RAVELOMANANTSOA JEAN LOUIS

Wikipedia 2Dada 1

l’unique malgache à atteindre une finale olympique

recueillis par Robert Andriantsoa (malagasy58@gmail.com)

Jean Louis Ravelomanantsoa - Une humilité exemplaire jusqu’à la fin !

« Selon sa volonté, il est déposé là où il a voulu ». C’est la traduction littérale d’une phrase, lue sur le faire-part du plus grand athlète malagasy de tous les temps, Jean Louis Ravelomanantsoa, décédé à l’âge de 73 ans à Lyon (France), le 27 septembre dernier.

Discret dans la vie, même à sa mort, il l’a été toujours et sa famille n’a pas dévié, d’un iota, de cette ligne droite  tracée par Jean Louis Ravelomanantsoa. Et pourtant avec le palmarès sportif étoffé du sprinter malagasy, qualifié par les Australiens, en 1975, comme l’homme le plus rapide du monde, un hommage national à son endroit n’est pas de trop. Il mérite largement cet honneur à l’instar des grandes personnalités que comptait la Grande île à l’instar du Professeur Rakoto Ratsimamanga, Rakoto Frah, Rado et bien d’autres qui, dans leur domaine respectif, ont fait naître au cœur de chaque compatriote, la fierté d’être malagasy. 

La notoriété de Jean Louis Ravelomanantsoa ne sera jamais égalée par les dirigeants politiques. Leur indifférence envers  le détenteur du record de Madagascar, l’unique malagasy qualifié à la finale des Jeux Olympiques et l’un des rares africains à titiller les sprinters américains à l’époque, semble ainsi compréhensible. A l’exception du Président Philibert Tsiranana, aucun de ses successeurs,  à la tête du pays depuis 1972  jusqu’à l’heure actuelle, n’a eu d’estime envers ce grand athlète.

De ses réussites sportives et de ses relations  professionnelles au niveau international, il aurait été sans l’ombre d’un doute, d’une grande utilité pour le développement du sport malagasy. Mais comme Jean Louis Ravelomanantsoa n’était ni membre de l’Arema, du Tim et encore moins du Hvm, il a été ignoré et laissé dans son coin, heureusement doré.  A sa retraite professionnelle, après des années en tant que cadre d’une des filiales de la Banque mondiale, Jean Louis Ravelomanantsoa n’aurait pas refusé d’offrir ses services à la Nation, en général, et au milieu sportif, en particulier, et de partager ses expériences internationales.

Du beau gâchis en somme, pour un pays dont les dirigeants ne chérissent un de leurs ressortissants qu’à sa mort. Une décoration, à titre posthume de Jean Louis Ravelomanantsoa, est ressentie par le milieu sportif ni plus ni moins comme une offense. A l’annonce de sa mort, aucune autorité n’a levé le petit doigt pour lui rendre un dernier hommage, maintenant  qu’il a achevé sa course, laissez-lui dormir en paix !

 Rata

Décès de Jean Louis Ravelomanantsoa – Une légende, une icône quitte la piste
Sport1

29.09.2016 | 4:01 Actualités, alaune, Sport0

Terrassé par une maladie, Jean Louis Ravelomanantsoa,  le plus grand athlète malgache de tous les temps, s’est éteint mardi à Lyon. Il avait 73 ans.

Jean Louis Ravelomanantsoa portait le dossard 583  à la finale des Jeux Olympiques de Mexico.

Jean Louis Ravelomanantsoa portait le dossard 583 à la finale des Jeux Olympiques de Mexico.

Aura-t-il un héritier ? Que restera-t-il de ses exploits et de son histoire  ? Le destin est parfois cruel. Il y a exactement un an, on avait projeté d’écrire un livre retraçant la fabuleuse épopée du sprinter Jean Louis Ravelomanantsoa, finaliste olympique lors des J.O de Mexico en 1968, co-détenteur du record du monde du 60 m yard en 5″ 9 établi le 22 janvier 1971 à Kansas City dans le Missouri, détenteur du record d’Afrique et de Madagascar du 100 m en 10″ lors des Jeux du monde disputés à Helsinki en novembre 1971.
On avait échafaudé le plan du livre, défini le message qu’il voulait faire passer. Il avait ramené CD et coupures de presse pour les précisions. On se donnait rendez-vous dès qu’il en aura terminé avec son traitement à Lyon. Jean Louis souffrait déjà beaucoup et avait du mal à se déplacer. Hélas, il ne verra pas ce document censé retracer ses prouesses à travers le monde. La maladie a eu raison de la ténacité qui lui avait permis de revenir au plus haut niveau après une intervention chirurgicale quand il était au sommet de sa carrière.
Madagascar perd ainsi une légende, une icône  peut-être la plus grande personnalité qu’il ait jamais connue depuis l’indépendance. Jean Louis Ravelomanantsoa était plus qu’un ambassadeur et à travers le sport, il a fait rayonner l’image du pays. Preuve en fut donnée par l’accueil triomphal qui lui avait été réservé par le Président Philibert Tsiranana à son retour des Jeux de Mexico malgré sa huitième et dernière place en finale.

