JUMEAUX MAUDITS

Wikipedia 2Dada 1

élever des jumeaux c'est «fady», tabou, interdit

jumeau-de-mananjary1-copie.jpg

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com)

Ces jumeaux maudits par la coutume

A Mananjary, chez les Antambahoaka, une des ethnies de Madagascar, élever des jumeaux c'est «fady», tabou, interdit. A Mananjary, ville située sur la côte est de l'île, il n’est pas rare de rencontrer des bébés abandonnés au pied des arbres ou en bordure de route. Une étude réalisée dans la zone par le Centre d’Analyse et de Prospectives sur le Développement à Madagascar (CAPDAM) renseigne que cette pratique, appelée «Fady Kamamba», fait des ravages dans cette région, rapporte l’Express de Madagascar.

L’ouvrage sur les Jumeaux de Mananjary, entre protection et abandon, réalisé par le CAPDAM à la demande du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) ouvre une fenêtre sur le vécu difficile de cette couche particulièrement fragile et vulnérable de la population. Les auteurs de l’ouvrage révèlent les difficultés auxquelles les jumeaux abandonnés font face.

«Le manque de soins, aggravé par le froid et l’état de choc, devient fatal pour ces bébés jumeaux abandonnés. Leur espérance de vie est dramatiquement faible, la plupart meurent avant la fin de leur premier semestre, les principaux fléaux qui les guettent étant la dysenterie (diarrhée), l’état avancé de malnutrition et, pour les riverains du canal des Pangalanes, la drépanocytose», indiquent-ils dans l’ouvrage.

L’abandon d’enfants jumeaux est pratique courante dans la région de Mananjary.

«Nos parents l’ont fait et nous nous soumettons à la coutume. Les jumeaux constituent un tabou ancestral», témoigne une jeune femme issue de cette localité.

Mais au lieu de les abandonner dans la nature comme cela se faisait d’antan, la jeune femme explique que les familles les amènent plutôt dans les centres d’accueil, les placent en adoption ou les confient à de proches parents. Ceux qui envisagent de garder les jumeaux sont exclus de la communauté et n’ont plus accès aux rites coutumiers et sont même interdits du tombeau ancestral, le pire des ostracismes à Madagascar.

«Chez les Antambahoaka, garder des jumeaux, c’est aller à l’encontre de la coutume, violer les traditions», indique un travailleur social de la région.

En 2007, le Comité des Nations unies sur les droits humains a exprimé son inquiétude à propos du rejet des enfants jumeaux, qu’il juge «discriminatoire». Il a demandé à l’État malgache de «prendre des mesures énergiques, adéquates et contraignantes, pour éradiquer ces pratiques et assurer la préservation des jumeaux dans leur famille, de manière à ce que tout enfant bénéficie de mesures de protection effective».

Même s’il existe un «refus de l’interdit» au sein de la communauté Antambahoaka, certains pensent que: «ces gens-là ne réussiront pas à éradiquer facilement cette coutume». Et espèrent «une prise de conscience des familles au sein même de la communauté» pour la suppression de ce tabou.  

«Ces personnes demandent la protection de l’État, non seulement en termes de soutien moral et matériel, mais particulièrement en termes de mesures sages et clairvoyantes qui leur permettront d’être Antambahoaka tout en étant délivrés de l’interdit jeté sur les jumeaux», relève une habitante de la localité.

Ignace Rakoto, co-auteur de l’ouvrage sur les Jumeaux de Mananjary, explique que l’abandon de ces enfants dans la communauté Antambahoaka relève d’un «traumatisme interne» chez ses habitants. Et de relater que plusieurs mythes sont racontés et transmis par les différents chefs traditionnels ou natifs de la région.

Lu sur L’Express de Madagascar

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×