas une intention de réduire la protection juridique de la liberté religieuse dans le pays, mais plutôt d’affirmer les principes chrétiens dans la vie quotidienne de l’Etat.

Même s’il manque des données officielles fiables, environ la moitié de la population est chrétienne. L’Eglise Catholique est la plus nombreuse, suivi par L’Eglise Réformée Protestante de Jésus Christ (FJKM) et ensuite les églises Luthérienne et Anglicane. Une grande partie de la population professe les religions traditionnelles indigènes. Le président Ravalomanana est aussi le vice-président de la FJKM, une des quatre principales fois chrétiennes, ce qui a provoqué des accusations que les intérêts de l’Eglise et de l’Etat ne sont pas entièrement séparés.

De nombreux groupes de missionnaires étrangers travaillent librement dans le pays. Diverses organisations basées sur la foi, certaines avec des liens internationaux, sont impliquées dans les services de santé et les services sociaux, les projets de développement, les écoles et l’éducation supérieure.

La loi exige que les associations s’inscrivent auprès du Ministère de l’Intérieur afin d’obtenir le statut légal nécessaire pour recevoir des legs directs, et d’autres dons. Pour pouvoir s’inscrire, les associations religieuses doivent compter au moins 100 membres et un conseil d’administration élu de neuf membres ou moins, et qui doivent tous être citoyens malgaches.

En mai 2007 le ministre de l’intérieur a décidé de déporter le Père Sylvain Urfer, un prêtre français qui avait vécu au Madagascar depuis 33 ans. L’administration malgache a en fait annulé son permis de séjour, et lui a interdit de revenir en territoire malgache. Aucune raison officielle n’a été donnée par le gouvernement lors de la déportation du missionnaire, malgré des appels les jours suivants de la Conférence Episcopale Catholique, de l’Organisation des Eglises officielles Malgaches (FFKM) qui représente les catholiques, protestants, anglicans, et luthériens, ainsi que de l’Observatoire de la Vie Publique (Sefafi) dont le prêtre faisait partie.

Les évêques catholiques de Madagascar ont demandé au président Ravalomanana une explication quant aux raisons de sa déportation. Ils ont aussi réagi à la déclaration de Ravalomanana, faite le 18 mai alors que le président revenait d’une visite d’une semaine en République Populaire de Chine, et dans laquelle il avait affirmé que les missionnaires et les hommes d’Eglise, tout comme les ambassadeurs, ne devaient pas se mêler de la politique interne du pays, sans quoi ils seraient « renvoyés chez eux. »

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×