Jean Louis Ravelomanantsoa (à g.) s’est engagé aux côtés des anciennes gloires du Sport, ici avec Augustin Andriamiharinosy (alias Baovola)  et Serge Ramiandrasoa.

Jean Louis Ravelomanantsoa (à g.) s’est engagé aux côtés des anciennes gloires du Sport, ici avec Augustin Andriamiharinosy (alias Baovola)
et Serge Ramiandrasoa.

Champion des États-Unis
L’aventure avait commencé en avril 1965 lors d’une compétition Ossum où l’athlète trapu de 1,65m pour 65 kilos du lycée Gallieni avait affolé les chronos affichant une marque de 10″1 rendant incrédules les officiels et surtout les journalistes étrangers lesquels avaient demandé à re-mesurer la piste en cendrée de Mahamasina. Jean Louis Ravelomanantsoa allait par la suite prouver sur toutes les pistes du monde qu’il faisait partie de la crème  mondiale en tutoyant les grands noms comme les Américains Mel Pender, Greene, Bob Haynes, Jim Hines, John Carlos, le Français Roger Bambuck ou le redoutable soviétique Valery Borzov.
Le champion d’exception était sollicité de partout. Les Américains l’ont « recruté » en 1970. Jean Louis Ravelomanantsoa a intégré le college Westmont de Santa Barbara en Californie pour poursuivre ses études en commerce et affaires. Il va continuer à rafler les titres à l’image du titre de champion des États-Unis devant Greene et Pender en mars 1971.
Ses exploits sont passés outre atlantique car Jean Louis Ravelomanatsoa est une célébrité en Australie . Jusqu’à présent  il est le seul athlète au monde à avoir gagné un 100 m en partant avec un recul de 10 m. Un exploit signé à Brisbane en 1971 qui reste gravé dans toutes les mémoires.
Jean Louis Ravelomanantsoa s’est fait discret depuis sa retraite préférant s’occuper de sa famille et de son travail. Mais ce n’était pas une raison pour oublier cette grande figure qui a montré sa disponibilité pour rendre service aux jeunes comme en témoigne son engagement dans l’association des anciennes gloires du sport l’année dernière présidée par son ami et ancien grand nom également en l’occurrence Augustin Andriamiharinosy.
Le livre permettra de pérenniser la mémoire et les exploits de Jean Louis Ravelomanantsoa un athlète d’exception, mais il sera difficile de lui trouver un successeur au sprint. Entre 1960 et 2016, on a reculé de deux secondes au 100 m. Ce n’est certainement pas le meilleur hommage qu’on puisse lui rendre. Adieu champion et merci.

Jean Louis Ravelomanantsoa au milieu des plus grands athlètes malgaches.

Jean Louis Ravelomanantsoa au milieu des plus grands athlètes malgaches.

Hommages

Tiana Raoelina Andriambololona, président du Comité Olympique Malgache, 2002-2005
« Jean Louis est une gloire du sport malgache, il est le premier athlète à être entré sur la scène olympique, de par ses performances, il a démontré que les athlètes malgaches peuvent réussir sur la scène sportive internationale ».

Norolalao Andriamahazo, présidente de la fédération malgache d’athlétisme
« C’est avec une profonde tristesse que nous avons pris connaissance du décès de Jean Louis Ravelomanantsoa, le seul Malgache qui ait atteint le sommet olympique avec un record de 10 sec 18 centièmes jamais égalé chez nous, au 100 mètres, lors des Jeux olympiques de 1968. Nous avons perdu, le seul athlète malgache, ayant atteint une finale à ces Jeux de très haut niveau ».

