Royaume du Vakinankaratra

Dada roby

Wikipedia 1

 

Carte vakinakaratra

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com & tany_masina@yahoo.fr)

Région du Vakinankaratra - Ancienne province d'Antananarivo

    Le Vakinankaratra est l'une des vingt-deux régions de Madagascar. Elle est située dans la province d'Antananarivo, au centre de l'île.

Géographie

    Cette région est la partie méridionale de l'Imerina, se trouvant entre le sud du massif d'Ankaratra, à la hauteur d'Antanifotsy, et la rivière Mania servant de frontière entre le pays merina et le pays betsileo.

Sa capitale est Antsirabé.

     La population de la région est estimée en 2004 à environ 1 589 800 habitants, sur une superficie de 16 599 km².

La région du Vakinankaratra

Situation géographique

La région du Vakinankaratra se trouve entre 1300 et 1800 mètres d'altitude. Elle est située au cœur de la zone produisant plus de 80% de la production laitière de Madagascar, surnommée ‘le triangle laitier' de par sa forme géographique triangulaire.

Le Vakinankaratra et sa capitale Antsirabe, orientée dans le passé vers la production de cultures vivrières, est devenue une région fortement agricole et agro-industrielle du fait de l'implantation d'industries agroalimentaires telles que la brasserie STAR en 1949 ou l'ancienne laiterie TIKO.

La région est reliée à la capitale Antananarivo par une route bien entretenue, la RN7.

Position du triangle laitier du Vakinankaratra, (©Mouret)

Des exploitations laitières...

Les exploitations sont de type polyculture-élevage à orientation laitière, avec des cultures vivrières (dont le riz) et fourragères, cultivées en général sur moins de 2 ha, avec un troupeau laitier de 3 vaches en moyenne.

Les fourrages majoritairement utilisés sont de type kizozi et brachiarias car ce sont de puissants régénérateurs de la fertilité des sols ferralitiques grâce à leurs systèmes racinaires fasciculés, denses et profonds capables de décompacter les sols rapidement. Toutefois, ceux-ci se développent mal en saison sèche dans cette région.

Les principaux constituants des provendes sont le manioc, le maïs, les tourteaux de soja et d'arachide, le son de riz, et la poudre de coquillage.

Des herbes sauvages viennent compléter les rations.

... qui doivent s'adapter à une filière lait désorganisée...

Depuis la crise de 2009 et la fermeture de l'industrie TIKO qui représentait plus de 50% du marché, la filière lait a été désorganisée, l'appui technique a diminué et les opérateurs avals se sont atomisés.

Les producteurs doivent donc adapter leurs stratégies d'évolution en fonction de ce nouveau contexte.

... et à des SCV peu adaptés à cette région

Exemple de topo-séquence du Vakinankaratra,

Par ailleurs, contrairement aux régions du lac Alaotra et du Moyen-Ouest de Madagascar où les SCV se sont relativement bien diffusés, le climat de la région du Vakinankaratra n'est pas favorable au développement des plantes de couverture du fait des températures basses pendant la saison sèche. Or les plantes de couverture proposées ont jusqu'à présent été des fourrages tropicaux tels que les brachiarias dont la production de biomasse n'est pas suffisante pendant la saison sèche .

Auteurs : Claire FASSINO et Éva MAIRE

Superviseurs : Pierre-Yves LE GAL, Stéphane de TOURDONNET et Sarah Clerquin

Histoire

« La partie centrale de Madagascar a connu ses premières implantations humaines vers le X° siècle, parallèlement au développement des régions du Nord et de l'Est. L'occupation identifiée la plus ancienne l'a été au site d'Ambohimanana, dans l'Atsimondrano, daté du X` siècle. Ce site perché, entouré de fossés, présente l'exemple typique d'un habitat ancien caractérisé par l'aménagement de la partie sommitale d'une colline en espace habitable. Ankadivory, dans l'Avaradrano, voit sa première occupation remonter aux Xie-XII` siècles. Ce site, situé sur un replat, était entouré d'un seul fossé aujourd'hui remblayé. Y ont été retrouvés des poteries d'importation, tel que le sgraffiato, en provenance du golfe Persique, le céladon chinois et des perles en verre, qui témoignent de relations commerciales avec le monde extérieur. Ces contacts semblent avoir été intenses, quoique nous ignorions à l'heure actuelle l'itinéraire emprunté, d'autres fragments de sgraffiato, spécifique du XII= XIII° siècles ayant par ailleurs été retrouvés à Ambohimanambola, à l'ouest de Betafo – Antsirabe. »

