AMBATONDRAZAKA

Wikipedia 2Dada 1

fondée par Randriambololona et ses trois enfants : Raseheno, Ramiangaly, et Razaka

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com)

Ambatondrazaka est une ville de Madagascar, située dans la Province de Tamatave. Elle est le chef-lieu de la région d'Alaotra-Mangoro et du district d'Ambatondrazaka.

Géographie

Site et situation

La ville d'Ambatondrazaka se trouve dans la région du lac Alaotra, vaste plaine rizicole située au Nord Est de la capitale. De petites collines ou tanety entourent cette plaine. Des phénomènes d'érosion (dus notamment à une déforestation massive) forment des lavaka, déchirant leur flanc. Les conséquences environnementales sont nombreuses : ensablement des rizières, diminution du niveau du lac et donc des ressources halieutiques...

Morphologie urbaine

La ville d'Ambatondrazaka est schématisée géographiquement en une figure de "t" géométrique, divisée en deux zones distinctes. La première qui est située sur une hauteur constituant le pied de la ville et surtout la plus ancienne car elle renferme les premières structures d'une ville dans les années soixante, voire pendant la colonisation - en 2010, la ville avait rendu hommage aux anciens magistrats de la ville et les 50 années d'appellation "commune urbaine"- ,la seconde zone composée par les aires d'habitation récentes des années 1980-90, considérée comme une zone d'immigration des populations environnantes, montrant la tige de la lettre. En saison pluvieuse, elle subit la montée des eaux mais ne risque pas l'inondation comme celle qui avait ravagé les habitations autour du plus grand lac de Madagascar, le lac Alaotra en 1959 . source: Revue de géographie Université de Madagascar juillet 1976. Avant les années 1980, de l'ère socialiste du régime Ratsiraka, -lire Livre Rouge de Didier Ratsiraka, Ministère de l'Art de la Culture Révolutionnaire MACR- la ville avait son propre cinéma populaire -sur la place publique- pour éduquer les plus jeunes, en dehors des salles payantes, une piscine municipale fréquentée par beaucoup de gens de la ville et même des étrangers. À l'époque, nombreux furent les athlètes qui pouvaient s'entraîner dans les stades communaux mais aux normes acceptables, traduisant les meilleurs sprinters de l'époque comme les Ranjivason J.T.l'actuel ancien ministre, originaire de la région, les Lalabe célèbre goalkeeper de l'équipe nationale des années 1970, ou encore la furia des voromahery qui faisait trembler les cheminotsUASC et les collégiens du St Michel- et bien d'autres encore. Tout le monde pouvait profiter de l'ambulance de la commune urbaine pour aller vers un hôpital plus ou moins équipé. Plusieurs membres de l'élite malgache furent originaires de cette ville ou du moins y avaient vécu pour une scolarité ou autre motif, pour ne citer que le défunt chef de province de Tamatave, feu Ranohavimanana Norbert dont le lycée de ville arbore son nom.Actuellement, la situation avait changé et malheureusement la ville compte actuellement plus de bistrots, bars et épi-bars, où la jeunesse se vautrait allègrement dans l'alcoolisme et se vend dans la prostitution dans les coins et recoins de la ville. Un plan d'urbanisme est élaboré en 2010 par la commune urbaine d'Ambatondrazaka, mais son exécution dépend largement des disponibilités financières de l'administration de la ville dont le jeune maire est un avocat formé à l'université de Madagascar.(voir site de la Commune urbaine d'Ambatondrzaka.)

Fonctions

Fonctions tertiaires

A Ambatondrazaka, les fonctions de transport sont en nette diminution : la voie ferrée qui relie la ville à la capitale, Tananarive, n'est plus ouverte, les trains de marchandises ne fonctionnent plus qu'en fonction de la demande. La ville dispose d'un aéroport doté d'une piste d'atterrissage. Il n'accueille pas de vols réguliers.