Siteny Randrianasoloniaiko, président du Comité olympique malgache, actuel
« Depuis cinq décennies, le record de Jean Louis Ravelomanantsoa, n’a été égalé, et on se pose la question, qui et quand le prochain athlète qui atteindrait une finale olympique de cette envergure. L’Etat devrait donner une place privilégiée aux athlètes qui portent haut le flambeau du sport malgache. Jean Louis est parti, mais le souvenir de son exploit restera à jamais gravé dans la mémoire des Malgaches en général et des athlètes en particulier ».

Anicet Andriamosarisoa, ministre de la Jeunesse et des sports
« Le décès d’un athlète de l’envergure de Jean Louis Ravelomanantsoa, est une grande perte pour le sport malgache, et pour la nation. Il a laissé derrière lui, une trace indélébile d’un exploit quoi que jamais égalé, servira de but à atteindre pour les jeunes athlètes d’aujourd’hui. La nation, marquera sa reconnaissance, même à titre posthume, envers Jean Louis ».

Rosa Rakotozafy, présidente de l’association des olympiens malgaches
« Le décès de Jean Louis Ravelomanantsoa nous plonge tous, dans une profond tristesse. Nous faisons appel à l’Etat, de ne pas oublier de marquer sa reconnaissance du vivant de tels athlètes, par des gestes conséquents, dus à leurs exploits, et non pas seulement à titre posthume ».

Textes : Sylvain Ranjalahy – Photos Archives

Athlétisme : Vibrant hommage de Nicole Ramalalanirina à Jean Louis Ravelomanantsoa !

Nicole Ramalalanirina est la parfaite illustration d’une sportive de haut niveau qui a franchi pas à pas toutes les étapes .
Nicole Ramalalanirina est la parfaite illustration d’une sportive de haut niveau qui a franchi pas à pas toutes les étapes .

Emue, Nicole Ramalalanirina a tenu à rendre un vibrant hommage à Jean Louis Ravelomanantsoa pour tout ce qu’il a fait pour Madagascar.

« J’ai pris conscience qu’il s’agit d’un très grand Monsieur lorsque des anciennes gloires de l’athlétisme américain me demandait de ses nouvelles du genre où il vit et qu’est-ce qu’il fait », raconte Nicole Ramalalanirina qui est à même de comprendre les lourds sacrifices qu’a dû endurer Jean Louis Ravelomanantsoa avant de se qualifier en finale des Jeux Olympiques, puisqu’elle a aussi connu le même sacre en étant sixième du 100 m haies des JO de Sydney en 2000.

Se surpasser. Du pur bonheur, se rappelait-elle et qui,  bien que défendant les couleurs françaises, affirme haut et fort qu’elle est Malgache et que cette performance, elle la dédiait à l’athlétisme malgache dans son ensemble, mais aussi à Madagascar.

« Le travail de Jean Louis Ravelomanantsoa a été remarquable dans la mesure où il incite les autres à aimer l’athlétisme, mais surtout à se surpasser, car avec les modestes moyens malgaches, il fallait trouver autre chose puis puiser l’énergie nécessaire pour espérer rivaliser avec le très haut niveau », confie encore Nicole Ramalalanirina qui possède aussi un palmarès élogieux pour figurer parmi les icones du sport malgache.

Pas de miracle. Outre cette sixième place du 100 m haies à Sydney 2000, Nicole Ramalalanirina bien avant d’être citoyenne française, a été championne d’Afrique en 1993 à Durban après avoir ravi l’or des Jeux de la Francophonie en 1994 en France puis en 1997 à Tana. Puis médaillée d’or de l’Universiade du Japon en 1995 après avoir été 3e à l’édition 1993 de Buffalo.

Elle fut ensuite médaillée de bronze des Mondiaux en salle de Lisbonne en 2001. Un palmarès qui en dit long mais elle n’est pas du genre à en faire tout un plat en se contentant de dire que  « il n’y pas, de miracle au sport de haut niveau et qu’il faut être physiquement et mentalement au top pour pouvoir disputer une finale olympique ». Une raison suffisante pour rappeler à tout le monde que Jean Louis Ravelomanantsoa était un des plus grands sportifs que Madagascar ait jamais connu et qu’elle adhère à la proposition de faire des installations d’Alarobia un Stade Jean Louis Ravelomanantsoa. « Il vaut bien cet hommage », conclue-t-elle encore sous le coup de l’émotion.

