Betty

wikipedia.jpgdada.jpg               fille du roi Betsimisaraka Ratsimilaotra

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com & tany_masina@yahoo.fr)


La Reine Betia, Première souveraine de Sainte-Marie

Nosy Boraha fut aussi Nosy Hibrahim (Abraham?) et les légendes orales malgaches font référence à une fille de Mahomet, ainsi qu'avec l'épisode de l'éxode des juifs hors d'Egypte...

Le “reine Bétis” (Marie Elisabeth Sobobic Bétia ou Bety), petite-fille du pirate Tom Tew, était la reine de l’île Sainte-Marie et de Foulpointe à Madagascar, dont elle négocia le protectorat — ou la cession au bénéfice de la Compagnie des Indes (1750) pour s’installer à l’Ile de France. D’après Le Gentil de la Galaisien, elle était “sans contredire l’une des plus belle femmes qu’on pût voir. Cette fille policie (…) comme aurait été une Française joignait à une très grande beauté les qualités d’un cœur excellent”. Parmi les multiples épisodes de la carrière de ce romanesque personnage figure son expédition de 1756, en compagnie d’un certain Louis Filet dit La Bigorne, afin de venir à bout de la rébellion de son demi-frère Zanahary (Jean Hart) contre le protectorat français sur le royaume de Foulepointe. Après de nombreuses missions de négociation à Sainte-Marie et à Foulepointe (dont une en 1762 en Compagnie de Le Gentil de la Galaisière), Bétis s’installe définitivement à l’île de France où elle reçoit le baptême (1775) et des lettres de naturalité (1780). Elle mourra dans son habitation de Vacoas en 1805, jouissant de la considération des autorités de l’île malgré une vie sentimentale pour le moins agitée.

Betty

Enfin, voici une autre version. A la fin du XVIIe siècle, la population troquait esclaves, zébus et riz contre des fusils et autres produits manufacturés auprès des nombreux pirates et négriers européens de la côte Est. Ramanano, prince de Vatomandry, décidé à contrôler les meilleurs ports de la façade orientale, parvient à asservir ses voisins septentrionaux, mais suscite la révolte des "zana-malata" (mulâtres descendants de pirates). Ratsimilaho, fils du pirate anglais Thomas White et de la princesse Rahena, le chasse et se fait proclamer "Roi des Betsimisaraka". Il prend le nom de Ramaromanompo, ("celui qui a plusieurs vassaux"). Signalons qi'il ne faut pas confondre avec un autre Ramaromanompo, fils d'Andrianamboatsimarofy, roi d'Antananarivo. Son royaume s'étend de Mananjary à la presqu'île de Masoala, mais il s'effritera bien vite après sa mort. Sa fille Betty hérita de l'île Sainte Marie. Celle-ci partagea les mêmes sentiments de sympathie envers les Français que son père, et sous l'influence du caporal Jean Onésime Filet, dit La Bigorne, agent de la Compagnie des Indes, l'île fût cédée au roi de France. La cession reçut l'aval de tous les chefs traditionnels, et l'acte fut signé le 30 juillet 1750, par Gosse, Adam De Villiers et les officiers du navire "Mars". Plus tard, La Bigorne épousa Betty. Héritière directe du roi Ratsimilaho, Betty, en épousant La Bigorne, en fit donc un prince consort.
En 1753, après plusieurs tentatives de complots à son encontre, la veuve de Ratsimilaho, Rahena appelée aussi "Mamadion", et deux princes de Sainte- Marie, Siba et Tsifanda, fomentent un soulèvement qui débouche sur le massacre de la communauté Française. Betty, ayant été écartée de cette action, réussit tout de même à sauver quelques Français. La même année, un navire est envoyé de l'Ile de France pour reprendre possession de Sainte Marie, et punir les auteurs de la révolte. Des fortifications sont alors bâties sur les hauteurs d'Ambodifototra afin d'en assurer la défense. Peu de temps après, Betty s'en alla finir ses jours à l'Ile de France (Ile Maurice).
Voici, enfin des noms de souverains et des dates trouvés dans des archives britanniques. 1712-1750 : Ramaromanompo (Ratsimilaho), 1750-1754 : Reine Betty, 1750-1767 : Zanahary (Jean Onésime Filet) qui fut assassiné par ses sujets, 1767-1791 : Iavy, 1791-1803 : Zakavola, 1803-février 1811 : Anarchy, février 1811-1826 : Jean René. Là s'arrêtent nos informations, à propos de la royauté Betsimisaraka. Nous ne nous prétendons pas historien. Le but de cette série est de démontrer qu'il y eut des royautés autres que Merina, à Madagascar.

