Royaume de l'Emyrne

wikipedia.jpgdada.jpg

Aristocratie Merina

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com & tany_masina@yahoo.fr)

L ' HISTOIRE DE L'ARISTOCRATIE MERINA

L’Origine de la Royauté Merina
Les Merina “Ceux du pays élevé” habitent les Hautes Terres Malgaches.
Les Merina ont été un des premiers groupe social malgache à s'organiser en clans, en royaume puis en état.

Les Merina occupent la région d’Antananarivo globalement délimité au Nord par les villages de Merimandroso et de Mahitsy, à l’Est par le massif de l’Angavokely, au Sud par la région du Vakinankaratra et à l’Ouest par le massif du Bongolava. Cette délimitation a néanmoins évolué avec le temps et avec l’expansion du royaume de l’Imerina. Les Merina sont aussi appelés “Ambaniandro” (ceux qui vivent sous le soleil) , appelée Imerina. On pense qu’ils ont gagné les Hautes Terres après leur arrivée à Madagascar vers le Xe siècle en provenance d’Indonésie ou de Malaisie. Ils s’installèrent tout d’abord par petits groupes à proximité des vallées de l’Ikopa et de la Sisaony, dans des villages fortifiés. Selon la tradition, le berceau du peuple Merina se situerait autour des localités d’Ampandrana et d’Imerimanjaka où vécut la Reine Rangita. Ce n’est que plus tard, sous le règne d’Andrianjaka, qu’Antananarivo devint capitale du royaume. Le nom d’Imerina fut prononcé la première fois vers la fin du XVIe siècle par le roi Ralambo (1575-1610), qui baptisa son royaume “Imerina Ambaniandro” (le pays élevé sous le soleil).

L‘organisation sociale de ces Peuplades des Hauts Plateaux de Madagascar est marquée par une hiérarchisation perceptible encore de nos jours. La société Merina est constituée de quatre groupes sociaux :

  1. les Andriana (nobles)
  2. les Hovas (hommes libres)
  3. les Mainty (les noirs) les Andevo (esclaves)
  4. et les Hovavao.

Les Andriana sont soit les descendants des anciens seigneurs, princes ou souverains de l ‘Imerina, soit la descendance des guerriers " anoblis " par le souverain.
Les Hovas sont issus des familles qui ont accompagné les Andriana à leur arrivée sur les hauts plateaux.
Les Mainty sont les descendants des Vazimba ou premiers habitants des hauts plateaux.
Enfin les Hovavao forment un groupe plus disparate : Ils regroupent les descendants d'esclaves qui pouvaient être des Andriana, Hovas ou Mainty réduits en esclavage pour dettes ou faute, des prisonniers de guerre des autres régions de Madagascar, voire des descendants d'africains emmenés de force à Madagascar.

L‘Origine de la Hiérarchie des Groupes :

Les plus proches ancêtres des Andriana et des Hovas seraient arrivés au-delà des mers. Ils auraient quitté l'archipel Indonésien au moment où ces îles ont été islamisées. Traversant le grand Océan Indien, ils ont atteint la Côte Est de Madagascar. Pourchassés par les habitants des côtes parce que considérés comme des intrus, ils se sont enfuis vers l'intérieur des terres
Par petits groupes ayant à leur tête un Andriana ou chef entouré de sa famille et de ses fidèles. Cela se serait passé vers les années 1350.

Arrivés sur les hauts plateaux, les Andriana se seraient alliés avec les chefs de famille Vazimba en prenant pour épouse leurs filles. Il est à noter que les Vazimbas étaient aussi de lointaine origine indonésienne mais arrivés à Madagascar quelques siècles plus tôt en passant par la côte africaine où ils s étaient métissés avec les autochtones africains.
Les Andriana sont donc issus d'une part des chefs indonésiens arrivés par l'Est et des Vazimbas ou premiers habitants de l'île. Peu à peu, plusieurs petites fiefs se sont constituées sur les hauts plateaux avec à leur tête un Andriana ou seigneur, entourés de fidèles Hova et Mainty.