Clément RABARY

Jean Louis Ravelomanantsoa

NOT ONLY THE GREATEST SPRINTER OF MADAGASCAR BUT THE GREATEST ATHLETE EVER OF HIS ISLAND: TO RUN A 100 METERS OLYMPIC FINAL MEANS, OBIOUSLY, TO BE A WORLD CLASS SPRINTER. 
 
Full name: Jean-Louis Ravelomanantsoa 
Gender: Male 
Height: 6'1" (185 cm) 
Weight: 143 lbs (65 kg) 
Born: March 30, 1943 in Antananarivo, Antananarivo, Madagascar 
Died: September 27, 2016, Lyon, France 
Affiliations: Westmont College, USA 
Country: MAD Madagascar  
  
Jean-Louis Ravelomanantsoa (born 30 April 1943) was a Malagasy athlete who specialized in the 100 metres. 
 
At the 1964 Summer Olympics he was knocked out in the heats in both 100 and 200 metres. 
 
At the 1968 Summer Olympics he was again knocked out in the heats of the 200 m, but reached the 100 metres final and placed eighth. At these Games he also set his career best time of 10.18 seconds in a tail wind of 2.0 m/s. This is the current Malagasy record. 
 
At the 1972 Summer Olympics he reached the semi-final of the 100 metres and was knocked out in the heats with the Madagascar 4 x 100 metres relay team. 
 
His main claim to fame, however, at least in Australia, is his status as the first of only two men to date to have won the Stawell Gift, the country's most prestigious professional race, running off the scratch mark, doing so in 1975. The race is run over 120 metres, but entrants are handicapped according to their competitive form, and most start at a mark a few metres ahead of the start line. Jean-Louis also competed as a sprinter in the U.S. events of the International Track Association in 1972-73. 
 
In 1971 Track and Field ranked him second best spirnter in the World after Valery Borzov. 
 
 
Personal Bests: 100 - 10.18 (1968); 200 - 20.6y (1972)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Ravelomanantsoa (Mexico City 1968 100 m final)
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis Ravelomanantsoa (starting Mexico City 1968 100 m final)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis Ravelomanantsoa (first on the left) in action during Mexico City 1968 Olympic games 100 m final
 
 
 
 Ravelo (Mexico City 1968 100 m final)Ravelo ( 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ravelomanantsoa, Jerome and Bambuck arriving Mexico City 1968 100 m  final
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A personal gift 
 
J.L. Ravelomanantso
signature 
   
Jean Louis... 
 
....many thanks....   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charlie Greene and Jean Louis Ravelomanantsoa just after the 100 meters final. Mexico City 1968 Olympics games
 
 
 
 
 
 Mexico City 1968   
Jean Louis is the third one from right (583) arriving second on heat 4. 
 
In this race Jean Louis set the national record (10.18 s) that after almost 50 year remains still unbeaten 
 
Charlie Greene 275 won 
 
190 is Gaoussou Koné who arrived 6th at Tokyo 1964 Olympic Games 100 m final.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tokyo 1964 Olympic games  
 
Jean Louis is the second one from right arriving 6th on Round One Heat One 100 meters 
The Japanese Ideo Iijima (788) won
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Back home after Mexico City 1968 Olympic games
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Back home after Mexico City 1968 Olympic games
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis  winning Stawell gift race -  Australia
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis  winning Stawell gift race - Australia
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis Ravelomanantsoa Wins, James Batie Takes Second NAIA Meet.  1/23/1971
 
 
 
 
 
 
Jean Louis Ravelomanantsoa  
The greatest athlete of Madagascar
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis Ravelomanantsoa  
The greatest athlete of Madagascar
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis Ravelomanantsoa and Bill Toomey (gold decathlon at Mexico 1968)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis (662) in full action at Santa Barbara (CA) Easter Relays.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis arrives 6h on semifinals, heat two, Munich Olympic Games 1972. 
First one on the right is Lennox Miller another finalist at Mexico City 1968 Olympic Games. He will take bronze in the final.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis 40th years later.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Louis almost 50th years later the legendary race He had the chance to ride: 
 
 
Mexico City 
1968 Olympic games 
 
100 m final
 
 
 
 
 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mercredi, 28 Juin 2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×