RANDRIA MICHEL

wikipedia.jpgdada.jpgAncien sénateur de Madagascar de 1940 à 1958

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (malagasy58@gmail.com)

randria-michel0081r4.jpg

Ancien sénateur de Madagascar (1940-1958)

Appartenance politique : Groupe des Républicains Indépendants

Etat-civil : Né le 1er juin 1903 ; Décédé le 1er décembre 1977

Profession : Professeur

Département : Madagascar

Election

Elu le 24 décembre 1948 ; Fin de mandat le 18 mai 1952 (Non réélu)

Extrait de la table nominative 1949

RANDRIA (M. MICHEL), Sénateur de Madagascar (2e section). - Son élection est validée [S. du 8 février 1949] (p. 150).

Extrait de la table nominative 1950

RANDRIA (M. MICHEL) [Madagascar].

Est nommé membre de la commission de la famille, de la population et de la santé publique [17 janvier 1950] (p. 23).

Dépôts législatifs:

Proposition de résolution tendant à inviter le Gouvernement à déposer d'urgence un projet de loi portant ouverture de crédits en vue de venir en aide aux victimes du cyclone survenu le 5 février 1950 sur la côte Nord-Est de Madagascar et en particulier la région d'Antalaha, et d'assurer la reconstruction des bâtiments détruits par cet ouragan [23 février 1950] (I., n° 113). - Proposition de résolution tendant à inviter le Gouvernement à réaliser une politique efficace de l'élevage à Madagascar, afin d'empêcher la destruction du cheptel, et, par la suite, de l'améliorer en nombre et en qualité [9 mars 1950] (I., n° 154).

Intervention :

Intervient dans la discussion du projet de loi portant réorganisation du régime de l'émission à Madagascar [16 février 1950]. - Discussion générale (p. 555).

Extrait de la table nominative 1951

RANDRIA (M. MICHEL) [Madagascar] (2e section).

Est nommé membre de la commission de la famille, de la population et de la santé publique [11 janvier 1951] (p. 114).

Interventions :

Intervient, pour expliquer son vote, dans la discussion de la proposition de résolution relative à l'enseignement primaire obligatoire en Afrique française [15 mai 1951] (p. 1653).- Prend part à la discussion de la proposition de loi relative à l'élection des députés dans les territoires d'outre-mer [22 mai 1951]. - Discussion générale (p. 1940 et suivantes).

Extrait de la table nominative 1952

RANDRIA (M. MICHEL) [Madagascar].

Est nommé membre de la commission du ravitaillement et des boissons [8 janvier 1952] (p. 202). - Donne sa démission de membre de la commission du ravitaillement [15 janvier 1952] (p. 212).

Intervention :

Explique son vote sur le projet de loi instituant un code du travail dans les territoires d'outre-mer [6 février 1952] (p. 446).

RANDRIA (Michel)

Michel Randria est né le 1er juin 1903 à Fianarantsoa, en pays Betsileo, dans le sud des hautes terres centrales de Madagascar. Instituteur à la mission catholique de Fianarantsoa, il se porte candidat aux élections au Conseil de la République le 24 décembre 1948 au titre du deuxième collège. Il figure alors en troisième et dernière position sur la liste du Parti des déshérités de Madagascar (PADESM), à clientèle principalement côtière et catholique, qui est conduite par Félix Totolehibe. Avec 48 voix sur 61 suffrages exprimés, cette liste remporte les trois sièges à pourvoir et Michel Randria est proclamé élu à la plus forte moyenne.

A son arrivée à la Haute Assemblée, il s'inscrit au groupe des républicains indépendants et siège à la commission de la famille, de la population et de la santé publique.

En 1950, il dépose deux propositions de résolution tendant à inviter le gouvernement à venir en aide aux victimes du cyclone survenu début février sur la côte nord-est de la Grande île et à réaliser une politique efficace de l'élevage à Madagascar.

En séance publique, Michel Randria intervient à trois reprises : dans les discussions portant sur la réorganisation du régime de l'émission à Madagascar en 1950, l'enseignement primaire obligatoire en Afrique française et l'élection des députés dans les territoires d'outre-mer en 1951.

En janvier 1952, il quitte la commission de la famille pour un passage éclair à celle du ravitaillement. En février, il publie un article dans Le Monde pour faire part de la nécessité du développement de l'enseignement technique et d'une meilleure répartition territoriale des établissements scolaires à Madagascar. Il est ensuite candidat, aux élections du 18 mai 1952, au renouvellement de son mandat, en deuxième position derrière Norbert Zafimahova sur la liste de défense des intérêts sociaux et culturels de Madagascar. Avec 22 voix sur 95 suffrages exprimés, cette liste n'obtient qu'un seul des trois sièges à pourvoir et Michel Randria n'est donc pas réélu.

Au cours des années 1950, il fonde le Mouvement Travailliste Chrétien, MTC, parti regroupant des travailleurs de la ville et des paysans, qui fusionne avec d'autres partis, au début de l'indépendance, pour former le parti Manjaka Vahoaka.

En 1957, il est élu maire de la commune urbaine de Fianarantsoa, sous les couleurs du Manjaka Vahoaka, devenant le premier malgache à occuper ce poste. Il est réélu en 1969, mais destitué, quelques mois plus tard, en même temps que son homologue Rakotonirina Stanislas, de Tananarive-ville, par décret pris en Conseil des ministres, le régime PSD étant soucieux de rester le parti unique.

Il s'attache alors à la formation civique et idéologique des membres de son parti disséminés dans l'Ile. Pendant la Deuxième République, il assiste de ses conseils son fils aîné Lucien Xavier Michel Andrianarahinjaka, né en 1929, ministre conseiller à la Présidence puis Président de l'Assemblée nationale de la République démocratique malgache, décédé en 1997.

Il a eu treize enfants de son mariage avec Marie Julienne Razanatsoa, dont trois sont morts en bas âge. Les noms des neuf autres sont les suivants :

- Andrianarahinjaka Fulgence Marie Michel, né en 1931, ancien sous-officier de l'Armée de l'Air française, décédé en 2000 en France. - Ravaonarahinjaka Alice Thérèse, née en 1933, institutrice publique. - Andrianarahinjaka Bellarmin Xavier Michel, né en 1937, officier Saint Cyrien de l'Armée française, passé au service de l'Armée Malagasy lors de l'indépendance, décédé en 1979, avec le grade de lieutenant colonel. - Andrianarahinjaka Ignace Marie Michel, né en 1939, ancien intendant des hôpitaux. - Rasoanarahinjaka Michelle Marie Jean, née en 1941, ancienne attachée d'administration. - Ravelonarahinjaka Lucile Michel, née en 1943, institutrice publique, décédée en 1987. - Andrianarahinjaka Bénilde Georges, né en 1948, professeur licencié en service à Fianarantsoa. - Andrianarahinjaka Jean Damascène, né en 1950, employé de banque en service à Antananarivo. - Andrianarahinjaka Antonine Michel, née en 1953, institutrice publique.

Il décède le 1er décembre 1977 à Fianarantsoa, à l'âge de 74 ans.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mardi, 10 Février 2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×