Les Premiers Royaumes :

Vers 1500, deux femmes Andriana : Rafohy et sa fille Rangita ont réussi à constituer un petit royaume autour d' Imerimanjaka. Conscientes qu'il fallait s'organiser pour assurer la survie de leur royaume, elles ont édicté les premières règles de succession pour ne pas que leur descendance se dispute le pouvoir. Elles désignèrent ainsi leur fils aîné Andriamanelo pour leur succéder en indiquant que ce serait son jeune frère Andriamananitany qui ensuite lui succéderait à son tour.

Cependant contre toute attente, Andriamanelo ayant déjà un fils nommé Ralambo, il fit assassiner Andriamananitany pour qu'il n' y ait plus qu'un seul chef.

Andriamanelo régnât à Alasora. Son fils Ralambo régnât à Ambohitrabiby. A son tour Ralambo décidât d'organiser sa succession. C'est à lui que l'on doit la constitution du premier ordre de préséance chez les Andriana et la fondation du royaume de l' Imerina.

Il désignât d'abord son propre successeur, Andrianjaka, nouveau roi du royaume de l'Imerina. Il instituât ensuite les rangs entre les membres de sa famille. Il plaçât en premier son fils aîné Andriantompokoindrindra, seigneur d'Ambohimalaza. Le deuxième fut Andrianamboninolona seigneur d'Ambohitromby , son cousin germain et beau-père, fils d'Andriamananitany. En troisième arrive Andriandranando d'Ambohibe, époux d'une fille de Rangita et fidèle chef de guerre qui a aidé Ralambo à agrandir le royaume. Enfin il plaçât en dernier tous ses autres fils.

L'ordre Andriana (de Ralambo)est ainsi constitué comme suit. Nous avons:

  1. Andriantompokoindrindra et ses descendants dits Zanatompo
  2. Andrianamboninolona et ses descendants dits Zanakambony
  3. Andriandranando et ses descendants dits Zafindranando
  4. Les autres enfants de Ralambo ou ZanadRalambo.

Au-dessus d'eux, il y eut donc Andrianjaka le souverain ou Mpanjaka. C'était cela la famille de Ralambo

Mais il existait encore d'autres familles Andriana dans la région de Tananarive qui peu à peu ont fait leur soumission à Andrianjaka et les souverains suivants. Andrianjaka décidât lui aussi de se désigner un successeur.

Pour ne pas affaiblir son royaume qui grandissait de jour en jour, il prit soin d'intégrer ses propres enfants non régnants dans le groupe des ZanadRalambo lequel s'appela désormais Zanadralambo-amin-Andrianjaka.

De même les Andriana des autres villages ont été intégrés dans ce groupe au fur et à mesure de leur soumission.

Nous sommes dans les années 1600 ; trois générations plus tard vers 1675 alors que le royaume de l‘ Imerina s' était considérablement agrandi, le nouveau roi appelé Andriamasinavalona modifia l'ordre de préséance des Andriana.

Le Nouvel Ordre d' Andriamasinavalona:

Les Andriana étant devenus forts , plus nombreux ; aussi ils voulurent que leur propre descendance soit privilégiée. Ils créèrent ainsi deux nouveaux rangs :

Les Zazamarolahy ou descendance de quatre de ses fils qui ont régné après lui.

Les Andriamasinavalona quant à eux regroupent la descendance de ses quatre fils qui n'ont pas régné ainsi que les enfants de ses frères et sœurs . 

Ainsi nous avons le nouvel ordre de préséance suivant :

  1. Les Zazamarolahy
  2. Les Andriamasinavalona
  3. Les Andriantompokoindrindra
  4. Les Andrianamboninolona
  5. Les Andriandranando
  6. Les Zanadralamboaminandrianjaka

Progressivement les quatre derniers groupes Andriana, devenus lointains parents du roi ont été regroupés sous le vocable de Havanandriana. Pour régner, les rois ont décidé de compter sur le soutien des Hovas, Mainty et Andevo et non plus de leur famille Andriana qui, avide de pouvoir ne cessait de se quereller entre eux comme des seigneurs de la guerre. La faiblesse d' Andriamasinavalona qui partageât son royaume entre ses enfants nuisit à la progression de l‘Imerina.

