ORGANISATION ADMINISTRATIVE

Wikipedia 2Dada 1

Les divisions territoriales,des plus grandes aux plus petites

 

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com)

    Ma          Madagascar, qui dépend en métropole du Ministère des Colonies, a  à sa tête, entre 1896 et 1960, un Gouverneur Général, appelé Haut Commissaire après la Seconde Guerre mondiale. Le titulaire de ce poste, qualifié couramment de « pro-consul » par ses opposants, dispose d’une grande marge d’action. Il organise, dirige et contrôle par décrets les différents Services administratifs. Il promulgue les lois et les règlements de la colonie. Il réside à Tananarive, ancienne capitale royale, chef lieu de la colonie, siège de l’Administration centrale et des Chefs de Services
         Le choix de l’administration directe implique en parallèle du contrôle militaire de l’île la mise en place d’un système administratif. Si les zones et les échelles de découpages changent à plusieurs reprises durant la période 1896-1960, l’organisation de base varie peu. Durant la conquête le découpage administratif de l’île se fait en cercles militaires avec à leur tête des militaires gradés. Ces cercles sont ensuite remplacés par des provinces, avec à leur tête un administrateur colonialcivil. Tous les représentants des diverses Administrations, à l’exception des magistrats, lui sont théoriquement subordonnés. Le Chef de Province a pouvoir de mutation sur tous les fonctionnaires de la colonie sur lesquels il est amené à donner son avis dans le cadre des notations administratives.
 

     A chaque république, Madagascar avait connu des divisions administratives aussi originales les unes que les autres. La première république se démarque des deux républiques qui vont lui succéder par la mise en place d'une administration déconcentrée qui essayaient de planifier de l'Etat central l'avenir de Madagascar. Cette administration est plus vouée au « culte » de l'Etat plutôt qu'à celui des administrés.

A. Une division administrative héritée de l'époque coloniale

L'administration de la première république est plus déconcentrée que décentralisée. C'est un choix et aussi un héritage :

· Un choix car au lendemain de l'indépendance, Madagascar avait très peu de cadres aptes à diriger les diverses régions de l'île. Il fallait rendre l'Etat fort pour mener à bien les actions de développement qu'il s'était fixé d'entreprendre.

· Un héritage car la division administrative existait déjà sous la période coloniale. Cette structure n'est pas nouvelle dans la mesure où elle a été héritée de la période coloniale. L'administration coloniale privilégiait un pouvoir central fort pour peser de tout son poids sur la cour des affaires de la colonie.

VUE D'ENSEMBLE

    Depuis 1960, le Territoire de Madagascar et la population qui l'habite, sont divisés en parties distinctes.

    Les divisions territoriales, des plus grandes aux plus petites, sont :

        - les six Provinces ;

        - les Préfectures ;

        - les Sous-Préfectures ;

        - les arrondissements administratifs ;

        - les Cantons ;

        - enfin les Commues

    Les Communes sont administées par un Conseil Municipal, pour les communes urbaines et un Conseil Communal, pour les Communes rurales. Les membres de ces conseils sont élus par la population et l'un des conseillers est choisi comme Maire, représentant légal de la Commune.

    Les Catons, les Arrondissements administratifs, les Sous-Préfectures et les Préfectures sont administrés par des fonctionnaires nommés par le gouvernement. Ce sont donc des divisions administratives créées pour faciliter le travail de l'Administration et lui permettre d'agir partout, même dans les plus petits villages.

    Quand aux Provinces, ce sont les circonscriptions administratives les plus vastes, dont les chefs sont désignés par le Président de la République.

 

Madagascar était divisée administrativement en six provinces (faritany), devenues ensuite pour 5 d’entre elles des provinces autonomes (faritany mizakatena). Bien que dissoutes et subdivisées en régions, elles subsistent en tant qu'entités géographiques. Elles sont nommées d’après le nom de la ville siège de la préfecture.


(carte)
Province
(nom français)
Province
(nom malgache)
Préfecture Code
ISO 3166-2
Code
FIPS 10-4
Population
(hab.)
Superficie
(km²)
1 Tananarive Antananarivo Tananarive T MA05 4 580 788 58 283
2 Diego-Suarez Antsiranana Diego-Suarez D MA01 1 188 425 43 046
3 Fianarantsoa Fianarantsoa Fianarantsoa F MA02 3 366 291 102 373
4 Majunga Mahajanga Majunga M MA03 1 733 917 150 023
5 Tamatave Toamasina Tamatave A MA04 2 593 063 71 911
6 Tuléar Toliara Tuléar U MA06 2 229 550 161 405

 

Subdivisions de Madagascar

Avant 1991

À l'époque de la deuxième république malgache (1975-1991), le pays était divisé en cinq niveaux :

  1. 6 faritany (provinces), devenues faritany mizakatena (provinces autonomes)
  2. les fivondronana (ou fivondronampokontany, anciennes préfectures et sous-préfectures)
  3. les firaisana (ou firaisampokontany, anciens cantons)
  4. les fokontany (villages, hameaux ou quartiers)
  5. les fokonolona (anciennes communautés villageoises traditionnelles)

La réforme de 1991

Aujourd'hui, il y a quatre niveaux de subdivisions :

  1. 22 faritra (régions, créées par subdivision des 6 anciennes provinces autonomes)
  2. 112 departemanta (départements ou districts, remplaçant les anciennes préfectures et sous-préfectures)
  3. 1 395 kaominina (communes, réorganisées remplaçant les anciens cantons)
  4. 17 544 fokontany (villages, hameaux ou quartiers, inchangés)

Les communautés villageoises disparaissent, de même que les six provinces sur le plan administratif (bien qu'elles restent signifiantes sur le plan géographique, en tant que simples groupes de régions).

