Réligion et Croyance à Madagascar

wikipedia.jpgRobert

Zanahary, dieu lointain

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com)

Religion à Madagascar

Il y a plusieurs religions à Madagascar.

Christianisme

Environ 75 % des Malgaches sont chrétiens1, divisés presque également entre protestants et catholiques.

Les religions modernes

En ce qui concerne la religion à Madagascar, plus de la moitié des peuples sont chrétiens et se répartissent entre les deux principales religions, dont protestants et catholiques. Des offices religieux en langues étrangères sont disponibles dans la Capitale surtout pour les religions catholiques, orthodoxes et protestantes. À cet effet, les cathédrales, paroisses et églises regorgent le pays.

Eglise à Madagascar

Eglise à Madagascar

Outre le christianisme, l’islam qui présente des liens avec les migrations sur la Côte-est se présente aussi dans la majorité des parties du pays. En effet, à Antananarivo, quatre Mosquées sont construites. Rappelons que la première évangélisation de la grande Île a été effectuée par les missionnaires protestants gallois en 1820 du LMS (London Missionary Society). Ils ont commencé leur mission par la traduction de la Bible en langue malgache.

Evangélisation

La première évangélisation de l'île est due à des missionnaires protestants gallois en 1820 (date d'arrivée des missionnaires gallois David Jones et Thomas Bevan envoyés par la London Missionary Society) largement concentrés dans les provinces du nord-ouest de Mahajanga et d'Antsiranana (Diego Suarez). Ils s'attelèrent tout d'abord à traduire la Bible en langue malgache et à publier celle-ci , co-créant pour l'occasion un alphabet latin pour la langue, avec le roi Radama. Ils seront ensuite épaulés par de nombreux autres de la même mission.

La mission protestante norvégienne et la mission catholique française viendront les rejoindre à partir du milieu du XIXe siècle. Ces missionnaires entreprirent la construction d'églises et d'écoles.

Début 1835, la reine Ranavalona I a vigoureusement persécuté les premiers convertis au christianisme dans une tentative pour stopper l'influence culturelle et politique européenne sur l'île. En 1869, un successeur, la reine Ranavalona II, se convertit au christianisme et encouragea l'activité missionnaire chrétienne, brûlant les Sampy (idoles royales) dans une rupture symbolique avec les croyances traditionnelles.

Aujourd'hui, certains Malgaches pratiquent encore un syncrétisme qui consiste à combiner le christianisme avec leurs croyances religieuses traditionnelles visant à honorer les ancêtres. Ils peuvent, par exemple, inviter un ministre chrétien à consacrer une réinhumation famadihana.

Beaucoup d'Églises chrétiennes sont influentes en politique. Le meilleur exemple est le Conseil des Églises malgaches (FFKM) comprenant les quatre plus anciennes et les plus éminentes confessions chrétiennes (l'Église catholique romaine, l'Église de Jésus-Christ à Madagascar, l'Église luthérienne et l'Église anglicane). Il y a aussi environ 20 000 chrétiens orthodoxes2. L' Église orthodoxe locale dépend du Patriarcat d’Alexandrie qui a juridiction sur toute l’Afrique et Madagascar.

Religion traditionnelle

 
Ombiasa
(devin-guérisseur)

Plus de 20 % de la population du pays pratiquent encore la religion traditionnelle, qui tend à souligner les liens entre les vivants et les morts. L'au-delà n'est pas perçu comme un royaume inaccessible, il participe au monde des vivants. « Tsy maty ny maty » (« les morts ne sont pas morts ») dit un proverbe. Cette vénération des ancêtres a également conduit à la tradition de construction de tombeau et du Famadihana (retournement des morts), pratique selon laquelle un membre de la famille du défunt peut remballer le défunt dans des linceuls de soie douce connu sous le nom de Lamba avant qu’il ne soit réinhumé.

L'événement est une occasion pour célébrer la mémoire de la personne aimée, de réunion avec sa famille et sa communauté, de profiter d'une ambiance festive. Les habitants des villages environnants sont souvent invités à assister à la fête, de la nourriture et du rhum sont servis, habituellement une troupe de Hiragasy ou d'autres animations musicales sont présentes.

Islam

 
Mosquée à Fianarantsoa

L'islam a d'abord été apporté sur l'île au Moyen Âge par les Arabes et les commerçants somaliens musulmans qui ont créé plusieurs écoles islamiques le long de la côte orientale. Bien que l'astrologie islamique se soit propagée à travers l'île, la religion islamique a échoué son implantation, sauf dans une poignée de localités côtières du sud-est. Aujourd'hui, les musulmans représentent environ 1 % de la population de Madagascar3 majoritairement de population comorienne et indo-pakistanais sont largement concentrés dans les provinces du nord-ouest de Mahajanga et d'Antsiranana (Diego Suarez).

Le roi Mohamed V pendant son exil à Madagascar fit l'œuvre de quelque conversion de certains malgaches. Les musulmans sont divisés entre des ethnies malgaches, indiennes, pakistanaises et comoriennes.

Hindouisme

Plus récemment, l'hindouisme a été introduit à Madagascar à travers des personnes qui immigrèrent de la région du Saurashtra en l'Inde vers la fin du XIXe siècle. La plupart des Hindous à Madagascar parlent goudjarati ou hindi.

Religions et Croyances

Écrit par Maminie dans Voyage

Le Culte des ancêtres

"Les Malgaches croient à l'existence d'un dieu créateur, qu'ils appellent Zanahary. Mais ce dieu est lointain, alors ils s'adressent plutôt aux ancêtres qui sont de véritables médiateurs entre les hommes et le monde surnaturel.On les invoque à toutes les occasions rituelles afin qu'ils protègent leurs descendants."