Pendant près de 100 ans, ce ne fut que des luttes fratricides entre Andriana qui devinrent réellement divisés.

La Nouvelle Organisation d' Andrianampoinimerina:

Trois générations plus tard, Andrianampoinimerina, seigneur du royaume d' Ambohimanga, prince ambitieux se fixât comme objectif de reformer, reconquérir le grand royaume de l' Imerina qui s'était morcelé entre des centaines de fiefs. Grâce à l'appui des Hova et des Mainty, il réussit à reconstituer le royaume. Il fit exiler, assigner à résidence ou mettre à mort les parents Andriana qui lui résistaient.

Andrianampoinimerina s'associât à des familles régnantes d'autres régions des hauts plateaux Il récompensât ses meilleurs soldats en les " anoblissant " etc. Très autoritaire mais grand stratège, Andrianampoinimerina réussit à réunifier le royaume de l' Imerina que lui avait légué ses ancêtres Rafohy, Andriamanelo, Ralambo, Andrianjaka, Andriamasinavalona.

C'est Andrianampoinimerina qui fixât donc le dernier ordre Andriana de l' Imerina comme suit jusqu'à la colonisation française:

  1. Les Zanakandriana ou andriana ayant droit de régner(famille de Ranavalona)
  2. Les Zazamarolahy auquel il intégrât les descendants des princes de l'Imamo, région voisine de l' Imerina.
  3. Les Andriamasinavalona auquels s'ajoutent les princes du Vonizongo,Royaume ayant fait sa soumission.
  4. Les Andriantompokoindrindra regroupés sur Ambohimalaza
  5. Les Andrianamboninolona à Ambohitromby
  6. Les Andriandranando à Ambohibe
  7. Les Zanadralamboaminandrianjaka
  8. Les Ambodifahitra, descendant d'un guerrier célèbre de Andrianampoinimerina
  9. Les Ambohimanambola, gardiens des idoles amulettes d'Andrianampoinimerina.

Voilà tout au long de ses lignes un petit aperçu de l'histoire des Andriana. Elle semble compliquée mais elle est fort simple. La plupart des Andriana sont descendants de Rafohy et Rangita.

Ils ont une ascendance indonésienne mais aussi africaine. A chaque nouveau règne, certains rois voulurent privilégier leur descendance (Ralambo, Andriamasinavalona, Andrianampoinimerina).

Les Reines et les Rois du 19ème siècle sont les héritiers de cette longue lignée. Ils ont les mêmes grands ancêtres que le plus humble des Andriana. A force de se quereller, de se jalouser, ils ont perdu de leur autorité, ce qui a profité au groupe social des Hovas. Il n'y a jamais eu d' Andriana ambony ou ambany.

Par exemple, il existait sous le règne d' Andrianampoinimerina des Andriamasinavalona très pauvres, miséreux alors que des Zanadralamboaminandrianjaka pouvaient être riches. Ne dit on pas que l' oncle de Ranavalona III n'était qu'un simple boucher avant l'accession au trône de sa nièce.

Par contre cela est vrai qu'au fur du temps les Andriantompokoindrindra, les Andrianamboninolona, les Andriandranando ont été écartés du pouvoir royal. Isolés, ils ont toujours voulu maintenir leur statut de Havanandriana ou parents des rois. Aujourd'hui ce sont les plus actifs dans les associations d'Andriana.

Il est vrai qu'en regardant de près la société malgache, parler d' Andriana, c'est un peu remuer le passé, les clivages sociaux. Mais somme toute, aujourd'hui, dans notre société, ce qui compte vraiment, c'est ce que vous faîtes et non qui vous êtes.