Le commerce est marqué pour l'essentiel par les activités de collecte des produits de l'agriculture et de leur exportation hors de la région. Ces activités ont une extension limitée, qui est loin d'être régionale, comme on pourrait le penser. On retrouve une activité de commerce dans l'autre sens, qui achemine les produits manufacturés et autres marchandises, intrants agricoles et vétérinaires. Les institutions financières se rattachent à ces activités.

Ambatondrazaka a une fonction administrative, liée à sa fonction de chef-lieu régional. On trouve à Ambatondrazaka toutes les représentations déconcentrées des ministères. C'est la fonction principale d'Ambatondrazaka.

Les fonctions de police et de défense sont également représentées : il y a un commissariat de police, et la gendarmerie est représentée par un état-major groupement de gendarmerie, une compagnie, et un peloton mobile.

Toponymie

Du point de vue étymologique, Ambatondrazaka est composé de deux mots : "vato" qui signifie pierre en malgache, et Razaka. Ce nom fait directement référence au serment de Razaka (voir Histoire).

Histoire

Selon la tradition orale, Ambatondrazaka a été fondée par Randriambololona et ses trois enfants : Raseheno, Ramiangaly, et Razaka. Ils s’y établirent vers la fin du XVIIIe siècle. La ville doit son nom à Razaka qui, sans prospérité, a adopté les enfants de ses deux sœurs en prêtant serment devant une pierre levée (en malgache « Vato ») à Andohatanjona. Une reconstitution de cette pierre levée a été élevée sur le même endroit en 1976.

Mais Ambatondrazaka ne commence à figurer dans l’histoire que vers le début du XIXe siècle, avec la conquête du pays Sihanaka en 1823, par Radama Ier, roi d'Émyrne. La ville a été ensuite choisie pour devenir le chef-lieu de la province nouvellement créée et a été placée sous la direction d’un gouverneur, qui a établi sa résidence sur le site originel de la ville, le hameau Andohatanjona (Nord-Est de l'agglomération actuelle). Le pouvoir royal merina y a également construit un palais (Rova) (à l’emplacement de l'actuelle prison) et y a déposé un sampy (fétiche traditionnel) pour marquer son autorité. Andohatanjona devint le quartier administratif, à partir duquel la ville s'est étendue par la suite.

Les quartiers actuels d’Atsimondrova, Avaradrova-Est et Avaratra (Nord) forment le noyau urbain de la commune.

Population et démographie

Ambatondrazaka comptait 75 675 habitants en 2004, et sa croissance démographique est d'environ 3 % par an.

Évolution démographique
2000 2001 2002 2003 2004
67 307 69 189 71 855 73026 75675
Source : PCD de la CU d'Ambatondrazaka

Évêché

Liste des évêques d'Ambatondrazaka

(Dioecesis Ambatondrazakaënsis)

L'évêché d'Ambatondrazaka est créé le 21 mai 1959, par détachement des archevêchés de Diégo-Suarez et de Tananarive.

Sont évêques

 

Le diocèse est créé le 9 juin 1959. Sa partie septentrionale (Ambatondrazaka, Andilamena) faisait partie de l'archidiocèse de Diégo-Suarez et la partie australe (Moramanga, Anosibe an'Ala et Anjiro-Gare T.C.E) était rattachée à l'archidiocèse de Tananarive. Cette dernière partie est détachée du diocèse d'Ambatondrazaka et est érigée en diocèse indépendant en 2006, avec comme chef-lieu Moramanga.

Le Père Augustin Fortineau (Cssp) est le fondateur de la mission d'Alaotra. L'anticléricalisme du pouvoir colonial du début du XXe siècle rend difficile la propagation de la foi catholique. Le 25 mai 1913 marque le véritable commencement de la Mission catholique à Ambatondrazaka. En janvier 1953, les Pères Trinitaires (osst) remplacent les Pères Spiritains (cssp) et en août 1959, ils suppléent les Pères Jésuites (S.J.) et les Diocésains dans le sud du diocèse.