Des provinces aux régions

Régions de Madagascar

Madagascar est divisé en 22 régions issues du découpage des 6 anciennes provinces (devenues provinces autonomes puis dissoutes) :

Les principales villes sont :

Les villes de Madagascar

- Antananarivo (Tananarive) la capitale, environ 2 millions d’habitants.
Ville des douze collines, à 1400 m d’altitude, la ville a progressivement gagné du terrain sur les plaines rizicoles qu’elle domine.
Centre politique, administratif et universitaire, elle rassemble quelques industries dans le quartier ouvrier d'Isotry. Elle abrite l’un des plus grands marchés de plein air au monde le "zoma" (marché du "vendredi").

- Toamasina, (Tamatave), environ 200 000 habitants.
Port principal de Madagascar sur la côte est (océan Indien) à 380 km de la capitale. Le climat est de type subéquatorial. L’alizé souffle presque toute l’année, il y pleut en toutes saisons et la ville est exposée aux cyclones. Reliée à la capitale par la seule voie ferrée de l'île, elle est le débouché naturel de toutes les productions du centre de l'île et le port d'approvisionnement d'Antananarivo.

- Mahajanga (Majunga), environ 160 000 habitants.
La troisième ville et le second port de Madagascar, sur la côte ouest, à 570 km de la capitale (soit une dizaine d’heures de route) voit son trafic maritime limité par l’alluvionnement de l’estuaire de la Betsiboka, un des grands fleuves de Madagascar. Fondée à la fin du 17ème siècle, la ville sakalave fut longtemps la capitale du royaume Boina.
A la fin du 18ème siècle, elle était la plaque tournante du trafic d'esclaves et le premier comptoir commercial de l'île. C'est aujourd'hui un centre régional économique, administratif et universitaire qui vit de la pêche, de l'agriculture et de quelques industries.

- Fianarantsoa, environ 150 000 habitants.
A 417 km au sud de la capitale et 1200 m d’altitude, la seconde ville des Hauts Plateaux fut bâtie en 1860. Lieu de missions évangéliques au 19ème siècle, elle rassemble un nombre impressionnant d’églises et d’établissements scolaires dans une région riche en thé, riz, vigne et cultures maraîchères.

- Antsirabe, environ 110 000 habitants.
Située à 169 km au sud d'Antananarivo et à 1520 m d'altitude, Antsirabe dont le nom signifie "là où il y a beaucoup de sel" est surnommée la "Vichy Malgache" à cause de ses sept sources minérales. Elle s'est développée à partir de 1872. Ville thermale luxueuse du temps de l'occupation française, elle a pris un essor industriel avec la brasserie "Star" qui fabrique une bière renommée (La Three Horses Beer), la Cotona une des plus grosses filature de coton et une usine de fabrication de cigarettes.

- Antsiranana (Diégo-Suarez), environ 80 000 habitants.
Troisième port de Madagascar situé à l’extrême nord de l’île sur une vaste et splendide baie de l’océan Indien (la seconde au monde par son étendue et sa beauté après la baie de Rio) il est totalement enclavé (l’accès routier n’est possible que 4 mois par an, en plusieurs jours à partir de la capitale), il est par ailleurs soumis à des vents violents dix mois de l’année sur douze. Diégo-Suarez fut de 1885 à 1973 une importante base navale militaire française. La ville vit principalement grâce à son activité portuaire : pêche et réparation de bateaux.

- Toliara (Tuléar), environ 60 000 habitants.
Egalement sur la côte ouest juste au nord du tropique du Capricorne (et à près de 1000 km de la capitale), le port de Tuléar est avant tout une cité du Grand sud, au climat sec et chaud.

Ambalavao

   28,027   Antsohihy  21,290   Mananjary  27,686
  Ambanja  30,621   Antsohimbondrona  32,080   Manjakandriana  31,840
  Ambato Boeny  22,529   Arivonimamo  21,982   Maroantsetra  23,859
  Ambatofinandrahana  25,997   Bealanana  16,948   Marolambo  26,160
  Ambatolampy  28,461   Belo sur Tsiribihina  23,900   Marovoay  31,253
  Ambatondrazaka  43,134   Beloha  23,021   Miandrivazo  20,631
  Ambilobe  56,000   Beroroha  18,632   Moramanga  29,212
  Amboasary  36,082   Betafo  29,785   Morondava  36,803
  Ambodifotatra  11,830   Betioky  31,102   Nosy Varika  37,152
  Ambositra  30,353   Fandriana  31,437   Sakaraha  21,826
  Ambovombe  66,818   Farafangana  24,764   Sambava  31,522
  Ampanihy  25,686   Faratsiho  37,563   Soanierana Ivongo  39,271
  Amparafaravola  51,519   Fenoarivo Atsinanana  21,036   Soavinandriana  40,453
  Andapa  20,798   Fenoarivo Be  19,605   Toamasina  206,373
  Andilamena  19,750   Fianarantsoa  167,227   Toliara  115,319
  Andoany  22,680   Fort Dauphin  45,141   Tsaratanana  16,761
  Andovoranto  10,429   Ifanadiana  17,543   Tsiombe  29,825
  Anjozorobe  19,027   Ihosy  16,990   Tsiroanomandidy  27,060
  Ankazoabo  25,961   Ikalamavony  15,601   Vangaindrano  23,523
  Ankazobe  15,722   Ikongo  32,374   Vavatenina  36,916
  Antalaha  34,112   Mahajanga  154,657   Vohibinany  25,311
  Antananarivo  1,391,433   Mahanoro  39,879   Vondrozo  19,949
  Antanifotsy  70,626   Manakara  35,499
  Antsiranana  82,937   Mananara Avaratra

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×