Nous voici enfin au chapitre de la Reine Betia ! Ce qui va rassurer les lecteurs qui commençaient à s’interroger avec inquiétude. Comment en effet évoquer l’histoire de l’île Sainte-Marie sans parler de la Reine Beti, fille du grand Ratsimilaho qui régna à Toamasina sous le nom de Ramaromanompo. A sa mort en 1751, son fils Zanahary et sa fille Betia (ou Betty) se disputèrent le royaume et l’héritage. Si le premier jeta son dévolu sur Foulpointe, la seconde préféra quitter la grande terre pour s’établir à l’île Sainte-Marie. Une légende tenace mais fausse prétend que la jolie reine offrit l’île en dot à la France lorsqu’elle épousa le caporal Bigorne écrit Philippe Oberlé. Qu’en fut-il en réalité ? Nous le saurons prochainement…

Ratsimilaho (ou Ratsimilaotra), créa un royaume étendu des environs de Tamatave à Mananara. A sa mort, son royaume fut partagé entre ses enfants et sa fille Betty devint la reine de Sainte Marie. Elle vécut avec le Caporal La Bigorne et céda Sainte Marie au Roi de France par le traité du 30 juillet 1750. Un administrateur Français, Gosse, est nommé. Il adopte un tel comportement que la population Saint Marienne se révolte contre lui. Il est assassiné en 1754, ainsi que beaucoup de ses compatriotes. Après les représailles françaises, la Reine Betty est exilée à l'Ile Maurice (Ile de France à l'époque) où elle finira ses jours.En 1818, Sylvain Roux s'implante à Sainte Marie pour la Compagnie des Indes Orientales où il prépare l'expansion coloniale. Il mourra de la malaria et sera enterré sur l'île en 1823. Lui succéderont Albrand, puis Blévec. Par la suite, l'île sera rattachée successivement à la Réunion (Ile Bourbon) puis à Diégo Suarez, enfin à Madagascar. A l'indépendance de Madagascar en 1960, beaucoup de Saint Mariens voulurent rester français. Le pacte de donation de l'île Sainte Marie à la France en 1750 leur valut le droit de posséder, depuis 1950, la double nationalité malgache et française. Cette disposition n'existe plus depuis 1993.

La Betty était la fille de Ratsimilaho, roi Betsimisaraka dont le royaume s’étendait sur la côte Est entre la Baie d’Antogil au Nord et Brickaville au Sud incluant Fénérive, Foulpointe et l’Ile Sainte-Marie. Les premiers arrivants Malgaches à Maurice, il y a plus de deux siècles, sont issus de ces contrées.

A la mort de son père vers mai-juillet 1750, Betia devint Reine du royaume Betsimisaraka et poursuit alors les négociations entamées par son père pour la cession de l’Ile Sainte Marie à la compagnie des Indes. »

Suite aux dissensions avec son frère, elle s’embarqua sur le navire « Les Treize Cantons » en 1751 pour l’île de France avec sa mère. Betia fut baptisée par le père Delfolie le 1er Février 1775 à&nbsp la Cathédrale Saint-Louis.

De 1763 à 1792, elle vécut tantôt à Port-Louis dans sa maison du quartier du Rempart au faubourg de l’Ouest, tantôt à sa résidence à Vacoas. Elle mourut à Holyrood, Vacoas le 14 Octobre 1805.

Les reecherches du Chargé d’affaires lui a permis de connaître des détails sur les origines de la Reine Betty. « Métissée, de par son grand-père un pirate dénommé Tom Tew, d’aucuns s’accordaient que Betia était une femme de très grande beauté avec un cœur excellent » , déclare-t-il dans son exposé.

La Reine Betty vécut entourée de la considération des hauts fonctionnaires et évoluait parmi la grande bourgeoisie de l’époque.

La messe du vendredi 15 octobre a été célébrée par le Père Tiziano, un prêtre Malgache en poste à Maurice
L’Ambassade de Madagascar projette d’organiser, conjointement avec le Ministère des Arts et de la Culture un colloque sur le vécu de la Reine Betty à Maurice. La collaboration des historiens mauriciens, malgaches et réunionnais sera recherchée.