ROYAUME MERINA

Le Royaume de Madagascar est le nom officiel porté par le Royaume merina, un royaume du centre de Madagascar, du 27 octobre 1817 jusqu'au 1er mars 1897 date de son abolition par la volonté du général Galliéni dans l'île alors récemment colonisée. Un protectorat français fut mis en place dès 1882. Durant ces 80 ans, les souverains merina se désignaient eux-mêmes Mpanjakan'i Madagasikara, « souverain de Madagascar ». Le premier pays occidental à leur reconnaître ce titre fut le Royaume-Uni qui sera suivi plus tardivement par d'autres dont la France, l'Allemagne et les États-Unis. À l'intérieur même de Madagascar, tous les princes demeurés à la tête de chaque peuple leur reconnaissaient un lien de suzeraineté, à l'exception de ceux résidant des quelques régions encore insoumises : le pays Tanala d'Ikongo dans le Sud-Est, l'extrême Sud semi-désertique et enfin l'Ambongo, une zone également très peu habitée du Nord-Ouest de l'île.

Histoire

Le Royaume merina, royaume d'Émyrne ou royaume d'Ancove était un royaume du centre de Madagascar apparu sous le règne de Ralambo dans la seconde moitié du XVIe siècle, dans la partie nord-est de l'actuel pays merina ou Imerina. Les premiers souverains de la région mentionnés par la tradition, avec en tête Andrianerinerina semblent cependant avoir régné aux environs du XIIe siècle.

Vers la même époque, la partie occidentale du pays merina, connue sous le nom de Imamo était également organisée en royaume, apparemment plus important encore. Après bien des péripéties, le royaume d'Émyrne fut définitivement unifié par Andrianampoinimerina au début du XIXe siècle. Il l'organisa en unités sociopolitiques appelées fokonolona (communautés villageoises). Au « noyau » du Nord-Est fut alors adjoint ce qui restait de l'Imamo et les territoires méridionaux qui allaient devenir le Vakinankaratra.

Le 27 octobre 1817, le royaume merina devient officiellement le Royaume de Madagascar.

Le Royaume de Madagascar fut aboli par la République française après l'invasion coloniale de 1895, et Madagascar devint une colonie sous l'autorité du gouverneur Galliéni.

La mérinisation

  • C'est que, à partir du IX-Xe siècle, après avoir exercé une domination sans partage sur les océans depuis plusieurs millénaires, les nusantariens durent enfin subir la concurrence de la nouvelle puissance maritime de leurs voisins continentaux, en l'occurrence les Chinois et les Indiens. A ceux-ci s'ajoute dans la partie occidentale de l'Océan Indien la pression des Arabo-musulmans qui, après avoir pris le contrôle des côtes africaines commencèrent à se déferler sur le nord et, ensuite, l'est de Madagascar.
  • Ainsi bousculés sans pouvoir compter sur le renfort de leurs cousins d'Asie, les ancêtres des Merina n'eurent d'autres choix que d'entamer une émigration en masse vers l'intérieur des terres. D'après nombre de traditions, l'une des raisons de leur départ était justement le refus de se mélanger avec leurs nouveaux voisins ; en somme, de s'africaniser. Ils y rejoignirent d'autres pionniers de leurs race qui, du fait de leur isolement, paraissent avoir beaucoup régressé sur le plan culturel, d'où l'appellation dépréciative de vazimba ou "inférieurs" qui leur furent ensuite appliquée. Encore que certains indices permettent aussi de penser que ce processus de "mérinisation" se poursuivit en fait durant plusieurs générations pour ne s'achever vraiment qu'à l'aube du XVe siècle.

L ' Histoire de l 'Aristocratie Merina !