Lac d'Alaotra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Lac d'Alaotra
Lac Alaotra
Lac Alaotra NASA.jpg
Vu de l'espace
Emplacement Madagascar
Coordonnées ° S 48,5 ° E Coordonnées : ° S 48,5 ° E
Entrées primaires Ambato River
Sorties primaires Rivière Maningory
Pays du bassin Madagascar
 
Surface 900 km 2 (350 miles carrés)
Profondeur moyenne 0,60 m (2 pi 0 po)
Max. profondeur 1,5 m (4 pi 11 po)
Volume d'eau App. 0,945 km 3 (0,227 mi)
Élévation de surface 50 m (160 pi)

Le lac Alaotra ( français : Lac Alaotra ) est le plus grand lac de Madagascar , situé dans la province de Toamasina , dans le plateau central nord. Son bassin est composé de lacs d'eau douce peu profonde et de marais entourés par des zones de végétation dense. [1] Il forme le centre de la région rizicole la plus importante de l'île. Il est un habitat riche pour la faune, y compris certaines espèces rares et menacées, ainsi que d'un lieu de pêche important. Le lac Alaotra et ses zones humides environnantes couvrent une superficie de 7 223 kilomètres carrés (2 791 miles carrés), et comprennent une gamme d'habitats, notamment l'eau libre, les roselières, les marais et les rizières. Le lac lui-même couvre 900 km 2 (350 miles carrés). Le lac Alaotra a été déclaré zone humide d'importance internationale par la Convention internationale de Ramsar le 2 février 2003.

Le tilapia à longues graines ( Oreochromis macrochir ) a été introduit dans le lac Alaotra depuis le continent en 1954 et proliféré rapidement. En 1957, elle fournissait 46% de la capture, peut-être parce qu'elle se déplaçait vers une niche écologique vide comme espèce phytophage . [2]

La plaine fertile qui entoure le lac d'Alaotra est la région rizicole la plus importante de Madagascar. Les collines entourant le lac étaient anciennement boisés, mais ont été en grande partie défrichées pour les terres agricoles au cours des dernières décennies. Une forte érosion sur ces pentes vulnérables a provoqué une importante sédimentation du lac qui disparaît rapidement; Le lac n'a plus que 60 cm (24 po) de profondeur pendant la saison sèche. La pression pour créer plus de rizières a également conduit les habitants à brûler les roseaux entourant le lac. Ces roseaux constituent le seul habitat du lémur endémique Alaotra doux ( Hapalemur griseus alaotrensis ). Le lémur doux d'Alaotra est maintenant limité à seulement 220 km 2 de reedbeds restants et au cours des dernières années, sa population a rapidement diminué de 60%, passant d'environ 7 500 individus en 1994 à 3 000 en 2001, principalement de la perte d'habitat, Mais aussi de la chasse par les villageois locaux.

Le lac est également un habitat important mais de plus en plus menacé pour les oiseaux d' eau , y compris le canard en voie de disparition de Meller ( Anas melleri ). Deux espèces d 'oiseaux d' eau étaient endémiques au nord de Madagascar, le pochard de Madagascar ( Aythya innotata ) et l ' Alaotra grebe ( Tachybaptus rufolavatus ). Le pochard de Madagascar est maintenant gravement menacé d'extinction et ne se trouve plus sur le lac, même si de très petits nombres existent ailleurs. Le grebe Alaotra a été déclaré éteint en 2010. Auparavant, le lac Alaotra était l'endroit où le plus grand nombre a vécu, le grèbe à proximité de vol peut-être n'a jamais eu lieu ailleurs que dans la zone immédiate du lac. [3]

La rivière Ambato fournit le lac avec de l'eau et draine également. Après 381 km, la rivière s'écoule dans l' océan Indien

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : vendredi, 03 Mars 2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×