Régime militaire transitoire

wikipedia.jpgdada.jpg

gouvernement de transition militaire

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (malagasy58@gmail.com & tany_masina@yahoo.fr)

La formule de "gouvernement de transition" apparut, pour la première fois à Madagascar, en 1972, dans l'agitation des étudiants et fut définitivement admise après l'insurrection du 13 mai 1972.

Ce gouvernement ne doit s’occuper que de transition
En définitive, ce gouvernement qui n’est qu’un gouvernement de transition doit s’atteler à sa mission principale qui est d’organiser des élections libres, crédibles et transparentes.

Le gouvernement militaire et la démocratisation

Après une décennie de stabilité politique, l'île est ébranlée par de graves troubles politiques et sociaux, révélant l'usure du pouvoir.

- 1972 : Tsiranana est néanmoins réélu pour la seconde fois en janvier.

13-mai-72-4-1.jpgpassation-a-ramanantsoa.jpg

Au printemps de la même année, une grève estudiantine se transforme en grève générale. Le gouvernement donna l'ordre de tirer sur les manifestants. Tsiranana est contraint de laisser le pouvoir au chef de l'état-major, le général Gabriel Ramanantsoa. Celui-ci lance une révolution visant à la "malgachisation" des moyens de production et de la société.

ramanantsoa-ratsiman12.jpg

- 5 février 1975 : Face à la crise politique, le général Ramanantsoa transfère les pleins pouvoirs à son Ministre de l'Intérieur le Colonel de Gendarmerie Ratsimandrava (21 mars 1931 – 11 février 1975). Qui répond : « Tsy miamboho adidy aho mon Général. » (Mon général, je ne tourne pas le dos au devoir, j’accepte !).

direcoire.jpgrandriamahazo-2.jpg188063-officiel.jpg

- 12 février 1975 : La nuit même de l'assassinat du colonel Ratsimandrava, le 12 février 1975, un directoire militaire de dix-huit officiers émanant de toutes les armes des six provinces du pays et représentant toutes les tendances politiques, à l'exception du PSM et de l'extrême gauche, est créé afin de résoudre la crise politique. Celui-ci instaure la loi martiale, qui interdit toute activité politique et qui suspend les partis politiques. Officier le plus gradé du directoire, Andriamahazo prend sa tête et assume les fonctions de chef de l'État jusqu'au 15 juin 1975, date à laquelle le capitaine de frégate Didier Ratsiraka devient président du conseil suprême de la Révolution.

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×