Chantal RADIMILAHY
Ethnologue, Maître de conférence à l’Université d’Antananarivo
Madagascar Fenêtres vol 3 Ed Cite, Ambatonakanga, Antananarivo

Le royaume du Vakinankaratra, connu comme étant le royaume d’Andrantsay fut fondé vers le début du XVIIe siècle par Andrianony, un prince originaire d’Alasora, au sud d’Antananarivo. Longtemps, la capitale du royaume d’Andrantsay se trouvait à Fivavahana (ou Fiva), dans la région de Betafo. Les habitants d’alors se dénommaient eux-mêmes Betsileo, un nom qui passera ensuite à leurs voisins du sud. L’apogée de la puissance du royaume d'Andrantsay semble se situer au milieu du XVIIIe siècle. Son influence s’étendit même, alors, jusque dans le Menabe sakalava où une partie de sa population émigra à la suite d’un de ses princes. Le dernier grand souverain du royaume d’Andrantsay fut Andriamanalinarivo qui était encore sur le trône au moment où Andrianampoinimerina, assisté du jeune prince Radama entreprit sa conquête au début du XIXe siècle. Depuis lors, son territoire se vit intégré au royaume merina sous la nouvelle appellation de Vakinankaratra.

     À partir de l'époque coloniale, le foyer principal de la région se déplaça à Antsirabe, devenue maintenant une importante ville moderne réputée pour la fraicheur relative de son climat et la qualité de ses eaux thermales.

Administration

    La région de Vakinankaratra est composée de six districts et quatre-vingt six communes :

    * Ambatolampy
    * Antanifotsy
    * Antsirabe I
    * Antsirabe II
    * Betafo
    * Faratsiho

     Districts et communes de la région de Vakinankaratra

Ambatolampy

Situé sur la route entre Antsirabe et Antananarivo, Ambatolampy est une petite ville campagnarde appréciée autant par les nationaux que les étrangers. Son climat tempéré est particulièrement favorable à l’élevage de la truite, très demandées dans les restaurants réputés du coin où l’on sert également de délicieuses cuisses de nymphe et des escargots.

Les passionnés d’équitation pourront visiter des élevages de chevaux et, par la même occasion, partir à la découverte de la localité en jouissant des plaisirs de la randonnées équestre.

Ambatolampy est aussi connue pour ces fabriques de marmites et autres ustensiles de cuisine en aluminium. Les métiers de la forge et de la fonderie se transmettent de génération en génération.

Une importante production agricole va du mais, manioc, riz aux fruits et cultures maraîchères. L’apiculture fait partie de la vie quotidienne.

Géographie

Sites remarquables dans le district d’Ambatolampy

Behenjy

Un peu avant Ambatolampy en venant d’Antananarivo, le voyageur traverse la petite ville de Behenjy, célèbre pour ses « menakely » (beignets de riz), ses saucisses et ses poulets rôtis, proposés aux voyageurs par les marchants agglutinés devant le bâtiment de l’ancienne gare. Situé à une quarantaine de kilomètres de la capitale, Behenjy, contrairement aux autres communes rurales, est vouée à la prospérité grâce à ses productions de foie gras.

La petite gare de Behenjy accueille par moment un train de voyageurs.

Tsinjoarivo

A 50 kms d’Ambatolampy, ce fut le lieu de villégiature des souverains de Madagascar, dont la Reine Ranavalona I qui y fit construire un palais aujourd’hui transformé en musée.

Le « Rova » était composé de cinq bâtiments, dont le plus beau et le plus grand, dénommé Trano Fahasivy, servait de résidence royale.