"Pas de temple ni d'église, on trouve des poteaux de bois effilés près du coin "est" de la maison du chef de lignage. Les sources, les arbres, les rochers sont également des lieux de culte."

Le tamarinier est l'un des lieux de communication avec le surnaturel.

.Mad-20090722-11 51 12 (Small)

Chutes dans la montagne d'Ambre.

Il s'agit d'un lieu de pélérinage. Des cérémonies de fijoroana ( prières, offrandes ) ont lieu régulièrement sur les rives pour demander la protection ou le pardon des ancêtres.

.DSC00812 (Small)

Entrée des grottes sacrées dans l'Ankarana.

Dans ce lieu sacré des pélérinages sont également organisés. Dans deux de ces grottes reposent des rois et leurs descendants.

 

Mad-20090730-09 58 15 (Small)

Roche sacrée au sommet d'une colline dans les Hautes-Terres, au milieu des rizières, près d'Antsirabe

Mad-20090730-10 56 12 (Small)

Sous ce lieu sacré s'étend un cimetière.

 

Les croyances traditionnelles cohabitent aujourd'hui avec les grandes religions européennes, le protestantisme et le catholicisme.

Mad-20090730-07 46 35 (Small)
 

Mad-20090729-13 30 04 (Small)

 

La présence de l'islam est principalement liée aux migrations des indonésiens islamisés sur la côte Est.

Mad-20090728-09 18 37 (Small)

Mosquée à Hell-ville

 

Rites funéraires

"Les malgaches observent deux rites funéraires : le premier fait passer du monde des vivants à celui des morts, le second fait entrer le défunt dans le monde des ancêtres." Cette cérémonie est le famadihana

Image0633 (Small)

 

A Madagascar les tombeaux sont partout.
En Iméria, ils affichent leur splendeur au bord des routes, sur les collines, au milieu des villages...Dans d'autres régions, ils se cachent!

Mad-20090802-08 40 14 (Small)

Le tombeau malgache revêt toujours la forme d'une maison. Il existe un élément, porte ou semblant de toit, pour rappeler qu'il s'agit bien de la  demeure d'un ancêtre et non simplement une sépulture abritant des restes humains!

Mad-20090730-10 56 27 (Small)

"Le tombeau doit aussi reflèter les qualités sociales de la famille du défunt: garant du prestige familial, il mérite donc tous les sacrifices!

 

religion,tombeau,madagascar,circoncision,fady,famadihana,culte des ancetres,rites funeraires

religion,tombeau,madagascar,circoncision,fady,famadihana,culte des ancetres,rites funeraires

Tombeau décoré  de scènes de la vie quotidienne du défunt. Rencontré dans le sud-ouest, région de Morondava en bordure de route nationale, loin du village.

 

Mad-20090730-09 20 32 (Small)

Dans certaines régions ( mahafaly ) des poteaux sculptés " aloalo" décorent les tombeaux.

Mad-20090812-21 34 56 (Small)
 

Le Famadihana ou retournement des morts.

"Cela commence toujours par un songe: une femme a vu en rêve un ancêtre se plaigant d'avoir froid dans son tombeau et d'être délaissé.
Après avoir consulté le devin qui joue un rôle très important dans la vie malgache, les chefs de famille décident d'un jour du famadihana.Il s'agit de rappeler le défunt au bon souvenir de la collectivité, de profiter de sa présence pour lui demander conseil ou protection, puis de rendre plus confortable son retour dans l'au-delà.

Les descendants des personnes exhumées sont les acteurs centraux de la cérémonie. Ils en sont les instigateurs, espérant en retirer les bienfaits. La couleur de leur costume, prescrite par le devin-astrologue, les distingue des autres participants.

Les femmes tissent alors de nouveaux lambamana ( linceuls de soie rouge ) qui remplaceront ceux d'origine. Le jour fixé, la famille et tous les invités se retrouvent autour du tombeau. On l'ouvre, on sort l'ancêtre en lambeau et on le change comme un nouveau né.
Les nattes qui ont été en contact avec les restes mortuaires deviennent sacrées et capables de rendre une femme fertile.

Puis vient la fête avec orchestre...il faut réjouir les vivants. On partage le zébus sacrifié pour l'occasion, on danse, on boit le taoka gasy ( rhum local ), on rit...Cela peut durer plusieurs jours au terme desquels le corps retourne au tombeau.

Les familles économisent plusieurs années pour pouvoir organiser cette fête essentielle et spécifique aux Hautes-Terres. C'est aussi l'occasion de remettre les maisons à neuf!

Mad-20090730-10 54 56 (Small)

 

La circoncision

C'est un rite de passage qui permet au garçon de devenir véritablement un homme et de prendre sa place dans la société. L'âge où elle se pratique varie selon les régions.
La cérémonie a toujours lieu en saison sèche  ( hiver ) pour éviter au maximum les infections dûes aux mouches. C'est l'occasion de plusieurs jours de festivité. Elle s'accompagne de l'immolation d'un zébus.

 

Les fady ( interdits ou tabou )

L'accès des sites sacrés est souvent régi par un ensemble de fady.
Le fady peut également concerner une attitude : pointer son doigt sur quelque chose ou quelqu'un.

 

Les ody et les sampy

Les ody sont des amulettes destinées à chasser les maladies et à apporter la prospérité, à assurer des récoltes abondantes et à garantir la fécondité des femmes.

Les sampy étaient destinés au roi, pour l'aider à gouverner.

 

Le tanguin

C'est le "jugement de dieu".
Le principe : on administre à l'accusé un poison, s'il en réchappe c'est qu'il est innocent sinon....

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : vendredi, 17 Février 2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×