 Les malayo-indonésiens de Madagascar   

Merina femmeMerina homme

  • Le premier signe distinctif des Merina est leur aspect physique qui se doit de refléter uniquement une appartenance à la race malaise. Le Merina typique possède ainsi une couleur brune (zarazaza, répondant au sawo matang des Malais d'Asie du Sud-Est!) ou olivâtre, les cheveux ondulés ou droits, les yeux en amande, souvent légèrement bridés, la membrure fine et une taille relativement petite.
  • La langue merina (fiteny merina) est remarquable par la douceur et la musicalité chantonnante de son intonation. Par son vocabulaire de base et sa phonologie, celle-ci se rapproche surtout des langues indigènes du sud-est de Kalimantan (Indonésie) et, par sa syntaxe, des langues de Sulawesi et des Philippines. Ecrite en caractère latin depuis 1823, elle possède une assez riche littérature.
  • Malgré ses origines maritimes, l'adaptation au cadre particulier des hautes terres de Madagascar acheva de transformer la civilisation merina en civilisation montagnarde et paysanne évoluée. Même ainsi si les anciennes maisons princières étaient édifiées en bois, les habitations populaires étaient en terre battue. Les villages (vohitra, répondant au malais bukit, "colline"), perchés en hauteur étaient habituellement entourés de fossés défensifs profonds (ady vory), quelquefois de plusieurs couches. On peut en estimer le nombre des vestiges à 20.000 environ.
  • L'habillement traditionnel était à base de tissu de soie (landy), porté sous forme de toge ou lamba, souvent de couleur blanche. En déplacement, les grands personnages s'abritaient en outre sous des parasols (elo) et étaient portés sur des chaises à porteurs (filanjana).
  • L'alimentation était à base de riz, cultivé dans des rizières aménagées en plaine ou en terrasse. A la suite de vieux héritages ancestraux remontant à la nuit des temps, les paysans merina ont toujours possédé une grande maîtrise des techniques hydrauliques. Dans les régions bien irriguées, ils pouvaient ainsi obtenir facilement deux récoltes annuelles.
  • Les forgerons merina étaient également remarquables pour leur habileté à travailler différents types de métaux (le fer, l'acier, l'or, l'argent, etc.). Pour le travail de la terre, l'outil de base était l'angady, une bêche à longue lame. Les armes les plus fréquemment utilisées étaient le javelot (lefona), le sabre (antsibe), le fouet (japy) et la fronde (antsamotady). Les hommes cultivaient en outre l'art martial du diamanga, analogue au pencak silat malais (et plus loin au "kung-fu"  chinois).
  • Dans le domaine musical, on peut noter la prédilection merina pour la cithare tubulaire en bambou ou valiha, ainsi que pour la flûte (sodina). Les chants traditionnels prenaient souvent la forme du rodo-be ou choeur, avec une grande tonalité nostalgique. Les danses mêmes suivaient un rythme lent et langoureux, sauf celle guerrière (tsinjaka) des hommes. Quant aux poèmes ou hain-teny, équivalent du pantun malais, ils témoignent toujours d'une grande délicatesse de sentiment.
  • L'une des coutumes les plus remarquables des Merina est le famadihana ou réinhumation périodique des cendres des défunts, perpétuant de manière un peu particulière la vieille coutume des "doubles funérailles" pratiquée par de nombreux autres peuples malais. On peut également rappeler l'importance exceptionnelle du Fandroana ou "fête du bain sacré", répondant aux diverses "fêtes des eaux" ou du bain, extrêmement répandues en Asie du Sud-Est et en Océanie, jusqu'à ce que les Français n'en décident arbitrairement la suppression.
  • Ce petit tableau nous permet déjà d'entrevoir la grande originalité de cette civilisation merina qui, tout en réussissant à demeurer fidèle au génie de ses origines nusantariennes a toujours su faire preuve d'innovation et d'adaptabilité. Bien de ses aspects continuent ainsi à refléter le passé le plus ancien de l'Asie orientale (et que nous révèle par exemple la restitution de la civilisation de la Chine antique, berceau d'origine justement des peuples nusantariens!) tandis que d'autres, tout en en perpétuant l'esprit, ne se retrouvent nulle part ailleurs au monde. Notons enfin que c'est la civilisation proto-merina qui est également à la base de la culture traditionnelle des différentes populations négroïdes de Madagascar, combinée à l'occasion avec d'autres héritages, notamment africains et arabo-islamiques.

L’Origine de la Royauté Merina

     L'avènement de la période "merina" allant du XVIIe à 1895 - correspondant à la naissance de la féodalité à Madagascar - fait suite à l'époque "néo-vazimba" sans qu'il y ait vraiment discontinuité entre les deux périodes.

      Les Merina habitent les Hautes Terres Malgaches .

      Les Merina ont été un des premiers groupe social malgache à s'organiser en Clans , en Royaume puis en Etat.

    L ‘ organisation sociale de ces Peuplades des Hauts Plateaux de Madagascar  est marquée par une hiérarchisation perceptible encore de nos jours.