Anciennement appelé Andrangalisa, Tsinjoarivo fut le fief de deux seigneurs du nom d’Andrianaivoravelo et de Ramanjaka.

L’Onive, tumultueuse rivière qui se transforme en impressionnantes chutes, les cascades d’Ambavaloza, offre un spectacle grandiose. Le nom d’Ambavaloza, signifiant « tout près du danger » vient du fait que les chutes s’engouffrent entre deux rochers formant une gueule de fauve.

A 400 mètres de là, se trouvent les cascades d’Andriamamovoka

Enfin, avant de partir, vivez un instant magique, à scruter les environs, et à goûter au vertige des hauteurs du point de vue.

Le mont du Tsiafajavona

Au visiteur trop pressé Ambatolampy cache ses trésors. Il n’aura rien vu sans avoir fait l’ascension du Mont de Tsiafajavona, à 2650 mètres d’altitude, l’une des plus hautes montagnes de Madagascar où la température, durant la période la plus froide de l’année (entre juillet et septembre), peut descendre jusqu’à 3°C.

Au cours de cette exploration, le guide se fera un plaisir d’indiquer des lieux de cultes exceptionnels. Enfin au pied du Mont, se trouve la très belle station forestière de Manjakatompo.

S’étendant sur environ 9 000 hectares, Manjakatompo est une immense forêt de pins que bordent cascades, étangs et le fameux Lac Froid. On peut y découvrir également une vaste station piscicole où l’on a aménagé des circuits touristiques.

Ankaratra

A une trentaine de kilomètres d’Ambatolampy, le massif de l’Ankaratra, offre tous les plaisirs de promenades à pied, à vélo ou à cheval. Le site couvert de belles pinèdes et de mimosas sauvages est parcouru d’innombrables pistes.

Economie

L'économie est basé sur l'agriculture : plantation du mais, manioc, riz, fruits et cultures maraîchères, l'apiculture et élevage de chevaux. On y trouve aussi des fabrications artisanales d'ustensiles de cuisine en aluminium.

Communes

Ambatolampy · Ambatondrakalavao · Ambodifarihy Fenomanana · Ambohipihaonana · Andranovelona · Andravola Vohipeno · Andriambilany · Antakasina · Antanamalaza · Antanimasaka · Antsampandrano · Behenjy · Belambo · Manjakatompo · Morarano · Sabotsy Namatoana · Tsiafajavona Ankaratra · Tsinjoarivo

Antanifotsy

Antanifotsy est une commune urbaine malgache, située dans la partie est de la région de Vakinankaratra dans le District d'Antanifotsy dont elle constitue le chef-lieu. La ville est par ailleurs jumelée avec La Possession, municipalité de l'Île de la Réunion.

Antanifotsy « là où la terre est blanche » est l’une des plus importantes communes en superficie de Madagascar. Grande de près de 327 km², elle appartient à la région du Vakinankaratra, à 112 km au sud d’Antananarivo. Antanifotsy est limitée au nord par la commune rurale d’Ampitatafika, à l’ouest par Mandrosohasina, au sud par celles d’Ambatohaly et Andranofito, et à l’est par Antanimiady.

Une région des hauts plateaux où l’on plante du riz, du maïs, de la pomme de terre... L’agriculture prédomine la vie économique. On y élève des bœufs, des porcs... sur les trente mille hectares de forêt naturelle composée de bois précieux. Le climat de type tropical connaît deux saisons bien distinctes : l’une chaude et humide de novembre à avril et l’autre fraîche à froide et plutôt sèche de mai à octobre. Le groupe ethnique Vakinankaratra est essentiellement présent à Antanifotsy (issu des familles Merina qui ont fui la persécution royale du milieu du XIXé siècle) parmi les 65 049 habitants qui peuplent la commune. Les religions catholique et luthérienne y sont surtout présentes.

