Royaume Zafisoro ou Zafinisoro

dynatie d'Isoro

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com & tany_masina@yahoo.fr)

ANTEFASY ET ZAFISORO :

Le pays Antefasy et Zafisoro est centré sur FARAFANGANA qui partagent le même territoire.

Fin XVIème siècle, au moment de la ségmentation de la dynastie d'Andriambolamena (royaume Sakalava du Menabe), Andriambolanony (Antaifasy) et Isoro (Zafisoro) quittèrent l'estuaire du Manambovo pour le Sud-Est, Farafangana et alentours. Les descendants d'Andriambolanony, établirent le royaume Antaifasy, et y régnèrent, en ayant réduit les Zafisoro sous leur domination.

Un des chefs Antaifasy, Andriatamana, avait trois fils Randroy (qui forma le clan Zafinandroy), Ratsiranga (clan Zanatsiranga) et Marofela (les Marofela).

Marovahaza, un du clan Zafisoro, demanda aux Hova Merina de Radama I, de les aider pour combattre le Antaifasy. Le Pays Antaifasy  vaincu, les chefs Antaifasy tués, et les territoires des Zanatiranga et des Zafinandro furent attribués aux Zafisoro.

Le restant du territoire fut administré par le dernier Roi Antaifasy Tsifolakarivo.

Zafisoro  Ce sont les rois qui décident qui sera élu député. En effet, fidèle à la structure traditionnelle dans l’administration des affaires de l’Etat, dans la tribu zafisoro, il revient aux rois qui sont au nombre de six de décider le candidat à élire. La tribu Zafisoro qui est composée de 10 communes et c’est  à Ivato la capitale de la tribu que se trouve le palais des rois. Concernant les élections, chaque candidat devra passer un par un dans ce palais et se présenter devant les 6 rois. Il y fait un résumé de son programme en tant que futur porte-parole du peuple. Une fois après avoir entendu chaque candidat, les rois se concertent entre eux pour décider du candidat à élire. Et il revient aux conseillers des rois de transmettre à la population leur décision. C’est pour dire que la propagande est réduite à une simple formalité dans la tribu Zafisoro dans la région de Farafangana.

Le territoire

    Le territoire Zafisoro se trouve entre les rivières Andranamby et Manambava, plus une partie qui se trouve au sud de Manambava en face de Mahafasa. Le confluent Manambava-Manampatrana limite le territoire au sud-est. La plupart  de la population zafisoro vivente dans les communes de Mahafasa, d'Evato et d'Ambalatany, dans le disctrict de Farafangana.

    Evato est la capitale. Le village de Raibolo était la place forte traditionnelle des Zafisoro. C'est un village qui est bâti sur un promontoire entouré de marais, d'accès difficile et facile à défendre.

    Mahamanina est aussi une cité célèbre des Zafisoro. C'est là, que les Zafisoro et les Merina s'accordaient pour placer un gouverneur  et un contingent militaire suivant un accord entre les deux parties, afin d'assumer la sécurité des Zafisoro. Mahamanina fut construit sur le côté sud de Manambavana, à l'ouest d'Evato vers 1830.

    Les Zafisoro étaient célèbres pour leurs richesses qu'ils tirent de leur sol fertile et de leur prairie d'excellente qualité pour les boeufs.

Origine et établissement des Zafisoro.

    Il y a plusieurs versions sur l'origine des Zafisoro. On peut les résumer de la façon suivante. Vers le XVe siècle, arrivèrent ensemble dans le Manambovo, Ndrematetahoho, ancêtre des Zafimenahely, Ndretsileo, ancêtre des Antefasy et Rahelokalo, ancêtre des Zafisoro. Le roi Maroseranana maître de Manambovo, les autorisa à s'installer sur cette terre. Ndretsileo y mourut, mais son fils, ensemble avec les enfants de Ndrematetahoho et ceux de Rahelokalo continuèrent leur voyage et s'arrêtèrent à Ranotsara. Andriamanely fils de Ndrematetahoho y fonda un royaume, tandis qu'Andriambolanony, fils de Ndretsileo, et Soronady, petit fils de Rahelokalo, continuèrent leur route. Rahefo, père de Soronady, serait un descendant de Rahelokalo. Andriambolanony et Soronady quittèrent Ranotsara, passèrent par Ambinaninony, confluent de la rivière Ionaivo et Itomampy. La femme de Soronady y mourut.