    La société Merina est constituée de quatre groupes sociaux :

  • les Andriana,
  • les Hovas,
  • les Mainty
  • et les Hovavao.

~ Les Andriana sont soit les descendants des anciens seigneurs, princes ou souverains de l ‘Imerina, soit la descendance des guerriers " anoblis " par le souverain.

~ Les Hovas sont issus des familles qui ont accompagné les Andriana à leur arrivée sur les hauts plateaux. .

~ Les Mainty sont les descendants des Vazimba ou premiers habitants des hauts plateaux.

~ Enfin les Hovavao forment un groupe plus disparate : Ils regroupent les descendants d'esclaves qui pouvaient être des Andriana, Hovas ou Mainty réduits en esclavage pour dettes ou faute, des prisonniers de guerre des autres régions de Madagascar, voire des descendants d'africains emmenés de force à Madagascar.

L ‘ Origine de la Hiérarchie des Groupes :

     Les plus proches ancêtres des Andriana et des Hovas seraient arrivés au-delà des mers. Ils auraient quitté l'archipel Indonésien au moment où ces îles ont été islamisées. Traversant le grand Océan Indien, ils ont atteint la Côte Est de Madagascar. Pourchassés par les habitants des côtes parce que considérés comme des intrus, ils se sont enfuis vers l'intérieur des terres

     Par petits groupes ayant à leur tête un Andriana ou chef entouré de sa famille et de ses fidèles. Cela se serait passé vers les années 1350.

     Arrivés sur les hauts plateaux, les Andriana se seraient alliés avec les chefs de famille Vazimba en prenant pour épouse leurs filles. Il est à noter que les Vazimbas étaient aussi de lointaine origine indonésienne mais arrivés à Madagascar quelques siècles plus tôt en passant par la côte africaine où ils s étaient métissés avec les autochtones africains.

     Les Andriana sont donc issus d'une part des chefs indonésiens arrivés par l'Est et des Vazimbas ou premiers habitants de l'île. Peu à peu, plusieurs petites fiefs se sont constituées sur les hauts plateaux avec à leur tête un Andriana ou seigneur, entourés de fidèles Hova et Mainty.

Les Premiers Royaumes :

     Vers 1500, deux femmes Andriana : Rafohy et sa fille Rangita ont réussi à constituer un petit royaume autour d' Imerimanjaka. Conscientes qu'il fallait s'organiser pour assurer la survie de leur royaume, elles ont édicté les premières règles de succession pour ne pas que leur descendance se dispute le pouvoir. Elles désignèrent ainsi leur fils aîné Andriamanelo pour leur succéder en indiquant que ce serait son jeune frère Andriamananitany qui ensuite lui succéderait à son tour.

     L’unification du territoire "merina" commence au XVIe siècle avec le Chef de clan vazimba-hova Andriamanelo, héritier de sa mère, Rafohy

     Cependant contre toute attente, Andriamanelo ayant déjà un fils nommé Ralambo, il fit assassiner Andriamananitany pour qu'il n' y ait plus qu'un seul chef.

      Son fils Ralambo (vers 1575-1600), par mariage avec la fille d'un chef de clan du Nord de la région hova d'origine orientale, Rabib (Rabiby), fonde le Royaume de Imerina Roa Toko avec deux régions. 

     Andriamanelo régnât à Alasora. Son fils Ralambo régnât à Ambohitrabiby. A son tour Ralambo décidât d'organiser sa succession. C'est à lui que l'on doit la constitution du premier ordre de préséance chez les Andriana et la fondation du royaume de l' Imerina.

     Il désignât d'abord son propre successeur, Andrianjaka, nouveau roi du royaume de l'Imerina. Il instituât ensuite les rangs entre les membres de sa famille. Il plaçât en premier son fils aîné Andriantompokoindrindra, seigneur d'Ambohimalaza. Le deuxième fut Andrianamboninolona, seigneur d' Ambohitromby, son cousin germain et beau-père, fils d'Andriamananitany. En troisième arrive Andriandranando d'Ambohibe, époux d'une fille de Rangita et fidèle chef de guerre qui a aidé Ralambo à agrandir le royaume. Enfin il plaçât en dernier tous ses autres fils.

