Royaume Bezanozano

                les nombreux qui ont de petites tresses

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com & tany_masina@yahoo.fr)

Le nom Bezanozano qui signifie Les nombreux qui ont de petites tresses provient de leurs coiffures originales et désignait de petites brindilles.

Le pays bezanozano est très cloisoné. Il s'étend des sources du Mangoro et se limite au sud par la confluence de ce fleuve avec l'Onive. Il est encadré à l'est et à l'ouest par les sommets de l'Angavo et du Fody. Les Bezanozano forment un groupe humains homogènes qui serait issu du melange entre des élément merina et betsimisaraka. Au XVIIe siècle, ils ont repoussé leur frontière occidentale en direction de l'Imerina et sont venus s'installer sur les crêtes de l'Ankay où ils ont fondé le village d'Ambatomanga. Ils vont opposer une résistance opiniâtre à l'expansion merina, et Andrianampoinimerina devra lancer plusieurs expéditions pour s'emparer d'Ambatomanga.

Le nom de bezanozano vient de la coiffure originale des hommes de cette tribu.. Ils portent leur cheuveux arrangés en une infinité de petites tresses qui ressemblent aux petites feuilles qui pendent des branches, les zanozano. A cette comparaison vient s'ajouter la référence à un événement historique qui se rapporte également à leur coiffure. En effet, à la mort d'Andrianampoinimerina, les Bezanozano refusèrent de se couper les cheuveux comme le voulait la coutume du royaume hova, en signe de deuil et de soumission.

Physiquement, le Bezanozano est décrit comme étant de teint généralement foncé et de constitution très robuste. Sa stature est élancée, ses janmbes fines et musclées le prédisposent à la marche et à la course.

Son portrait moral fait de lui un être simple et timide, de moeurs douces et hospitalières.

Comme les Sihanaka, ce sont des agriculteurs et des éléveurs, ils possèdent d'ailleurs d'immenses troupeaux qu'ils utisent pour piétiner les rizières avant d'y sémer le riz. Leur robustesse et leur agilité ont fait d'eux des porteurs renomés, durs à la peine. Ce sont eux qui assurent le portage des marchandises entre la côte est et Tananarive.

Leur royaume s’étendait, avant la domination Merina du roi Andrianampoinimerina jusqu’au village d’Ambatomanga. Aujourd’hui, la population Bezanozano vit dans la vallée du fleuve Mangoro, la région de l’Ankay et à proximité de la ville de Moramanga. Tout comme les autres habitants des hautes terres, ils vivaient dans des villages fortifiés, situés au sommet des plus hautes collines.
Autrefois, les Bezanozano étaient spécialisés dans le transport de marchandises, à dos d’hommes entre la capitale et la côte Est de Madagascar.

Les Bezanozano forment une ethnie de Madagascar, habitant une bande de terre forestière située entre la partie orientale du pays merina et la région côtière occupée par les Betsimisarakas du sud, le long du haut Mangoro. La principale localité du pays bezanozano est la ville de Moramanga dont cependant la majeure partie des habitants actuels sont originaires d'autres régions de l'île, notamment de l'Imerina.

Le royaume Bezanozano

Les traditions bezanozanos ont conservé le souvenir d'un roi nommé Andriamalazabe qui aurait régné dans la seconde moitié du XVIIe siècle et dont le fils et successeur était Ranantoana. Dès la fin du XVIIIe siècle, le pays bezanozano est obligé de reconnaître la suzeraineté du roi merina Andrianampoinimerina. Cette dépendance ne cessa ensuite de s'accentuer jusqu'à la fin de la monarchie merina. De nos jours, les Bezanozano sont environ au nombre de 150 000 personnes.

D'Andrianjomoina à Rainimandrindra ou la résitance des Bezanozano

On ne parle pas beaucoup des Bezanozano, ce peuple dont le royaume s’intercale entre l’Imerina et le pays Betsimisaraka. Contemporain d’Andrianampoinimerina, dont il reconnut la suzeraineté, Andrianjomoina tenta de se libérer de cette soumission à la mort du grand monarque d’Antananarivo. Mais Radama Ier a rétabli son autorité dans la région. Des Bezanozano se soulevèrent aussi contre l’occupation Française, avec à leur tête Rainimandrindra et n’hésitèrent pas à engager des escarmouches très risquées contre les convois et postes militaires. Une vieille tradition rapportée par Ndemahasoa rapporte que les chefs Bezanozano, appelés Masa, préférèrent s’enterrer vivants plutôt que de se rendre.

La colonisation merina fut pour les Bezanozano une période de déclin : ils perdirent à la fois leur puissance et leur prestige et nombre d'éléments extérieurs virent coloniser un espace qu'ils imaginaient légitimement acquis.

Le royaume Bezanozano

Le royaume Bezanozano

Le royaume Bezanozano

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×