La légende

Au début du XVIIIe siècle, la côte nord-est de Madagascar ainsi que l'île Sainte Marie étaient fréquentées par de fameux corsaires (aussi appelés forbans). Ceux-ci entretenaient de bonnes relations avec la population, bénéficiant ainsi d'un "havre de paix" dans l'Océan Indien. Nombreux sont ceux qui s'installèrent et firent "souche" à Sainte Marie. Leurs descendants étaient surnommés "malates" (par déformation du mot mulâtre). L'un d'entre eux, un certain Ratsimiloatra (fils d'un pirate anglais et de la fille d'un chef de Sainte Marie) réussit à s'imposer et à créer un véritable royaume s'étendant de Foulpointe à la baie d'Antongil. Il régna ainsi durant trente années sur le pays Betsimisaraka. A sa mort, en 1750, sa fille Betty hérita de l'île Sainte Marie. Celle-ci partagea les mêmes sentiments de sympathie envers les Français que son père et sous l'influence du caporal "La Bigorne", l'île fût cédée au roi de France ( 1 ). La cession reçut l'aval de tous les chefs traditionnels et l'acte fût signé le 30 juillet 1750, par Gosse, Adam De Villiers et les officiers du navire Mars. "La Bigorne", initiateur du rattachement de l'île Sainte Marie à la France, mérite que l'on s'attarde à son histoire peu commune. Jean Onésine Filet dit "La Bigorne", Gascon d'origine, s'engage à bord d'un navire de la Compagnie des Indes qui commerce entre Madras et Pondichéry. Blessé lors d'une bataille contre les Anglais, il doit regagner l'Ile Bourbon avec ses galons de caporal fraîchement acquis. Enfin guéri, une liaison galante avec la femme d'un officier l'oblige à prendre la poudre d'escampette à bord d'une frêle embarcation que les vents et les courants pousseront jusqu'à l'île Sainte Marie. Après avoir passé plusieurs jours sans vivre ni eau, il est recueilli et soigné par des jeunes femmes de l'île. Parmi celles-ci, Betty, qui n'est autre que la fille du roi Betsimisaraka Ratsimilaotra. "La Bigorne" épouse Betty peu de temps après. A la mort du roi, Betty hérite de l'île Sainte Marie et "La Bigorne" se retrouve de ce fait, prince consort.

Après le traité de rattachement à la France, Gosse, devenu administrateur de l'île, se met à dos l'ensemble de la population par ses mauvais agissements. En 1753, après plusieurs tentatives de complots à son encontre, la veuve de Ratsimilaotra "Mamadion" fomente un soulèvement qui débouche sur le massacre de la communauté française. Betty, ayant été écartée de cette action, réussit tout de même à sauver quelques Français. La même année, un navire est envoyé de l'Ile de France pour reprendre possession de Sainte Marie et punir les auteurs de la révolte. Des fortifications sont alors bâties sur les hauteurs d'Ambodifototra afin d'en assurer la défense. Peu de temps après, la belle Betty s'en alla finir ses jours à l'Ile de France (Ile Maurice).

Dès 1761, le comptoir de Foulpointe est préféré au site de Sainte Marie car la place fournit de nombreux zébus utiles à l'île Bourbon et à l'île de France. En 1804, Sylvain Roux est nommé agent à Madagascar par le général Decaen, alors gouverneur de l'île de France. En 1811, après l'annexion de l'île de France par les Anglais, ceux-ci s'emparent de Tamatave et de la plupart des comptoirs de la côte est de Madagascar. Sylvain Roux est contraint de capituler. Mais l'occupation anglaise sera de courte durée car le traité de Paris, signé en 1814, impose à l' Angleterre de restituer Madagascar à la France. Le 15 octobre 1818, le baron de Maikan, capitaine de frégate, reprend possession de Sainte Marie. En 1821, l'agent Sylvain Roux s'installe sur l'îlot Madame aussi nommé "Lonky". Il meurt en 1823 et est remplacé provisoirement au poste de commandant de l'île par Albrand, avant la venue de Blévec. Puis se succédèrent à ce poste, Schoell, Gailly et Carayon. En 1830, la France conserve ses droits sur l'île bien que l'Angleterre lui ai demandé d'évacuer la baie de Tintingue. L'île Sainte Marie sera rattachée le 27 octobre 1876 à l'îIe Bourbon, puis le 4 mai 1888 à Diégo-Suarez, et enfin à Madagascar le 28 janvier 1896.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : lundi, 18 Novembre 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×