L'ordre Andriana est ainsi constitué comme suit. Nous avons :

1-Andriantompokoindrindra et ses descendants dits Zanatompo

2-Andrianamboninolona et ses descendants dits Zanakambony

3-Andriandranando et ses descendants dits Zafindranando

4-Les autres enfants de Ralambo ou ZanadRalambo.

       Au-dessus d'eux, il y eut donc Andrianjaka le souverain ou Mpanjaka. C'’ était cela la famille de Ralambo .

     Mais il existait encore d'autres familles Andriana dans la région de Tananarive qui peu à peu ont fait leur soumission à Andrianjaka et les souverains suivants. Andrianjaka décidât lui aussi de se désigner un successeur.

     Pour ne pas affaiblir son royaume qui grandissait de jour en jour, il prit soin d'intégrer ses propres enfants non régnants dans le groupe des ZanadRalambo lequel s'appela désormais Zanadralambo-amin-Andrianjaka.

       De même les Andriana des autres villages ont été intégrés dans ce groupe au fur et à mesure de leur soumission.

      Nous sommes dans les années 1600 ; trois générations plus tard vers 1675 alors que le royaume de l‘ Iimerina s' était considérablement agrandi, le nouveau roi appelé Andriamasinavalona modifia l'ordre de préséance des Andriana.

Le Nouvel Ordre :

     Les Andriana étant devenus forts , plus nombreux ; aussi ils voulurent que leur propre descendance soit privilégiée. Ils créèrent ainsi deux nouveaux rangs :

  • Les Zazamarolahy ou descendance de quatre de ses fils qui ont régné après lui.
  • Les Andriamasinavalona quant à eux regroupent la descendance de ses quatre fils qui n'ont pas régné ainsi que les enfants de ses frères et sœurs

Ainsi nous avons le nouvel ordre de préséance suivant :

1-Les Zazamarolahy

2-Les Andriamasinavalona

3-Les Andriantompokoindrindra

4-Les Andrianamboninolona

5-Les Andriandranando

6-Les Zanadralamboaminandrianjaka

     Progressivement les quatre derniers groupes Andriana, devenus lointains parents du roi ont été regroupés sous le vocable de Havanandriana. Pour régner, les rois ont décidé de compter sur le soutien des Hovas, Mainty et Andevo et non plus de leur famille Andriana qui, avide de pouvoir ne cessait de se quereller entre eux comme des seigneurs de la guerre. La faiblesse d' Andriamasinavalona qui partageât son royaume entre ses enfants nuisit à la progression de l ‘ Imerina.

       Pendant près de 100 ans, ce ne fut que des luttes fratricides entre Andriana qui devinrent réellement divisés.

La Nouvelle Organisation :

     Trois générations plus tard, Andrianampoinimerina, seigneur du royaume d' Ambohimanga, prince ambitieux se fixât comme objectif de reformer, reconquérir le grand royaume de l' Imerina qui s'était morcelé entre des centaines de fiefs. Grâce à l'appui des Hovas et des Mainty, il réussit à reconstituer le royaume. Il fit exiler, assigner à résidence ou mettre à mort les parents Andriana qui lui résistaient.

     Andrianampoinimerina s'associât à des familles régnantes d'autres régions des hauts plateaux Il récompensât ses meilleurs soldats en les " anoblissant " etc. Très autoritaire mais grand stratège, Andrianampoinimerina réussit à réunifier le royaume de l' Imerina que lui avait légué ses ancêtres Rafohy, Andriamanelo, Ralambo, Andrianjaka, Andriamasinavalona.

C'est Andrianampoinimerina qui fixât donc le dernier ordre Andriana de l' Imerina comme suit jusqu'à la colonisation française:

1- Les Zanakandriana ou andriana ayant droit de régner(famille de Ranavalona)

2- Les Zazamarolahy auquel il intégrât les descendants des princes de l' Imamo, région voisine de l' Imerina.

3- Les Andriamasinavalona auquels s'ajoutent les princes du Vonizongo, Royaume ayant fait sa soumission à Andrianampoinimerina.