Communes

Antanifotsy - Ambatolahy · Ambatomiady · Ambatotsipihina · Ambodiriana · Ambohimandroso · Ambohitompoina · Ampitatafika · Andranofito · Antanifotsy · Antsahalava · Antsampandrano

Antsirabe

Le nom « Antsirabe », actuel chef lieu de la Région du Vakinankaratra, vient du terme « Any-sira-be » qui se traduit littéralement par « là où abonde le sel » Et plus tard, le terme est morphologiquement devenu «Antsirabe».

Une première explication veut que l’origine du nom de la ville d’Antsirabe vienne de l’abondance des eaux thermales qui ont un goût plutôt salé. C’est l’avis le plus divulgué par les livres de guidage.

Cependant une deuxième interprétation est plus plausible : le sel gemme a été exploité autrefois dans une localité au sud de l’actuelle ville d’Antsirabe. La production de plus en plus abondante de sel gemme a donné son nom à la ville.

L'arrivée des Norvégiens

En 1869, le Pasteur BORGEN fut le premier résident étranger dans la Région. Ce dernier s’est investi dans la construction des bases de la future ville. Parmi les réalisations, nous pouvons citer la construction des maisons en dur, l’adduction d’eau potable, la découverte et l’exploitation des eaux thermales, l’amélioration des conditions de vie des condamnés et leur émancipation progressive.

L'administration française et la période coloniale

Le 05 Juillet 1903, Antsirabe devint Chef lieu du Vakinankaratra. Cette date marqua le début des travaux d’aménagement et d’équipement de la ville : les thermes, la gare, la poste, les jardins et toutes les constructions à colonnade encore visibles aujourd’hui. Sous le gouvernorat de Gallieni de 1896 à 1905, d’Augagneur de 1905 à 1910, de Picquie de 1910 à 1914 et de Garbit de 1914 à 1924, la ville fut la concrétisation du rêve des français : un centre de repos et de loisir.

Pendant la seconde guerre mondiale, les alliés envisagent de couper l’île en deux zones, comme la France occupée. Tandis que la partie nord serait passée sous leur contrôle, la partie sud avec Antsirabe comme capitale serait restée acquise à la cause de la France de Vichy.

En 1953, le roi du Maroc, déposé par les français, passa quelques années en exil dans le prestigieux Hôtel des Thermes. Finalement de retour au Maroc en 1955, il obtint l’indépendance quelques mois plus tard. Antsirabe se rappelle de son jeune fils alors âgé de 25 ans qui sera appelé à regner sous le nom d’Hassan II.

Il faut rappeler que la reine de Madagascar, Ranavalona III fût aussi exilée à Alger en 1897.

Notons également que le Président de la première République, Philibert Tsiranana, venait souvent s’y reposer le week end ; L’ancien Président du Bukina Faso, Thomas Sankara, y fit ses études à l’Académie Militaire d’Antsirabe.

Communes

Alakamisy · Ambano · Ambatomena · Ambohibary · Ambohidranandriana · Ambohimiarivo · Ambohitsimanova · Andranomanelatra · Antanambao · Antanimandry · Antsoatany · Belazao · Ibity · Manandona · Mandrosohasina · Mangatano · Sahanivotry Mandona · Soanindrariny · Tsarahonenana Sahanivotry · Vinaninkarena

Betafo

Découvrir Betafo

À 22 km à l'ouest d'Antsirabe, sur la route de Morondava et du Grand Ouest, ce village typiquement merina mérite le détour.

Ses arcades et ses délicates décorations de fer forgé en font un bel exemple de l’architecture des Hautes Terres. On y trouve la première église luthérienne fondée par les missionnaires norvégiens, d'une belle architecture en brique de la fin du XlXe s. Depuis ceste implantation, 2 millions de Malgaches sont d'obédience luthérienne.

Le site se compose d'un quartier commerçant et d'une vieille ville, plus intéressante à visiter.

Histoire de Betafo

La partie orientale du District a un passé très ancien. A une époque le Royaume de Vakinankaratra eut pour capitale la ville de Betafo et lors de l’avènement d’Andrianampoinimerina, il devint un des territoires de l’Imerina Enintoko.