    Andriambolanony et Soronady continuèrent leur route vers le nord et arrivèrent à Andrangato-Vatobe.

Farafanguana

La population de Farafangana est composée essentiellement de trois éthnies :

les Antaifasy,

les Rabakara,

et les Zafisoro.

Histoire de Farafangana

Vers le XVIème jusqu'au début du XVIIème siecle, les rois Isoro et Andriambolanony règnaient à Farafangana.

Les descendants d'Andriambolanony formaient la dynastie qui règnait dans le petit royaume Antaifasy.

Quant aux descendants d'Isoro, ils régnaient dans le petit royaume Zafisoro (autrement dit les petits- enfants, ou les descendants, d'Isoro)

Kibory- tombeaux

Il existe de nombreux kibory en pays zafisoro, en trente trois, dit-on et les noms sont connus: mais les kibory avec mpanjaka (roi) ou tombeaux royaux sont au nombre de quatre :

-ANAKARA pour les Karaoka et Marovata

-AMBALAMENA pour les Zazalava

-MARIRA pour les Lohanosy et Antalampotsy

-ANANDONAKA pour les Zafinandroy.

Les kibory sont situés sur des collines boisées de ravinala ou dans une clairière. Ces forêts font partie du kibory.

INTERDITS

Personne ne peut se construire un kibory personnel sous peine d’être déclaré Zazafotsy et de ne plus appartenir à la descendance Zafisoro. Cet homme sera obligé de se séparer de sa femme, de ses enfants et le kibory clanique lui sera désormais fermé. Cependant malgré cette interdiction, certians ayant les moyens financiers se font construire un kibory. Pourquoi ? Souvent parce qu’un plusieurs membres de leur famille, sinon eux-mêmes, sont pour telle ou telle faute comise, exclus du kibory clanique. Ces « rejetés », qui à leur mort auraient été traités comme des chiens, auront ainsi une « sépulture » décente. Mais seule leur famille directe s’occupera de leurs funérailles et non tous les membres de leur tranobe : les zana-ray.

 ANDRY FATY

L’andri-faty n’est pas un deuil, mais un ensemble de rites pour les passages des vivants chez les morts. Cette cérémonie mortuaire, occasiob de dépenses de caractères ostentatoire, prend l’aspect d’une véritable fête pour la communauté, exception faite d’une démonstration « symbolique » de deuil : pleurs et lamentationa parès le Fatoka. Cette cérémonie mortuaire commence à la tombée de la nuit, et même déjà dans l’après-midi si tout est prêt, surtout les boissons alcooliques.

N.B : Chez les Zafisoro il est fady  d’appeler quelqu’un par son nom, s’il a un enfant. Son nom perd dans celui de son enfant. On dira donc « aban’i… (Nom de l’enfant) : père d’un tel « endrin’i… : mère d’un tel.

Pendant la durée de l’andrifaty

Ilest interdit de présenter comme nourriture des grains. Les angatra n’aiment pas ce genre d’aliment. Cependant cet interdit ne vaut que pour la nuit, les angatra ne sortant que la nuit.  Il est interdit de travailler pendant l’Andri-faty. Autrefois cette cérémonie durant trois jours. Aujourd’hui, par ordre de l’administration, 24h seulement. La raison est de limiter les dépenses et de ne pas arrêter trop longtemps les travaux.

Cette cérémonie coutulière (andri-faty) est :

- l’Occasion de bien manger, de boire copieusement, de festoyer

- de voir réunis le ban et l’arrière ban de la famille et aussi de favoriser et maintenir la bonne entente, l’unité de cette grande famille qu’est la tranobe. Mais actuellement, si on considère la pratique récente, c’est à quel prix ?….


   

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×