4- Les Andriantompokoindrindra regroupés sur Ambohimalaza

5- Les Andrianamboninolona à Ambohitromby

6- Les Andriandranando à Ambohibe

7- Les Zanadralamboaminandrianjaka

8- Les Ambodifahitra, descendant d'un guerrier célèbre d'Andrianampoinimerina

9- Les Ambohimanambola, gardiens des idoles amulettes d'Andrianampoinimerina.

     Voilà tout au long de ses lignes un petit aperçu de l'histoire des Andriana. Elle semble compliquée mais elle est fort simple. La plupart des Andriana sont descendants de Rafohy et Rangita.

     Ils ont une ascendance indonésienne mais aussi africaine. A chaque nouveau règne, certains rois voulurent privilégier leur descendance (Ralambo, Andriamasinavalona, Andrianampoinimerina).

     Les Reines et les Rois du 19ème siècle sont les héritiers de cette longue lignée. Ils ont les mêmes grands ancêtres que le plus humble des Andriana. A force de se quereller, de se jalouser, ils ont perdu de leur autorité, ce qui a profité au groupe social des Hovas. Il n'y a jamais eu d' Andriana ambony ou ambany.

      Par exemple, il existait sous le règne d'Andrianampoinimerina des Andriamasinavalona très pauvres, miséreux alors que des Zanadralamboaminandrianjaka pouvaient être riches. Ne dit on pas que l' oncle de Ranavalona III n'était qu'un simple boucher avant l'accession au trône de sa nièce.

     Par contre cela est vrai qu'au fur du temps les Andriantompokoindrindra, les Andrianamboninolona, les Andriandranando ont été écartés du pouvoir royal. Isolés, ils ont toujours voulu maintenir leur statut de Havanandriana ou parents des rois. Aujourd'hui ce sont les plus actifs dans les associations d'Andriana.

      Il est vrai qu'en regardant de près la société malgache, parler d' Andriana, c'est un peu remuer le passé, les clivages sociaux. Mais somme toute, aujourd'hui, dans notre société, ce qui compte vraiment, c'est ce que vous faîtes et non qui vous êtes.

L'organisation du royaume d'Ancove (merina)

    Le Royaume Merina, royaume d'Émyrne ou royaume d'Ancove était un royaume du centre de Madagascar apparu sous le règne de Ralambo dans la seconde moitié du XVIe siècle, dans la partie nord-est de l'actuel pays merina ou Imerina. Les premiers souverains de la région mentionnés par la tradition, avec en tête Andrianerinerina semblent cependant avoir régné aux environs du XIIe siècle.

    Par petits groupes ayant à leur tête un chef entouré de sa famille, les Vazimba ont commencé à s’installer sur les hauts plateaux.
Le premier souverain connu fut Andrianerinerina (1300-1320), qui a régné dans son petit royaume d'Anerinerina situé sur une hauteur. Comme le merveilleux peut être une explication à une question à laquelle on n'a pas trouvé de réponse, on raconte que ce premier roi, Andrianerinerina, aurait été envoyé par Zanahary, le Dieu créateur sur terre. Andrianerinerina aurait été marié à une femme que lui envoya son père du ciel, et le couple eut un fils qui reçut le nom d’ Andriananjavonana (1320-1340), parce qu'il s'était installé un peu loin de la capitale de son père. Il choisit de vivre dans l'Angavo Oriental , une région très brumeuse où il se plut.

Vers la même époque, la partie occidentale du pays merina, connue sous le nom de Imamo était également organisée en royaume, apparemment plus important encore. Après bien des péripéties, le royaume d'Émyrne fut définitivement unifié par Andrianampoinimerina au début du XIXe siècle. Il l'organisa en unités sociopolitiques appelées fokonolona (communautés villageoises). Au « noyau » du nord-est fut alors adjoint ce qui restait de l'Imamo et les territoires méridionaux qui allaient devenir le Vakinankaratra.

Le 27 octobre 1817, le royaume merina devient officiellement le Royaume de Madagascar.

Le Royaume de Madagascar fut aboli par la République française après l'invasion coloniale de 1895, et Madagascar devint une colonie sous l'autorité du gouverneur Galliéni.

Rois et reines

mpanjaka.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×