Sous la colonisation, Betafo était une circonscription administrative à part. La Résidence et le bâtiment de bureaux construits en 1898 attestent de l’intérêt porté par le colonisateur à cette localité.

En revanche, la partie Ouest est d’une occupation plus récente. Il s’agit des terres d’implantation d’immigrants venant principalement de Vakinankaratra et du pays Bara. Même ces dernières décennies, le moyen ouest continue d’attirer, par ses potentialités agricoles, des immigrants provenant en grande partie de la partie orientale du District.

Des vatohaly, stèles de pierre dont les inscriptions gravées rendent hommage aux prouesses des chefs militaires de jadis, se dressent entre les divers bâtiments. L'une d'elles, placée sur un piédestal au centre du marché, date de la fin du XIX siècle.

De nombreuses stèles sont disséminées dans les parages. Les habitants se feront un plaisir de les indiquer

Géographie du district de Betafo

La partie orientale est caractérisée par de nombreux cônes volcaniques, des collines et des planèzes, aux sols volcaniques. Elle a une altitude plus élevée (plus de 1 200 m).

La partie occidentale a une topographie généralement accidentée avec l’alternance de plateaux caractéristiques du Moyen Ouest et des massifs granitiques ou quartzitiques culminant à plus de 1.000 m.

Le sol y est constitué généralement de sols ferralitiques rajeunis. Le relief accidenté et les feux de brousse répétés favorisent la formation de « lavaka » dans beaucoup d’endroits

L’altitude du district est en moyenne de 1 250 m.

En général, le chevelu hydrographique est dense, ce qui favorise tant la mise en culture des bas fonds que le maintien des forêts galeries.

Le District de BETAFO est :

  • traversé au centre par le fleuve IANDRATSAY
  • limité au Nord par les rivières SAHASAROTRA, KITSAMBY, LAVARATSY et ANDRANOMIHANAKA
  • limité au Sud par les rivières MANANDONA et MANIA

Avec son sol volcanique, elle a plutôt une vocation agricole. En revanche, le Moyen ouest a une vocation à la fois agricole et pastorale.

Les couvertures forestières sont réduites : des forêts galeries et des forêts intra-montagnardes , ainsi que des végétations arborées des lieux habités.

Partout ailleurs règnent des savanes constituées essentiellement de danga (acteropogon casturtus) ou vero (Hyparrhenia ruffa) et autres graminées et herbacés.

Sites remarquables du District de Betafo

Lac de Tatamarina

À 1 km au nord, elle est surplombée par le lac volcanique Tatamarina. À l'extrémité nord du plan d'eau, une petite route circulaire passe devant un cimetière abritant les sépultures des souverains locaux. Les abords du lac. offrent de jolies vues sur les rizières et vous découvrirez, au nord, quelques petites chutes d'eau.

Les chutes d’Antafofo

En rebroussant chemin sur 5 km à travers champs depuis le lac, se trouvent les chutes d'Antafofo, cascade de 20 m, sur deux: niveaux traversant des roches de basalte.

Les thermes de Betafo

A 3 km au nord de Betafo, quitter la route au panneau Tetezant; Simbtsymamazaka, au lieu-dit Ranomafama, prendre le chemin de terre, passer un petit pont, on y est à 200 m. Pour les amateurs de VTT la route est plate.

Les anciens thermes, simples et assez rudimentaires, sont toujours en activité. Attention, l'eau y est très chaude.

Alakamisy Antivato · Alarobia Bemaha · Ambatonikonilahy · Ambohimanambola · Ambohimasina · Andrembesoa · Anjoma Ramartina · Ankazomiriotra · Antsotso · Betafo · Fidirana · Inanantona · Mahaiza · Mandoto · Mandritsara · Soavina · Tritriva · Vasiana

Faratsiho

Faratsiho est un district de Madagascar, situé dans la partie sud de la province d'Antananarivo, dans la région de Vakinankaratra.

Ambohiborona · Andranomiady · Antsapanimahazo · Faratsiho · Miandrarivo · Ramainandro · Valabetokana · Vinaninony-Atsimo · Vinaninony Nord.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×